Lien vers ce message 20 Février 2015, 19:36
Publié le 20-02-2015
Par RFI


http://scd.rfi.fr/sites/filesrfi/imagecache/rfi_16x9_1024_578/sites/images.rfi.fr/files/aef_image/Senegal_Navire432.jpg
Le bateau « Aline Sitoe Diatta » qui a remplacé dans la desserte Dakar-Ziguinchor le navire « Le Joola » dont le naufrage, en 2002n a officiellement fait près de 1 900 morts.
( Photo : AFP )


Au Sénégal, le président Macky Sall a inauguré, ce jeudi 19 février, en Casamance, deux bateaux qui vont assurer la liaison entre Dakar et Ziguinchor, la capitale du sud du pays. Avec ces deux navires qui ont été construits en Corée du Sud, les autorités veulent désenclaver cette région où sont produits la plupart des fruits et légumes du pays et où le tourisme est en crise. Le président sénégalais a annoncé que les prix du trajet en bateau seront subventionnés par le gouvernement et ainsi, réduits de 50 %, pour encourager les déplacements vers la Casamance.

Donatien possède des vergers dans la périphérie de Ziguinchor. Chaque semaine, il se plonge dans un casse-tête sans nom. Il doit, en effet, négocier un camion pour acheminer ses mangues et ses noix de cajou vers Dakar, ce qui représente une entreprise parfois aléatoire car il faut plusieurs jours de route. Par ailleurs, ce producteur peut payer jusqu'à un million de francs CFA.

A lire :

>> #Gabon : Les dettes extravagantes de Pascaline Bongo

>> Fete de 91 ans de Mugabe: Viande de lion, d’éléphant au menu

>> Sénégal-le procureur réclame 7 ans de prison pour Karim Wade

Avec l'arrivée de deux nouveaux navires, les agriculteurs et les pêcheurs ont plus de choix pour acheminer leurs marchandises vers la capitale. Ces deux bateaux peuvent transporter jusqu'à 13 camions de 35 tonnes chacun, et 200 personnes. A terme, il devrait y avoir au moins une rotation de bateau par jour.

Jean Diatta, le président de l'office de tourisme en Casamance, espère par ailleurs que ces bateaux vont attirer plus de touristes dans la région. « Les clients qui venaient au Sénégal et qui voulaient passer un, deux ou trois jours en Casamance ne pouvaient pas venir parce que le bateau était tout le temps plein. Tout cela était la croix et la bannière. Aujourd’hui, je ne pense pas qu’il y ait de soucis de place. Ce sera la fin d’un goulot d’étranglement », a-t-il déclaré.

Reste encore, selon les professionnels du tourisme, un détail à régler : celui du prix jugé trop élevé des billets d'avion entre Dakar et Ziguinchor. Une autre barrière au développement du tourisme en Casamance.

Le chef de l’Etat sénégalais a déclaré ce jeudi la Casamance « zone prioritaire nationale d’intérêt touristique » et annoncé la saisie prochaine de l’Assemblée nationale pour des lois instituant des facilités, et notamment des exonérations de taxes en faveur des promoteurs dans cette région.
 

Commentez sur Facebook