Lien vers ce message 03 Avril 2015, 18:39
Par Sciences et Avenir avec AFP Publié le 03-04-2015 à 12h15

C'est voté. L'Assemblée nationale a adopté vendredi 3 avril 2015 l'interdiction du recours a des mannequins trop maigres et dénutris, dans le cadre du projet de loi de Santé.

http://referentiel.nouvelobs.com/file/13863772.jpg
Ne pas "veiller au respect de l’interdiction" sera puni d’un emprisonnement de six mois et d’une amende de 75.000 euros. © DANIEL OCHOA DE OLZA/AP/SIPA


A l'instar du nouveau délit d'"incitation à la maigreur excessive" reconnu par l'Assemblée nationale jeudi 2 avril 2015, l'objectif est encore de lutter contre l'anorexie. Un amendement du rapporteur Olivier Véran (PS) en ce sens a été adopté, avec l'avis favorable de la ministre de la Santé, Marisol Touraine, qui a considéré "préoccupante" la présentation de mannequins excessivement maigres. "L’exercice d’une activité de mannequin est interdit à toute personne dont l’indice de masse corporelle (...) est inférieur à des niveaux définis, sur proposition de la Haute Autorité de santé, par arrêté des ministres chargés de la santé et du travail", stipule l'amendement. Le seuil devrait se situer aux alentours de 18 kg/m2.

Définition de la maigreur

http://imworld.aufeminin.com/story/20130224/mannequin-maigre-13578_w650.jpgPour l'Organisation mondiale de la santé, la maigreur correspond à un indice de masse corporelle (IMC) inférieur à 18 kg/m2. L’IMC est une mesure du poids par rapport à la taille couramment utilisée pour estimer le surpoids et l’obésité chez l’adulte. Il correspond au poids divisé par le carré de la taille.

D'après les résultats de l'étude Obepi-Roche 2012 (Enquête nationale sur le surpoids et l'obésité), qui suit une importante cohorte (plus de 25 000 personnes) depuis 1997, 4 % de la population a un indice de masse corporelle inférieur à 18 kg/m2 (anorexie, maladie cœliaque, maigreur constitutionnelle...).

Le fait, pour toute personne qui exploite une agence de mannequins ou qui s’assure moyennant rémunération le concours d’un mannequin, de ne pas "veiller au respect de l’interdiction" sera puni d’un emprisonnement de six mois et d’une amende de 75.000 euros, a ajouté Olivier Véran. "La perspective de cette sanction aura un effet régulateur sur l'ensemble du secteur", a-t-il estimé, ajoutant que l'Espagne, l'Italie et Israël avaient pris des mesures similaires.

http://www.e-monsite.com/s/2008/02/15/tpe-anorexie-pro-ana-societe/mannequin-anorexique-01oj2.jpg

DISCRIMINATION. Le chef de file des députés UDI, Philippe Vigier, a approuvé la lutte contre l'anorexie mais s'est dit "persuadé" que le dispositif sur les agences ne marcherait pas, et s'est interrogé sur la possible interdiction de l'accès à d'autres métiers en fonction de l'apparence des personnes. Pour sa part, l'écologiste Jean-Louis Roumégas a critiqué une "hypertrophie législative" pour "résoudre des problèmes très particuliers", alors qu'il suffirait peut-être, selon lui, de renforcer les moyens de l'inspection du travail.

Attention, photos retouchées

Un autre amendement socialiste adopté prévoit la mention obligatoire "photographie retouchée" sur les photos à usage commercial de mannequins dont l'apparence corporelle a été modifiée par logiciel "afin d'affiner ou d'épaissir" sa silhouette. Ne pas respecter cette mesure sera puni d'une amende de 37.500 euros, son montant pouvant être porté à 30% des dépenses consacrées à la publicité.

Entre 30.000 et 40.000 personnes, des adolescentes dans 90% des cas, souffrent d'anorexie mentale, une des pathologies psychiatriques ayant la plus forte mortalité.
 

Commentez sur Facebook