Lien vers ce message 20 Novembre 2014, 22:21
Par figaro Pauline Fréour - le 19/11/2014

Une étude américaine met en garde contre les effets parfois grave de la caféine chez les très jeunes.
Depuis plusieurs années, les mises en garde relatives aux boissons énergisantes de type Red Bull se multiplient: pas de consommation avec de l'alcool, pendant l'effort physique ou chez les femmes enceintes ou allaitantes.


http://sante.lefigaro.fr/sites/default/files/styles/450_x_/public/media/field_media_image/PHO39c7ca16-6ff5-11e4-af22-528d58c64877-805x453.jpg?itok=hUUuSsTb

Chez l'enfant de 7 à 9 ans, le maximum de caféine acceptable par jour est atteint dès une demi-tasse de café.


Parmi les publics sensibles figurent également les enfants, pour lesquels le risque n'est pas fantasmé, rappelle une étude conduite après des centres antipoison américains.

Selon l'enquête du Dr Steven Lipshultz, pédiatre à l'hôpital des enfants de Détroit (Michigan), plus de 40 % des appels aux centres antipoison relatifs à des boissons énergisantes concernent des enfants de moins de six ans. Cela représente environ 3100 cas pour les États-Unis sur une période de trois ans, entre 2010 et 2013. Un chiffre faible au regard de la population (316 millions d'habitants), mais néanmoins significatif.

Un quart de ces enfants présentaient «des symptômes cardiaques et neurologiques modérés à sérieux», précise le pédiatre, qui a présenté ses résultats en début de semaine lors du congrès de l'American Heart Association.

Interdit avant 6 ans

L'excès de caféine a un effet excitant sur l'organisme bien établi: «Cette substance accélère le fonctionnement du cœur, ce qui peut conduire à la tachycardie, à des troubles du rythmes voire à l'arrêt cardiaque dans les cas les plus extrêmes. Au niveau du cerveau, la surexcitation des neurones peut entraîner des convulsions», énumère le Dr Luigi Titomanlio, pédiatre urgentiste à l'hôpital Robert-Debré à Paris.

Certaines canettes de Red Bull peuvent contenir jusqu'à 400 mg de caféine, alors qu'une tasse de café en présente 130 mg, et un coca, source d'apport souvent oubliée, 40 mg. Une intoxication peut survenir à des doses variables selon l'âge: plus de 400 mg par jour chez l'adulte, plus de 100 mg par jour chez l'adolescent, et 2,5 mg par kilo corporel par jour chez l'enfant de moins de 12 ans. «La caféine est proscrite chez l'enfant de moins de 6 ans, rappelle le Dr Titomanlio. Chez l'enfant de 7 à 9 ans, le maximum acceptable est atteint dès une demi-tasse de café.»

Pour le Dr Lipshultz, l'ampleur du phénomène d'intoxication à la caféine chez les enfants serait bien plus étendu que ce que reflètent ses données. En effet, rappelle-t-il, tous les cas ne donnent pas lieu à un appel aux centres antipoison, de nombreuses personnes se rendant directement chez leur médecin ou aux urgences.
En France, où la vente de boissons énergisantes n'est autorisée que depuis 2008, les intoxications aiguës à la caféine chez les jeunes enfants seraient moins fréquentes qu'aux États-Unis, estime le Dr Jérôme Langrand, du centre antipoison de Paris. «Chez les moins de 5 ans, la consommation est principalement accidentelle», précise-t-il. Selon les dernières données du dispositif de nutrivigilance, 5 cas d'intoxication auraient été recensés chez les moins de 10 ans, se manifestant en général par de l'agitation.

Troubles du sommeil

À l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses), Franck Fourès, directeur adjoint de l'évaluation des risques, constate que la consommation régulière de boissons énergisantes par les enfants n'est pas si négligeable. «Nous avons été surpris de constater, lors d'une étude conduite dans 16 pays européens en 2013, que 3 % des enfants prenaient du Red Bull ou équivalent 4 à 5 fois par semaine. Chez les adolescents, on passait à 8 %».

Lire aussi :

>> Sante : Le cancer colorectal touche plus de jeunes adultes

>> SANTE : Les animaux de compagnie sont-ils sans danger ???

>> Les 10 graines excellentes pour la santé

>> Fench kiss: 80 millions de bactéries échangées en 10 seconde

Les excès de caféine peuvent avoir des effets moins aigus et spectaculaires que les troubles sévères mentionnés dans l'étude américaine, mais néanmoins très ennuyeux pour le développement de l'enfant. «Une surconsommation de caféine entraîne un syndrome de sevrage, qui perturbe le sommeil de l'enfant, créant une somnolence dans la journée, ce qui le pousse de nouveau à rechercher l'effet de la caféine pour rester éveillé. C'est un cercle vicieux», explique Franck Fourès. Par ailleurs, la caféine est un psychostimulant qui favorise les futures dépendances (à l'alcool, au tabac, aux drogues) chez les enfants et les adolescents dont le néocortex n'est pas mature.

LeFigaro
Message édité 1 fois, dernière édition par root, 20 Novembre 2014, 22:36  
 

Commentez sur Facebook