Lien vers ce message 20 Mars 2015, 23:00
Publié le 20-03-2015
Par RFI


http://scd.rfi.fr/sites/filesrfi/dynimagecache/0/0/512/289/1024/578/sites/images.rfi.fr/files/aef_image/000_Par3446426_0.jpg
Le leader de l’Alliance nationale pour le changement (ANC), Jean-Pierre Fabre a porté plainte pour faux en informatique contre la société Zetes chargée de l'enrôlement des électeurs togolais.
AFP PHOTO / EMILE KOUTON


À moins d'un mois de l'élection présidentielle, la polémique enfle sur le fichier électoral au Togo. Jean Pierre Fabre, le candidat du CAP 2015 a déposé plainte à Bruxelles pour faux en informatique et usage de faux, contre une société belge, la société Zetes, chargée de l'enrôlement biométrique des électeurs togolais. Selon Jean Pierre Fabre, le fichier comporterait de graves anomalies, et jusqu'à 30% d'électeurs fictifs.

Alberto Olympio a été le premier à contester la fiabilité du fichier électoral togolais. Il a même renoncé à être candidat à la présidentielle du 15 avril, dénonçant une parodie de scrutin. Jean Pierre Fabre, le poids lourd de l'opposition a choisi une autre approche. En déposant plainte à Bruxelles contre la société Zetes, qui, depuis 2007, est en charge de l'enrôlement biométrique des électeurs, il espère obtenir un audit complet du fichier et une correction des anomalies.

Lire :

>> Nigeria: la ville libérée de Gambaru reprise par Boko Haram

>> Tunisie - terroristes auraient été formés par l'EI en Libye

>> Côte d'Ivoire: une nouvelle coalition anti-Ouattara

>> Attentat de Bamako: arrestation de deux complices présumés

Une opération qui selon lui pourrait prendre de 6 et 8 semaines. Car selon l'Alliance nationale pour le changement (ANC), le parti de Jean Pierre Fabre, le fichier comporterait jusqu'à 30% d'électeurs fictifs. La Commission électorale nationale indépendante (Céni) ne se prononce pas sur ces affirmations, mais elle dit être justement en train de commencer les opérations de correction des listes et notamment l'enlèvement des doublons.

Le processus s'achèvera le 26 mars. Coïncidence heureuse, il y a deux semaines les autorités ont demandé à l’Organisation internationale de la francophonie d'envoyer des experts à Lomé pour le toilettage du fichier. Reste à savoir si ces opérations suffiront à l'opposition.
 

Commentez sur Facebook