Lien vers ce message 30 Octobre 2014, 22:04
Créé le 30.10.2014 à 11:01

Le gouvernement du Burkina Faso a annulé le vote prévu jeudi d'une révision constitutionnelle et a appelé la population «au calme», après l'incendie de l'Assemblée nationale par des manifestants opposés à ce projet et la mort d'un jeune homme. L'armée burkinabè annonce la dissolution du gouvernement.

http://img.20mn.fr/92mQ6KU9Qm-0hfPnk4vwUw/648x415_manifestants-soutenant-parti-opposition-burkina-faso-protestent-contre-projet-revision-constitutionnelle-permettant-maintient

Des manifestants, soutenant le parti d'opposition au Burkina Faso, protestent contre le projet de révision constitutionnelle permettant le maintient au pouvoir de Compaoré, à Ouagadougou le 28 octobre 2014 - Issouf Sanogo AFP


«Le gouvernement a annulé le vote de la loi», a déclaré Alain Edouard Traoré, porte-parole du gouvernement et ministre de la Communication. Dans un communiqué, le gouvernement a également «appelé les populations au calme et à la retenue», après le saccage de l'Assemblée par des manifestants.

Des manifestants avaient également pris d'assaut la télévision nationale

Les députés devaient voter dans la matinée une révision constitutionnelle controversée qui permettrait le maintien au pouvoir du président Blaise Compaoré. Plus d'un millier de manifestants avaient réussi à pénétrer tôt jeudi matin dans l'Assemblée nationale à Ouagadougou et l'avaient en partie saccagée avant de la brûler.

Les forces de l'ordre, qui avaient commencé par tirer au gaz lacrymogène sur les manifestants, ont ensuite battu en retraite. Des manifestants avaient également pris d'assaut la télévision nationale.

PLUS D'INFORMATIONS SUR CE SUJET EN VIDÉO




https://pbs.twimg.com/media/B1N69_RCYAA-W_3.jpg


www.20minutes.fr
 

Commentez sur Facebook