Lien vers ce message 05 Juin 2014, 23:55
CONGO BRAZZAVILLE, (CONGOSITE) - La réunion de la commission mixte République du Congo-République démocratique du Congo (RDC), sur la situation des expulsions des ressortissants de la RDC au Congo-Brazzaville, tenue du 2 au 3 juin dernier à Kinshasa, s’est soldée par la signature d’une convention sur la mise en place d’une équipe devant enquêter sur les actes de violence qui auraient été commis sur les ressortissants de la RDC vivant au Congo lors de leur expulsion suite à l’opération «Mbata ya Bakolo».

http://www.lephareonline.net/wp-content/uploads/2014/04/brazza1.jpg’’Mbata ya Bakolo’’ : L’enquête sur les présumées violences doit s’effectuer à Brazzaville et à Kinshasa
De cette réunion, on a pu retenir deux conclusions majeures. D’abord, la création d’une commission d’enquête mixte pour faire la lumière sur les présumées violations des droits de l’Homme commises lors des expulsions des Congolais de Kinshasa à Brazzaville. Ensuite, la signature d’une convention portant circulation et établissement des personnes et des biens entre les deux pays. Cette convention devra être ratifiée prochainement par les parlements des deux pays.

En ce qui concerne le premier point, c’est la RDC qui a exigé l’ouverture de cette enquête. Son ministre de l’intérieur, sécurité, décentralisation et affaires coutumières, Richard Muyej Mangeze Mans, a annoncé que les victimes identifiées demanderont réparation. «Il est important que les deux partis soient informés de tout ce qu'il s’est passé de manière objective. Cela permet de réchauffer d'avantage les relations», a-t-il ajouté.

Le communiqué final de cette commission indique qu’à ce jour, 136.804 ressortissants de la RDC dont 46.154 hommes, 33.574 femmes et 57.076 enfants, ont été expulsés du Brazzaville.

Concernant la convention, les deux pays ont décidé que les personnes vivant au bord de leur frontière vont de nouveau traverser la frontière pour un séjour de trois jours maximum, munies d’un laissez-passer et d’une carte nationale d’identité. Tous ceux qui voudraient s’installer dans l’un de ces pays devront se munir d’un passeport.

Une attention particulière a été accordée aux dossiers des travailleurs expatriés justifiant d’un emploi stable ainsi qu’à ceux des élèves, étudiants, agriculteurs et exposants des marchés forains. Les deux parties se sont engagées à définir en leur faveur des modalités spécifiques.

Le communiqué ne fait pas mention des violences subies par les Congolais de Brazzaville vivant en RDC, pourtant en situation régulière. En effet, plus de 500 étudiants congolais ont été expulsés d’une manière cavalière et musclée de Kinshasa. Les Congolais de la RDC qui ont dit avoir réagi à l’opération «Mbata ya Bakolo», ont violé de façon disproportionnée le sacro-saint principe de la «réciprocité» qui sous-tend les relations internationales. Selon les témoignages rapportés par des agents exerçant au Beach de Brazzaville, plusieurs étudiants sont rentrés avec des habits déchirés, des visages égratignés, des passeports déchirés.

Il est étonnant que la chasse à l’homme organisée contre ces jeunes qui vivaient à Kinshasa pour des études et qui s’étaient régulièrement inscrits dans des instituts et écoles de cette ville ne soit pas mentionnée dans le communiqué final sanctionnant les travaux de la commission mixte. Pourtant, eux aussi un traitement inhumain.

Selon certaines informations officieuses recueillies au ministère de l’intérieur et de la décentralisation du Congo-Brazzaville, le problème de ces étudiants n’a pas été posé à la commission. Le gouvernement qui n’a pas encore enregistré des plaintes officielles déposées par les étudiants victimes de ces violences à Kinshasa ou par leurs parents, s’abstient donc de poser un problème aussi grave sur la base des «rumeurs», même si les images de tortures sont visibles sur les réseaux sociaux.

En tout cas, plaintes officielles ou non, la commission d’enquête devra statuer sur tous les cas de violations des droits de l’Homme, c’est-à-dire les cas présumés commis tant à Brazzaville qu’à Kinshasa.
Message édité 1 fois, dernière édition par root, 26 Juin 2014, 13:12  
 

Commentez sur Facebook