Lien vers ce message 26 Janvier 2015, 11:47
Publié le 26-01-2015
Par RFI


http://scd.rfi.fr/sites/filesrfi/imagecache/rfi_16x9_1024_578/sites/images.rfi.fr/files/aef_image/2014-01-14T171625Z_1977155134_GM1EA1F03AB01_RTRMADP_3_CENTRALAFRICAN_0.JPG
(Photo d'illustration). Un combattant anti-balaka à Bangui. Ce sont les combattants anti-balaka qui ont enlevé l'humanitaire française qui ont pris en otage Armel Sayo le 25 janvier 2015.
REUTERS/Siegfried Modola


En RCA, après la Française Claudia Priest rentrée en France dimanche, c'est le ministre de la Jeunesse et des Sports, Armel Sayo, qui a été pris en otage à Bangui. Les tractations pour obtenir sa libération sont engagées.

Selon les informations de RFI, dès l'enlèvement du ministre confirmé, une cellule de crise s'est mise en place. « C'est en fait l'équipe qui a permis la libération de Claudia Priest qui a été réactivée », nous indique un haut responsable centrafricain.

Selon cette source, ce sont les combattants anti-balaka qui ont enlevé l'humanitaire française qui ont pris en otage Armel Sayo dimanche matin alors qu'il rentrait chez lui après la messe. Les ravisseurs ont toujours la même revendication : ils exigent la libération de leur chef, le général Andjilo, général anti-balaka arrêté il y a huit jours par la Minusca.

Les premières discussions se sont engagées dans la journée. Le ministre de la Sécurité publique gère ce dossier sensible. Il est aidé, appuyé par l'archevêque de Bangui, Mgr Nzapalainga qui a joué un rôle clef pour obtenir la libération de Claudia Priest. Notre source gouvernementale conclut : « L'utilisation de la force est exclue, seule la discussion permettra d'aboutir et de faire libérer Monsieur Sayo. »

Adrien Poussou, le conseiller en communication du gouvernement centrafricain, s'est dit inquiet de la multiplication des enlèvements dans le pays. « C'est quelque chose que nous ne connaissons pas, donc nous sommes très inquiets », indique-t-il.

Claudia Priest de retour à Paris

Hier, dimanche, l'avion de la République s'est posé à 18h15 à la base aérienne de Villacoublay. A bord, Claudia Priest, l'humanitaire âgée de 67 ans qui a été otage des anti-balaka durant cinq jours à Bangui.

A Lire :

>> L’Union africaine se saisit du dossier Boko Haram

>> #RDC : l'Assemblée supprime le projet de loi électorale

>> Sénégal-Dakar: 1millier de manifestants contre Charlie Hebdo

Ni mon épouse ni moi n'en voulons aux ravisseurs car ce sont des jeunes qui n'ont pas eu la chance d'avoir une éducation, qui n'ont aucun avenir. Leur réaction, je peux presque l'excuser.
Armand
Le mari de Claudia Priest
26/01/2015 - par Guillaume Thibault
 

Commentez sur Facebook