Lien vers ce message 17 Janvier 2015, 17:08
Publié le 17-01-2015
Par RFI


http://scd.rfi.fr/sites/filesrfi/imagecache/rfi_16x9_1024_578/sites/images.rfi.fr/files/aef_image/2014-04-30T144358Z_459873978_GM1EA4U1ABD01_RTRMADP_3_SYRIA-CRISIS_0.JPG
Des combattants rebelles courent pour échapper aux tirs des snipers de l'armée syrienne, le 29 avril 2014.
REUTERS/Badi Khlif


Les Etats-Unis devraient commencer à former les rebelles syriens modérés en mars. Le Pentagone a annoncé le déploiement de plusieurs centaines de militaires américains pour assurer la formation dans plusieurs pays d’accueil de la région. Une mesure souhaitée depuis longtemps par les parlementaires américains.

Avec notre correspondant à Washington, Jean-Louis Pourtet

Cela faisait longtemps que l’administration Obama en parlait. C’est maintenant officiel. Dans un premier temps, si tout va bien, environ 400 militaires américains appartenant pour la plupart aux forces spéciales devraient commencer à former des rebelles syriens modérés vers la fin mars. La formation aura lieu en Turquie, en Arabie saoudite et au Qatar ainsi que dans deux autres pays qui n’ont pas été nommés. L’objectif est d’entraîner la première année 5 000 Syriens dont la mission essentielle sera de protéger les populations et d’attaquer l’Etat islamique, mais aussi, quoiqu’à un moindre degré, de soutenir l’opposition à Bachar el-Assad.

Lire aussi :

>> Charlie Hebdo ressemble à une opération des services secrets

>> Niger: 4 morts dans des manifestations anti-«Charlie Hebdo»

>> Lutte contre Boko Haram: le Tchad va envoyer des troupes

Si le programme est un succès, 10 000 autres rebelles pourraient être à leur tour formés. Mais dans l’immédiat, le gros problème des Etats-Unis est le recrutement. Il leur faut séparer le bon grain de l’ivraie et s’assurer que ceux qui vont bénéficier de leur entraînement n’iront pas rejoindre les jihadistes.

S’ils y parviennent, les Etats-Unis auront des partenaires indispensables sur le terrain qui pourront les aider à affiner la précision de leurs attaques aériennes. Cela leur permettra d’éviter d’avoir à envoyer des troupes au sol en Syrie, une mesure qui serait très impopulaire auprès de l’opinion américaine.
 

Commentez sur Facebook