Lien vers ce message 17 Février 2015, 22:01
publié le 17-02-2015
Par David Thomson rfi.fr


http://scd.rfi.fr/sites/filesrfi/dynimagecache/0/342/2540/1436/1024/578/sites/images.rfi.fr/files/aef_image/000_Nic6379715_0.jpg
Un jihadiste du groupe Fajr Libya, photograhié en décembre 2014 à Kikla.
AFP PHOTO/MAHMUD TURKIA


L'émergence de l'Etat islamique risque d'ouvrir un nouveau front en Libye, celui d'une guerre entre islamistes et jihadistes. Depuis l'été dernier, les milices islamistes de Fajr Libya - qui contrôlent Tripoli - sont en guerre contre celles des autorités élues, refugiées à Tobrouk avec le général Haftar. Mais la semaine dernière, la branche libyenne de l'organisation Etat islamique a pris le contrôle des bâtiments administratifs de la ville de Syrte.

A lire :

>> LIBYE - «L'Italie & la France pret a intervenir sous l'ONU»

>> La Chine, l’Inde et l’Afrique feront le monde de demain

>> AFRIQUE -Les impérialistes s'accaparent les terres agricoles

En Libye, le groupe Etat islamique (EI) a au moins un point commun avec la communauté internationale. En effet, le groupe jihadiste ne reconnaît pas le gouvernement de Tripoli, ni ses milices islamistes de Fajr Libya.

Dans son magazine Dabiq – son organe de propagande officiel - l'organisation Etat islamique qualifie même le Premier ministre de Tripoli, Omar al-Hassi, d'apostat, l'un des pires qualificatifs dans l'idéologie jihadiste.

C'est d'ailleurs ce même Premier ministre, souvent présenté comme pro-islamiste et installé par la force en août après la bataille de Tripoli, que l'organisation EI affirme avoir visé en revendiquant l'attentat meurtrier de l'hôtel Corinthia. Celui-ci avait été mené par un Tunisien et un Soudanais, en janvier.

Officiellement, malgré la décapitation filmée de vingt-et-un coptes égyptiens, le gouvernement de Tripoli nie toujours l’existence d’une branche libyenne de l’organisation EI évoquant des gangsters ou des kadhafistes. Pourtant, la semaine dernière, à Nawfaliyah, ville située à 160 km au sud de Syrte, le groupe EI a paradé avec une centaine des ses pick-up armés. Peu après, un accrochage avec ces jihadistes avait eu lieu et trois miliciens de Fajr Libya étaient tués.

Cependant, c’est à Syrte que la confrontation pourrait avoir lieu dans les prochains jours. La ville de naissance de l’ancien colonel Kadhafi vient en effet de tomber, en partie, sous contrôle de l’organisation Etat islamique. Selon le correspondant du journal Libération, sur place, une centaine de pick-up armés des milices Fajr Lybia sont partis, ce lundi, pour déloger, de cette ville hautement symbolique, environ huit cents combattants du groupe Etat islamique.
 

Commentez sur Facebook