Lien vers ce message 23 Janvier 2015, 22:16
Publié le 22-01-2015
Par RFI


http://scd.rfi.fr/sites/filesrfi/imagecache/rfi_16x9_1024_578/sites/images.rfi.fr/files/aef_image/2015-01-19T164929Z_643711608_GM1EB1J1UHW01_RTRMADP_3_CONGODEMOCRATIC-POLITICS-PROTESTS_0.JPG
Au moins deux étudiants ont été blessés jeudi à Goma, dans l'est de la République démocratique du Congo. (photo de Goma datée du 19 janvier 2015)
REUTERS/Kenny Katombe


Le président du Sénat a annoncé à la radio nationale le report à ce vendredi 9h de l'examen de la loi électorale controversée, à l'origine de manifestations de protestation ces derniers jours en République démocratique du Congo. Evoquant « une loi importante », Léon Kengo Wa Dondo a estimé qu'il fallait prendre le temps de l'examiner sereinement. Un calme fragile régnait à Kinshasa ce matin après trois jours de violences meurtrières. L'Internet fixe a été rétabli après 48 heures de coupure. Dans le reste du pays, à Goma et Butembo, dans l'est du Congo, mais aussi Kimpece dans l'ouest, des manifestations d'étudiants sont signalées, ainsi que des heurts avec la police.

Le Sénat doit une nouvelle fois examiner le projet de loi électorale à l’origine des manifestations et heurts de ces derniers jours. La zone autour du Palais du peuple qui abrite le Sénat a été de nouveau bouclée par la police ce jeudi matin. Aucune voiture ne passe. C’est là que le texte de loi devait être examiné cet après-midi à partir de 14h, mais le président du Sénat a annoncé son report.

Deux options sont possibles. Soit il est adopté tel quel par les sénateurs, soit il est modifié et, dans ce cas, une commission mixte composée de sénateurs et de députés devra trouver un consensus avant un dernier examen devant l’Assemblée nationale. Compte tenu des troubles de ces derniers jours, mais aussi des nombreuses critiques formulées au sein du Sénat, beaucoup espèrent que ce texte sera modifié. La question est de savoir si cet article 8 qui conditionne la tenue des élections à un recensement restera tel quel ou non.

Retour de l'Internet fixe à Kinshasa

Seuls les accès à l'Internet fixe ont été rétablis ce matin à Kinshasa, c'est-à-dire tous les accès via un routeur dans un bureau ou un domicile. Sont par contre toujours bloqués les accès mobiles, via la 3G sur les téléphones portables ou les tablettes par exemple. Les opérateurs téléphoniques, mécontents, dénoncent une mauvaise décision économique après près de 48h de black-out. Pour le reste, c’est un calme fragile qui règne dans les rues. La circulation a repris ce matin dans la capitale, mais les écoles sont toujours fermées. Le campus de l’université était bouclé par la police ce matin et interdit d’accès aux journalistes. La nuit dernière un membre de la société civile de Kinshasa, Christopher Ngoy Mutamba, a été arrêté par des éléments de la police militaire.

Des heurts dans le reste du pays

Dans le reste du pays à Goma et Butembo dans l'est du Congo, mais aussi Kimpece dans l'ouest, des manifestations d'étudiants contre ce projet de loi et leur dispersion par la police sont signalées. A Goma, la police a tiré sur les manifestants hostiles au président. Selon l'AFP, il y aurait deux blessés.

A Lire :

>> Afrique du Sud: heurts et pillages à Soweto

>> #RDC #Telema: la contestation s’étend à l’est du pays

>> Violences à Kinshasa FIDH donne un bilan de 42 morts #Telema

En ce moment la situation est tendue à Goma...Il y aurait des morts et des blessés. Concrètement il y a une manifestation le matin à l'université de Goma. La police est intervenue aussitôt pour disperser les étudiants à coup de gaz lacrymogènes. J'ai vu moi même 4 étudiants être arrêtés.
Témoignage d'un habitant de Goma
22/01/2015 - par Sébastien Nemeth
 

Commentez sur Facebook