Lien vers ce message 21 Mars 2015, 15:54
Publié le 21-03-2015
Par RFI


http://scd.rfi.fr/sites/filesrfi/imagecache/rfi_16x9_1024_578/sites/images.rfi.fr/files/aef_image/2015-03-19T100336Z_771741079_GF10000030964_RTRMADP_3_NIGERIA-VIOLENCE_1_0.JPG
Des soldats Nigériens brandissent un drapeau de Boko Haram récupéré lors de la prise de Damasak, le 18 mars.
REUTERS/Emmanuel Braun


Les forces tchadiennes et nigériennes ont découvert, vendredi 20 mars, un charnier à la sortie nord de la ville de Damasak quelques jours après la prise de cette ville des mains de Boko Haram. Des corps mutilés ont été jetés dans le fleuve ou abandonnés dans la brousse.

C’est le Colonel Ahmat Youssouf de l’armée tchadienne qui a découvert les charniers il y’a quelques jours : « On est en train d’aller sur le pont, là où l’on a découvert le charnier. Ils ont violé les femmes dans les forêts. Et puis même dans le charnier il y a des corps d’enfants, de femmes, de vieillards. » Ici un corps dont la tête a été coupée, là quelques autres, gisants à quelques mètres des voitures dont ils ont sans doute été retirés. Plus loin, en dessous d’un pont qui enjambe un des bras de la rivière Komadougou Yobé, une vingtaine de corps …

Lire :

>> Zimbabwe: le pays au bord de la famine?

>> Russie: exercices militaires d'une ampleur inédite

>> Enrôlement biométrique au Togo-l’ANC porte plainte pour faux

>> Nigeria: la ville libérée de Gambaru reprise par Boko Haram

« Des êtres créés de Dieu, qu’on prend la scie, la tête séparée du reste du corps, s’épouvante le colonel Azem Bermandoua, le porte-parole de l’armée tchadienne. Vous avez vu les mains par-derrière liées par des cordes. Vous avez vu le sang sur le pont et il y en a qui sont tombés et une partie du corps est restée attachée. Et il semble que celui qui est assis dans le pousse-pousse est un imam. Et vous avez vu les corps sont sec déjà, c’est horrible. »

Les deux armées affirment avoir dénombré une centaine de corps. Mais selon le témoignage des rares habitants restés à Damasak, la ville a compté plus de 200 portés disparus, le temps de l’occupation de la ville par Boko Haram.

 

Commentez sur Facebook