Lien vers ce message 05 Mars 2015, 21:40
Publié le 05-03-2015
Par RFI


http://scd.rfi.fr/sites/filesrfi/imagecache/rfi_16x9_1024_578/sites/images.rfi.fr/files/aef_image/2015-03-03T175920Z_1754581765_GM1EB3405F701_RTRMADP_3_SAUDI-SOUTHKOREA_0.JPG
Le roi Salman d'Arabie saoudite et la présidente sud-coréenne Park Geun-hye ont signé un protocole d'accord sur le nucléaire à Riyad, le 3 mars 2015.
REUTERS/Saudi Press Agency


L'Arabie saoudite et la Corée du Sud ont signé un protocole d'accord mardi pour coopérer dans l'énergie nucléaire. Le royaume saoudien a de grandes ambitions dans ce domaine. Il projette de construire 16 réacteurs d’ici 2030. Des ambitions dans le nucléaire civil bien sûr, mais aussi dans le nucléaire militaire et Riyad ne s’en cache pas.

Lire :

>> Inde: bientôt un système de sécurité sociale universelle?

>> France-Paul Kagame rencontre aucun officiel, mais N. Sarkozy

>> Egypte -Construction d'une route menace un antique monastère

>> Sénégal: quand les bâtiments de Dakar menacent de s'effondre

Israël et sa supposée bombe atomique, l’Iran et son programme nucléaire aux contours encore très flous. L’Arabie saoudite ne compte pas rester les bras croisés au moment où ses voisins et principaux rivaux régionaux sont perçus comme une menace de plus en plus grandissante.

http://www.export-entreprises.com/commun/images/atlas/cartes/carte_arabie-saoudite_fr.gif


Hors de question donc pour le royaume saoudien d’être considéré comme le maillon faible du Moyen-Orient. Depuis 2011, les responsables saoudiens affichent clairement leur volonté : celle de rejoindre le club des pays possédant l’arme atomique. Une arme à usage pacifique, expliquent-ils.

Outil de dissuasion

En clair, la bombe serait un simple outil de dissuasion, mais essentiel à l’heure où les principaux alliés des Saoudiens, les Américains, négocient un accord nucléaire avec leurs principaux ennemis : les Iraniens. Les Saoudiens se sentent trahis et voient d’un très mauvais œil ce dialogue presque décomplexé qu’entretiennent désormais les grandes puissances avec Téhéran. Le secrétaire d'Etat américain John Kerry est d'ailleurs à Riyad ce jeudi pour rassurer les Saoudiens sur ce rapprochement avec l'Iran.

Et si dans le nucléaire civil, les Saoudiens font appel à la Corée du Sud pour développer leur programme, certains experts estiment que leur programme militaire serait soutenu par le Pakistan.
 

Commentez sur Facebook