Lien vers ce message 23 Octobre 2014, 7:34
mardi 21 octobre 2014 à 0h53

Washington a appelé lundi Kinshasa à revenir sur sa décision d'expulser le chef du Bureau des droits de l'homme de l'ONU en République démocratique du Congo (RDC), qui avait publié un rapport dénonçant des bavures policières dans le pays.


http://ds1.ds.static.rtbf.be/article/image/624x351/9/5/a/155934447283c075f8cdc4845564fba1-1414042680.jpg


Les Etats-Unis sont "profondément inquiets" de cette décision des autorités congolaises d'expulser Scott Campbell, a déclaré le département d'Etat. Le diplomate a quitté vendredi soir Kinshasa. Jeudi, le gouvernement congolais avait demandé à l'ONU de le rappeler, le déclarant "persona non grata" en RDC. Les services de Scott Campbell avaient publié mercredi un rapport dénonçant des bavures policières pendant une grande opération antibanditisme à Kinshasa entre novembre 2013 et février 2014, dont neuf meurtres et 32 disparitions forcées.

Le rapport précisait qu'il s'agissait là uniquement de cas documentés par l'ONU et que le nombre de victimes de l'opération "pourrait être beaucoup plus élevé". Les autorités congolaises ont estimé en substance que ce rapport était de mauvaise foi et animé par un esprit partisan, accusant M. Campbell de dénigrer systématiquement la RDC. "Nous pressons le gouvernement de RDC d'enquêter sur les allégations d'exécutions sommaires et de disparitions forcées menées par des membres de ses forces de sécurité telles que soulignées dans le (...) rapport, et de faire en sorte que les responsables rendent des compte", a affirmé la porte-parole du département d'Etat Marie Harf dans un communiqué. "Nous appelons fermement le gouvernement de RDC à annuler sa décision" d'expulser Scott Campbell, a-t-elle insisté.

La mission des Nations unies au Congo "a été spécialement mandatée par le Conseil de sécurité pour préparer des rapports réguliers sur la situation des droits de l'homme" dans le pays, a rappelé Marie Harf, qui a souligné le "rôle vital" de l'ONU pour la stabilité de la RDC.

www.rtbf.be
 

Commentez sur Facebook