Lien vers ce message 18 Mars 2015, 8:25
Par Azar Khalatbari sciencesetavenir.fr
Publié le 17-03-2015 à 16h57


Une ONG britannique propose des sanitaires qui produisent de l'électricité grâce à l'urine.

http://referentiel.nouvelobs.com/file/13796335.png
Un banc d'essai de l'Urine tricity en laboratoire ©Université de Bristol / Capture youtube


INVENTION. Une révolution peut surgir là où on ne l’attend pas… Tel est l’enseignement de cette invention ingénieuse, développée par l’University of the West of England à Bristol que la fondation Bill et Melinda Gates a décidé de financer. Elle a été baptisée "Urine tricity" un raccourci d’électricité et d’urine qui résume parfaitement la géniale trouvaille : il s’agit de produire de l’électricité à partir de l’urine qui devient ainsi une matière première fabriquée gratuitement et naturellement par chaque être humain.

CONFORT. Avant même de songer à exploiter, stocker ou s’enrichir avec cette électricité, on peut l’utiliser dans le but d’éclairer les toilettes, un confort non négligeable dont est privée une grande partie de l’humanité. La fondation Gates qui s’est associée à l’ONG Oxfam la destine en premier lieu aux camps de réfugiés qui pourraient être équipés pour un coût aux alentours de 820 euros.

Lire :

>> Les films & jeux vidéo en 3D déconseillés aux moins de 6 ans

>> Robinet à double turbine économise le débit de l’eau de 15%

>> Apple Watch: La montre connectée en vente dès le 24 avril

>> UNE RUCHE QUI RECOLTE LE MIEL SANS DERANGER LES ABEILLES

>> Le Pakistan teste son drone lourdement armé

BACTERIES. Le principe de production de l’urine-tricity est celui d’une "pile à combustible" fonctionnant grâce à des bactéries. Rappelons d’abord le fonctionnement d’une pile à combustible : l’électricité qu’elle produit provient d’une réaction d’oxydo-réduction.



Voir l'animation Fonctionnement de la pile à combustible sur www.cea.fr

Il s’agit d’une réaction au cours de laquelle des électrons – ces particules de matière qui portent une charge électrique négative – sont échangées. Cet échange a lieu entre deux électrodes, anode et cathode. A l’anode a lieu l’oxydation au cours de laquelle des électrons sont arrachés à un atome et émis. A la cathode a lieu la réduction, au cours de laquelle les espèces chimiques reçoivent des électrons. La cathode est en général alimentée en oxygène, tandis que l’anode l’est en hydrogène. Entre les deux, un milieu – appelé électrolyte – qui ne laisse pas passer les électrons, les obligeant ainsi à passer dans un fil conducteur pour créer le courant.

PROLIFERATION. Au sein de "l’urine tricity", la cathode est alimentée comme dans une pile classique par l’oxygène de l’air tandis que l’anode contient un réservoir à bactéries qui prolifèrent grâce à l’urine et émettent de l'hydrogène. En outre, les molécules carbonées produites par les organismes vivants sont sous forme réduites – et cèdent facilement leurs électrons… Dès lors, les deux font la paire : l’activité bactérienne et l’oxygène se comportent comme un couple d’oxydo-réduction produisant de l’électricité. Celle-ci pourrait servir à alimenter un éclairage. L’histoire ne dit toutefois pas de quelle quantité d’urine il faut disposer à chaque fois.
 

Commentez sur Facebook