Lien vers ce message 07 Février 2015, 7:34
Créé le 06.02.2015 à 05:51
M.C. 20 MINUTES


L'enfant avait été entendu par la police après avoir dit à l'école qu'il n'était «pas Charlie»...

http://img.20mn.fr/Cn52ojEPToaFSs2VD8GFgA/648x415_ahmed-8-ans-accuse-apologie-terrorisme-raconte-version-faits-video.jpg
Ahmed, 8 ans, accusé d'apologie du terrorisme, raconte sa version des faits dans une vidéo. - Capture d'écran/20 MINUTES


Après avoir été entendu par la police niçoise pour «apologie d’acte de terrorisme», Ahmed, 8 ans, donne sa version des faits. Selon son instituteur, le petit garçon avait lancé le 8 janvier, au lendemain de l’attentat contre Charlie Hebdo: «Je ne suis pas Charlie, je suis avec les terroristes.»

Si l’enfant confirme ces propos dans une vidéo mise en ligne par le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF), sur la chaîne Youtube Islamotion, sa version du reste des événements diffère sensiblement de celle du directeur de l’école, qui l’avait mis en cause.



«Le maître nous a parlé sur les douze morts et nous a dit: "Est-ce que vous êtes pour Charlie, vous êtes contre?" Moi j’avais dit que j’étais contre Charlie et le maître m’avait envoyé chez le directeur». Là, le directeur «m’avait pris par la joue et m’avait cogné trois fois la tête dans le tableau», raconte l’enfant, avant de le mettre «dans le coin». Il lui aurait ensuite «donné le ciseau en me disant «tue qui te plait pas». Plus tard, le directeur ne l’aurait «pas laissé faire la minute de silence».

«Imagine, si on t’arrête l’insuline, tu meurs»

L’avocat de l’enfant et de ses parents, Me Sefen Guez Guez, avait rapidement rapporté «la privation» d’insuline de l’enfant, diabétique, «par le corps enseignant». Le maître, selon Ahmed, l’aurait «envoyé à la cantine sans me faire mon dextro (l’appareil qui mesure le taux de sucre dans le sang)», en lui lançant: «Imagine, si on t’arrête l’insuline, tu meurs». «Pourquoi maître je fais pas mon dextro?», aurait alors demandé l’enfant à l’enseignant qui lui aurait répondu: «Parce que tu souhaites la mort aux autres, et pourquoi pas toi tu meurs?».

A lire :

>> USA : Un documentaire choc sur le porno des adolescentes

>> Puerto Rico: Un pasteur rattrapé par son passé d'acteur porn

>> Turquie: «Procréer est l'unique carrière pour une femme»

L’enfant raconte ensuite que le maître l’aurait «pris par les cheveux» dans la classe pour lui faire appliquer une consigne, lui disant plus tard «Quand tu seras grand, tu vas prendre des Kalashnikov et tu vas tirer sur les fenêtres des autres.»

«Défaite de l’école républicaine»

Le père d’Ahmed, poursuivi pour «intrusion dans l’établissement», témoigne ensuite dans la vidéo. Il dit être venu simplement pour faire le point avec l’infirmière sur le diabète de son fils, et avoir demandé à Ahmed de s’excuser pour ses propos.

La ministre de l’Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem, avait évoqué «l’attitude brutale» et menaçante du père. Selon l’avocat, le père n’a pourtant pas été poursuivi, ni même entendu pour ces accusations. Me Sefen Guez Guez dénonce «une défaite de l’éducation nationale, une défaite de l’école républicaine».
Message édité 1 fois, dernière édition par root, 07 Février 2015, 7:36  
 

Commentez sur Facebook