Lien vers ce message 04 Mars 2015, 15:24
Publié le 04.03.2015 à 11:23
20 Minutes avec agence


L'une est rousse, l'autre métisse...

http://img.20mn.fr/BrdCK3JmTFqTpCYRQVK8pA/648x415_lcuy-maria-aylmer-jumelles-anglaises-ressemblent.jpg
Lucy et Maria Aylmer, ces jumelles anglaises qui ne se ressemblent pas. - youtube


T'as vu ?

L'une est rousse à la peau pâle, l'autre est métisse aux yeux marron. Pourtant, ces deux jeunes filles sont bel et bien jumelles. Originaires de Gloucester, au sud-est de l'Angleterre, Lucy et Maria Aylmer sont nées en janvier 1997 d'une mère métisse, d'origine jamaïcaine, et d'un père anglais, roux aux yeux clairs.

Lire :

>> Trop de Facebook peut mener à la dépression et à la jalousie

>> Corée du Sud: l’adultère puni par la loi mais très répandu

>> Après 37 ans de mariage, il l'abandonne - Voici sa vengeance

Issues de deux ovules fécondés par deux spermatozoïdes différents, ces soeurs, aujourd'hui âgées de 18 ans, sont le résultat d'une seule et même grossesse, mais sont de «fausses jumelles». Des faux jumeaux donc qui, contrairement aux «vrais jumeaux», sont connus pour ne pas frapper par leur extrême ressemblance. Mais dans le cas de Lucy et Maria, c'est bel et bien cette absence totale de ressemblance qui est surprenante.

https://thenypost.files.wordpress.com/2015/03/twins1.jpg
Lucy et Maira Aylmer pose avec leurs maman, Donna, père, Vince, frères et sœurs George, Chynna et Jordan.
Photo: Worldwide Features/Barcroft Media


«Ce fut un vrai choc pour notre mère»

«Ce fut un vrai choc pour notre mère parce que la couleur de la peau, ou celle des cheveux n'apparaissent pas sur les échographies, avant la naissance», confie Lucy, au Daily Mail. «Quand la sage-femme nous a présentées, elle est restée sans voix ». «Même si nous nous habillions de la même façon, nous ne ressemblions toujours pas à deux sœurs, et encore moins à des jumelles. Des amis nous ont même demandé un certificat de naissance en guise de preuve», poursuit Lucy.



Une gémellité un peu particulière donc, qui fait le buzz dans les talk-shows et les médias outre-Manche et qualifiée de «rarissime». Et pourtant, si, selon Atlantico, ce phénomène est susceptible de se produire une fois sur un million, il s’explique de manière clairement scientifique. Contrairement aux vrais jumeaux, les faux héritent de gènes différents. Lucy n’aurait donc reçu que les gènes de ses ancêtres blancs et Maria, ceux de ses ancêtres à la peau noire. Les trois autres frères et sœurs de la famille eux, sont tous métis.

Retrouvez la vidéo originale
Message édité 2 fois, dernière édition par root, 04 Mars 2015, 16:03  
 

Commentez sur Facebook