Lien vers ce message 31 Mars 2015, 13:04
Publié le 30-03-2015 Par RFI

http://scd.rfi.fr/sites/filesrfi/imagecache/rfi_16x9_1024_578/sites/images.rfi.fr/files/aef_image/bubu_0_0.jpg
Les routes du village de Runtaga, au Burundi, sont devenues impraticables à cause des inondations, le 30 mars 2015.
AFP PHOTO / LANDRY NSHIMIYE


Des pluies diluviennes se sont abattues, ce lundi 30 mars, sur une localité situées à une trentaine de kilomètres au sud de Bujumbura, au bord du lac Tanganyika, faisant des dégâts immenses. Après avoir parlé de dix-huit victimes, les autorités ont revu à la baisse leur bilan et annoncent la dispartion de dix personnes. Notre journaliste s’est rendu sur place, à bord d’un bateau manœuvré par un jeune pêcheur, Alexis. Reportage.

« Nous sommes en train de transporter des gens par bateau car la route a été coupée par de fortes pluies qui ont causé des éboulements », explique Alexis. Et après une vingtaine de minutes de navigation sur des eaux plutôt calmes du lac Tanganyika, on voit poindre la petite localité de Rutunga, qui ressemble désormais à un paysage lunaire. Partout où l’on porte les yeux, de la boue et des milliers de rochers ont remplacé les maisons qui y étaient érigées.

Le bilan a été revu à la baisse. Jusqu’à ce matin, le gouverneur de la province de Bujumbura, Jacques Minani, parlait de 18 morts. Certains ont été retrouvés blessés et sont soignés à l’hôpital. L’administrateur, Jonathan Nkeshimana, donne les derniers chiffres qu’il a recueillis sur place : « Nous comptons 10 disparus et plus de 600 ménages détruits ». L’église méthodiste, des écoles primaires et secondaires et un centre de santé ont également été détruits. Tous ici parlent d’une catastrophe.

En milieu d’après-midi, des nuages s’amoncellent dans le ciel. Gaëtan Hatungimana, un pêcheur de 40 ans, a le regard craintif : « Nous avons peur d’être tous tués. C’est à cause de ces montagnes escarpées qui nous surplombent. Il peut y avoir des éboulements à tout moment ». De l’autre côté de la chaussée, des tracteurs essaient de dégager la route, mais cela prendra du temps.

C'était vers 16h et je revenais d'un voyage avec ma femme. Nous sommes entrés dans la maison, puis j'ai vu que tout à coup l'eau nous entourait. Nous sommes restés dans la maison, attendant un miracle de Dieu.
Reportage: les populations ont évité le pire
31/03/2015 - par Esdras Ndikumana
 

Commentez sur Facebook