Lien vers ce message 12 Février 2015, 7:05
Publié le 10-02-2015
Par RFI


http://fr.africatime.com/sites/default/files/photo-articles/2015/f%C3%A9v/tempete_a_madagascar.jpg
Fortes pluies sur Antananarivo, la capitale malgache.
RFI/Jeanne Richard


Les intempéries frappent plusieurs régions de Madagascar depuis début janvier. Le dernier bilan des tempêtes qui ont touché le pays est de 81 morts. Il y a eu mi-janvier la tempête Chedza, puis la semaine dernière la tempête Fundi qui a frôlé le sud-ouest. A Antananarivo, des milliers d'habitants ont encore les pieds dans l'eau, car la saison des pluies bat son plein.

« Là, c’est la cuisine. On a des petits ponts jusqu’à la cuisine », explique Eloi, un habitant d’Antananarivo. Ces petits ponts, ce sont en fait des petites digues en planche de bois qu'Eloi a installées pour se déplacer dans son appartement sans toucher le sol inondé. Il habite avec ses trois enfants au bord d'un canal d'évacuation bouché.

A lire :

>> [VIDEO] - RUSSIE - En feu, il saute du haut d'un immeuble

>> Etats-Unis : « Mes enfants ont été possédés par des démons »

>> Mali: «Nous voulons une loi qui interdise l’excision»

Depuis un mois, l'eau du canal coule directement dans son logement, Eloi a donc tout surélevé : « On a mis le lit sur une grosse pierre et c’est à 60 cm du sol et l’eau, la dernière, est montée à 40 cm, donc il y a encore 20 cm pour dormir. C’est dur. »

http://etat-du-monde-etat-d-etre.net/wp-content/uploads/arton6101.jpg http://www.people-bokay.com/wp-content/uploads/2013/12/sainte-lucie-pluie-diluvienne-noel-2013.jpg


Une dizaine de mètres plus loin : Tiana, a de l'eau jusqu'au mollet. Elle habite une minuscule maison sur un monticule de terre : « On n'a reçu de l'aide qu’une seule fois, 25 kg de riz et 25 kg de lentilles pour six familles. Les enfants sont malades, ils toussent, et ils ont mal au ventre. »

Tiana, comme ses voisins du quartier, a été logée dans un gymnase, mais elle a préféré rentrer chez elle après trois jours. Le gymnase était trop loin de l'école des enfants, explique-t-elle. Comme elle, 35 000 habitants de la capitale sont encore aujourd'hui sinistrés.
 

Commentez sur Facebook