Lien vers ce message 18 Mars 2015, 4:58
par Muamba Kantanda 7 mars 2015

LETTRE OUVERTE AUX RESSORTISSANTS DE LA PROVINCE DU KASAI ORIENTAL TELLE QU’ELLE APPARAÎT SUR LA CARTE DE 26 PROVINCES DE LA RD CONGO

http://www-tc.pbs.org/wnet/wideangle/files/2008/07/map2.gif


A la mi-février 2015, une de multiples radios de la RD Congo nous informait que dans le Kasaï Oriental actuel, à Mwene-Ditu, les représentants Basonge et ceux de Bena Kanioka étaient en pourparlers pour le maintien de Bena Kanioka dans la nouvelle province du Lomami. Cette information a soulevé en nous quelques interrogations :

La première est que, pour les Basonge, la viabilité de leur province, enclavée comme Mbuji-Mayi, dépendrait de Mwene-Ditu, par où transitent les marchandises en tonnages importants de la Miba et des commerçants de Mbuji-Mayi.

La deuxième est que cette première interrogation remet en surface les querelles de 1960 qui ont vu les Kanioka et les Balubas s’entredéchirer pour rien, l’apothéose ayant été l’attaque par les Kanioka en novembre 1960, du Petit Séminaire de Kalenda pour y déloger les séminaristes du nouveau Diocèse de Mbuji-Mayi, attaque qui se termina par l’assassinat par décapitation de l’Abbé Thomas BEYA d’heureuse mémoire et le départ effectif des séminaristes du Diocèse de Mbuji-Mayi de Kalenda donnant lieu à l’ouverture du Petit Séminaire de Mbuji-Mayi à Tshilundu, transféré ensuite à Lukelenge.

La troisième interrogation est celle de savoir d’où pouvait venir une telle inimitié entre les Baluba de Mbuji-Mayi et leurs frères Kanioka.

Selon nos sources d’information, à la création du Mouvement National Congolais, M.N.C en sigle, le Kasaï avait deux grands représentants dans ce mouvement. Il s’agit d’Albert KALONJI et de Bruno BUKASA. Lors de la scission de ce mouvement en deux ailes rivales, l’aile Kalonji et l’aile Lumumba, Bruno Bukasa, de Bena Kanioka, opta pour l’aile Lumumba. Ce choix politique se transforma en inimitié des personnes et fut à la base, selon nos sources, du clivage entre les Baluba de Mbuji-Mayi et les Bena Kanioka. Clivage de haine qui ne fut pas du goût de tous les Bena Kanioka.

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/a/a3/Albert_Kalonji.jpgAlbert Kalonji

La quatrième interrogation est de savoir comment Mwene-Ditu a pris l’importance qu’elle a aujourd’hui.

Avant l’indépendance, Mwene-Ditu était une gare comme Tshimbulu, comme Luputa, etc.. La Forminière de Bakwanga et les voyageurs de cette région ne passaient pas par Mwene-Ditu, mais par Tshimbulu. Les voyageurs de Ngandajika et de Kabinda transitaient par la gare de Luputa. Mwene-Ditu n’avait aucune correspondance avec ces régions.

C’est après les troubles de Luluabourg et du Katanga en 1960, que les ressortissants de l’actuel Kasayi Oriental ainsi que la Miba ont décidé de faire de Mwene-Ditu, leur gare de transit.

Vu l’afflux des réfugiés du Katanga et de Luluabourg, Kalonji Mulopwe demanda à Maman NSEYA de Bena Kanioka, qui portait le nom de notre mère commune des Baluba Kasayi au moment de leur départ du Katanga vers le Kasayi et qui était la cheftaine de cité à Mwene-Ditu, de laisser ces réfugiés du Kasayi et du Katanga habiter Mwene-Ditu ; et Maman Nseya marqua son accord.

Depuis, Mwene-Ditu prit de l’ampleur et devint le centre d’affaires de la Miba et des ressortissants du Kasayi Oriental. L’essor de Mwene-Ditu fut tel que les recettes de sa gare pouvaient payer une grande partie des chemineaux du Kasayi et même du Katanga.

La cinquième interrogation est de savoir si, au-delà des querelles politiciennes de 1960, les Baluba de Mbuji-Mayi et les Bena Kanioka ont des liens historiques quelconques.

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/2/2e/Anefo_910-9738_De_Congolese.jpgPatrice Lumumba

Question fondamentale qui doit apporter la solution au problème de Mwene-Ditu quant à son appartenance à la province de Lomami ou du Kasayi Oriental.

Lire :

>> #RDC-LES PLEURS DE DIEU, LA LOI ELECTORALE & LES OCCIDENTAUX

>> QUAND JOSEPH KABILA «DEMONETISE» LA FONCTION PRESIDENTIELLE

>> LES MASQUES SONT TOMBES, POUR QUI ROULE « JEUNE AFRIQUE »

>> #RDC - Etienne Tshisekedi réapparaît en public à Bruxelles

>> JAMAIS L’AFRIQUE NE SE RELEVERA !

1) Il y a quelques dix ans environ, les Bakete et les Kanioka se disputaient Mwene-Ditu. Quelques notables Kanioka, parmi lesquels Tshibanda, grand frère de l’Abbé Justin Bukasa, commercialiste de l’Université Lovanium et qui, selon les dires, est de la famille de Papa Bruno Bukasa cité ci-haut, avaient rédigé une lettre publiée dans la presse, pour témoigner de l’appartenance de Mwene-Ditu aux Kanioka, « quatrième vague des Baluba ayant émigré du Katanga », selon le contenu de leur lettre. Selon donc ce témoignage, les Kanioka sont la quatrième vague des Baluba ayant émigré du Katanga.

2) Ceux qu’on appelle Bakwa Kalonji aujourd’hui sont les descendants des 4 femmes toutes Kanioka, de Kalonji, fils de Tshimanga Luasambuta. Ce Kalonji fut envoyé par le Mulopwe Kasongo Kadimba pour trouver une femme à son fils chez Ilunga, grand chef de Bena Kanioka. On lui présenta Kabedi a Ilunga qu’il prit pour sa femme et en ajouta 3 autres et revint donc sans femme pour le fils de Kasongo Kadimba, provoquant la colère de ce dernier.

3) Et parmi les nommés Bakwa Kalonji, il y a les Bakwa Mukendi qui sont eux, selon l’histoire, Bena Kanioka par leur père Mukendi Mbangula de Bena Kanioka, soit ceux qui accompagnèrent Kabedi à Ilunga en mariage, soit de ceux qui habitaient Kasansa avant que les Bena Kayemba n’occupent les lieux et qu’eux se replient sur Mwene-Ditu et Kalenda.

4) Les Bakwanga (Bakwa Anga = descendants d’Anga) et les Bakwa Nsumpi auraient aussi des origines Kanioka.

5) Les ressortissants de Mulundu chez les Bena Kanioka semblent dire que le nom de Tshilundu, Mérode San Salvador, serait de provenance Mulundu. Ce qui serait possible à partir du moment où autour de la paroisse Mérode à sa création au XIXè siècle, il y avait plein de Bakete, de Bena Konji, de Bena Mpuka, les Bena Mulenga de kalala wa Kafumba s’étant manifestés tardivement.

6) A l’heure actuelle, le taux de mariages entre Luba et Kanioka est le plus élevé de toute la région.

Conclusion :

Pour toutes ces raisons historiques et économiques, la justice recommande que les Bena Kanioka soient dans la province du Kasayi Oriental et non dans celle de Lomami.

Il y a eu des frottements à l’Indépendance ? Oui, il y en a eu aussi entre Bena Mutua Mukuna (entendez les descendants de Kalonjii wa Tshimanga Luasambuta, toujours turbulants comme leur père) et les Bena Tshibanda.

Les enfants peuvent se disputer aujourd’hui mais ils ne peuvent plus changer de parents. Pourquoi, forts de cette histoire, on n’a jamais entendu dire que le gouverneur Ngoy Kasanji et les chefs coutumiers Baluba d’aujourd’hui sont allés rencontrer leurs frères Bena Kanioka à Mwene-Ditu et renforcer la réconciliation et les liens de fraternité ayant existé entre Maman Nseya et Mulopwe Kalonji Ditunga ? Là est notre question d’actualité !

http://www.kasaiest.cd/wp-content/uploads/2013/08/Kasai-oriental.png


copyrights mastakongo.com
Message édité 2 fois, dernière édition par root, 18 Mars 2015, 5:46  
 

Commentez sur Facebook