Lien vers ce message 06 Avril 2015, 17:59
Par Arnaud Devillard Publié le 06-04-2015 à 14h00 sciencesetavenir.fr

Quand les nids de poule sont repérés avant leur formation

Une équipe de la Northeastern University de Boston a bardé un véhicule de capteurs pour scruter les déformations de la route. Les données, envoyées sur des serveurs, sont analysées en temps réel.

http://referentiel.nouvelobs.com/file/13864076.png
Après le passage du véhicule, une cartographie est établie pour localiser les défauts repérés. © Northeastern University of Boston


C’est une légère dépression dans le macadam de la route. Par temps de pluie, elle forme une petite flaque mais pas de quoi s’affoler. Sauf qu’à force de passage de voitures et d'intempéries, elle risque fort de s’élargir et de former un véritable trou. Ce qu’en terme scientifique, on appelle un "nid de poule". C’est pour justement anticiper leur apparition et dépêcher les services d’entretien des routes aux bons endroits qu’une équipe de chercheurs de la Northeastern University de Boston a bardé un van de capteurs.

Une batterie complète de capteurs

Le projet, appelé Voters (Versatile Onboard Traffic Embedded Roaming System) a été initié en 2009 par l’enseignant-chercheur en ingénierie civile et environnementale Ming Wang. Son prototype compte des capteurs détectant les changements de pression d’air dans les pneus occasionnés par les creux et les bosses, des micros capables d’enregistrer les sons produits par les cahots de la route et un radar qui scanne le revêtement routier entre les roues, traquant les poches d’eau ou d’air qui se tapiraient dessous et fragilisent la chaussée, et ce jusqu’à un mètre de profondeur.



Enfin, un appareil photo placé à l’arrière du véhicule cadre une vue plus large de la route permettant de corroborer ce qu’ont décelé les autres capteurs et surtout de visualiser les défauts pour les hiérarchiser. Toutes ces données sont transmises en temps réel à un serveur informatique équipé du logiciel Voters. Il cartographie le parcours de la voiture et localise les défauts repérés. Une information qui peut alors être directement utilisée par des analystes et autres responsables de la voierie pour programmer des interventions de manière ciblée. Et de gagner du temps, donc de l’argent.

http://techpageone.dell.com/wp-content/uploads/2014/10/crackedroad-large2.jpg


240 km de rues analysées en quatre jours

Le dispositif peut actuellement traiter 80 miles de chaussée par jour, soit près de 130 kilomètres. Il vient d’être testé dans la ville de Beverly, dans la région de Boston, où il a pu scruter 240 kilomètres de rues en quatre jours. En 2010, quand les services de la ville ont procédé à une telle inspection pour la dernière fois, il avait fallu toute une année… Des chercheurs britanniques de la Nottingham Trent University travaille sur un projet similaire avec la société Dynatest spécialisée dans l’inspection des revêtements routiers.
Message édité 1 fois, dernière édition par root, 06 Avril 2015, 18:00  
 

Commentez sur Facebook