Lien vers ce message 23 Janvier 2015, 0:56
Publié le 21-01-2015
Par RFI


http://scd.rfi.fr/sites/filesrfi/imagecache/rfi_16x9_1024_578/sites/images.rfi.fr/files/aef_image/soweto76756916_0.jpg
Vue générale de Soweto, en Afrique du Sud.
Getty Images


En Afrique du Sud, des heurts et des pillages à Soweto ravivent la crainte d’attaques xénophobes. Plusieurs dizaines de magasins appartenant à des étrangers ont été attaqués et pillés depuis le début de la semaine dans un quartier de ce township. A l’origine des ces incidents, le décès d’un garçon âgé de 14 ans abattu par un commerçant d’origine étrangère.

Le jeune a apparemment été abattu alors qu’il tentait de dévaliser un magasin. Un deuxième adolescent a également été blessé. L’incident, survenu en début de semaine, a provoqué la colère de la communauté qui s’est rapidement transformée en confrontation avec les commerçants étrangers.

Des manifestations ainsi que des rues barricadées s’en sont suivies et depuis, une quarantaine de commerces appartenant à des Bengalis, des Pakistanais, des Ethiopiens ou encore des Somaliens ont été pillés.

La police a également dû évacuer plusieurs dizaines de commerçants pétrifiés. Pour Marc Gbaffou, du Forum de la diaspora africaine, il n’y a aucun doute : il s’agit d’attaques xénophobes.

« Les autorités sud-africaines parlent plutôt de criminels, mais nous disons que si ce sont des criminels, pourquoi vient-on – à côté d’un petit commerce sud-africain – attaquer le commerce qui appartient au migrant et pas l’autre ? Pour nous, ce sont, donc des attaques xénophobes », a-t-il fait part à RFI.

A Lire :

>> Violences à Kinshasa FIDH donne un bilan de 42 morts #Telema

>> Technologie : Le Botswana se rêve en terre d’innovation

>> VIDEO - Cameroun: Boko Haram enlève soixante personnes

Marc Gbaffou s’inquiète, par ailleurs, du peu de réactions des autorités et rappelle qu’en 2008, une vague de violences xénophobes avait fait plus de soixante morts.

La police a arrêté, ce mercredi soir, une quinzaine de personnes pour saccage et pillages ainsi que cinq commerçants pour port d’armes illégal et faux papiers.
 

Commentez sur Facebook