Lien vers ce message 30 Octobre 2014, 10:25
Par Diane de Fortanier Publié le 29/10/2014 à 18:43

Créer un réseau d’urgence à très haute vitesse, c’est le but de cet étudiant belge qui a monté un prototype de drone-défibrillateur pour sa thèse à l’université de technologie de Delft aux Pays-Bas.

http://assets.etudiant.lefigaro.fr/cms/pics/PHO2265e3de-5f89-11e4-ab95-57e904a431e8-805x453.jpg


«Drones for good» (les drones pour le bien), c’est le titre de la thèse d’Alec Momont, 23 ans. Persuadé que ces aéronefs peuvent avoir une utilisation autre que «liée à la destruction [à laquelle ils sont associés] à cause de leur usage clandestin par les États-Unis», le jeune étudiant belge de la faculté de Génie industriel de l’université de technologie de Delft s’est attelé, il y a six mois, à la conception d’un drone-défibrillateur dans le cadre de sa thèse.

«Mon but est de créer un réseau d’urgence à très haute vitesse» explique le jeune homme au Figaro. Le robot volant, baptisé «drone-ambulance», doit «pouvoir arriver sur le lieu de l’accident vasculaire-cérébral en moins d’une minute.» Le protocole d’action est simple: une fois l’appel d’urgence passé au 112 , le drone vole automatiquement vers la localisation de l’appel. Une fois arrivé, il atterrit, replie ses ailes, et on peut utiliser le défibrillateur qu’il transporte. «Bien sûr, cela ne supplante pas les secours, il s’agit d’un complément à leur action» précise Alec Momont. Avec une vitesse de 120 km/h, un drone peut agir en moins d’une minute sur une aire de 12 km², selon son jeune concepteur: «Il en faudrait environ 3000 pour équiper les Pays-Bas», a-t-il calculé.

Lire aussi :

>> [VIDEO] HP lance un premier PC sans clavier ni souris

>> Des Softwares Microsoft Deviennent GRATUIT et OPEN-SOURCE

>> « Les Chinois ont la volonté de résider sur la Lune »

>> Google veut étendre l'accès à internet

C’est l’incubateur de start-up Living Tomorrow qui a aidé l’étudiant à monter son projet onéreux, puisqu’il a déjà coûté 5000 euros. Avec son maître de thèse, ce dernier souhaite à présent développer son projet pour parvenir à des vitesses plus élevées, «de l’ordre de 200 km/h», et surtout continuer d’essayer de «sauver des vies.» Appuyer les secours lors d’avalanches fait partie des pistes envisagées par l’étudiant, qui a étudié un temps à Strate École de design, basée à Sèvres.



LeFigaro
Message édité 1 fois, dernière édition par root, 13 Novembre 2014, 20:33  
 

Commentez sur Facebook