Lien vers ce message 01 Octobre 2014, 0:21
Par Nicolas Barotte Publié le 29/09/2014 à 20:29

Les photographies de réfugiés maltraités dans un centre pour demandeurs d'asile en Rhénanie-du-nord- Wesphalie scandalisent l'Allemagne, pays vers lequel affluent nombre de Syriens fuyant la guerre.

http://www.lefigaro.fr/medias/2014/09/29/PHO22202208-4806-11e4-a6d8-2a51f839b71b-805x453.jpg


Correspondant à Berlin

La photo a fait scandale. On y voit un homme à terre -un étranger- menotté, le visage sous le pied d'un surveillant. Un deuxième surveillant pose, à genoux, l'air fier de lui. La scène, photographiée mi-septembre, se passe dans un centre pour demandeurs d'asile à Burbach, en Rhénanie-du-nord-Westphalie et a suscité l'indignation en Allemagne.

«Ce sont des images, que nous ne connaissions qu'à Guantanamo», a déclaré le chef de la police de Hagen, Frank Richter. «Chaque citoyen est choqué», a commenté le porte-parole du gouvernement, Steffen Seibert. «Les responsables doivent rendre compte de leurs actes». Une enquête pour maltraitance a été ouverte contre au moins quatre agents incriminés. Et d'autres cas de maltraitance ont déjà été enregistrés par la police, qui a commencé à entendre les quelque 700 réfugiés installés dans le centre de Burbach. Une enquête est aussi en cours sur des violences commises dans des centres situés à Essen et Bad Berleburg.

100.000 nouveaux demandeurs

Le centre d'hébergement de Burbach, comme cinq autres dans l'ouest du pays, est administré par la société privée European Homecare, spécialisée dans l'aide sociale. Pour les associations de défense de réfugiés, c'est l'une de clés du problème. «Les agents de sécurité de la société privée European Homecare n'ont pas subi le moindre contrôle», a dénoncé l'association ProAsyl. En l'occurrence, c'est un autre sous-traitant, la société SKI, qui est chargée de la sécurité des centres. Suite à l'ouverture de l'enquête, l'entreprise s'est vue retirer son contrat.

Sans défendre les actes commis par les agents de sécurité, European Homecare se défend en assurant manquer de moyens et notamment de personnel pour faire face à l'explosion du nombre de demandeurs d'asile. En Europe, l'Allemagne est devenue l'une des premières destinations des réfugiés venus de Syrie ou d'Irak. Tous les centres d'hébergement sont saturés.

Depuis le 1er janvier, près de 100000 nouveaux demandeurs ont été enregistrés en Allemagne. Le ministre des Affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier, a annoncé la semaine dernière l'organisation d'une conférence internationale sur les réfugiés syriens, le 28 octobre à Berlin. C'est de cette zone de conflit que proviennent la plupart des réfugiés.

LeFigaro
 

Commentez sur Facebook