Lien vers ce message 20 Septembre 2014, 11:02
Le magazine Hollywood Reporter a obtenu les statistiques de vaccination des écoles du comté de Los Angeles, et il en ressort que plus un établissement est huppé et fréquenté par les enfants des stars d’Hollywood, plus son taux de vaccination est bas.

http://www.slate.fr/sites/default/files/imagecache/1090x500/vaccin_3.jpg


Dans des villes comme Malibu, Hollywood, Santa Monica et Beverly Hills, le pourcentage de parents qui refusent de faire immuniser leurs enfants à la maternelle est de 9% en moyenne, contre 2,2% dans la totalité du comté de Los Angeles.

A la Kabbalah Children’s Academy de Beverly Hills, qui propose aux élèves «un programme spirituel fondé sur des principes et outils kabbalistiques», 57% des parents ont rempli des formulaires d'exemption pour croyance personnelle, et au Waldorf Early Childhood Center de Santa Monica, ils sont 68% à avoir demandé de telles exemptions. Ces demandes indiquent soit que l'enfant n'est pas vacciné, soit qu'il est vacciné selon un calendrier différent de celui recommandé par les autorités sanitaires américaines.

http://www.slate.fr/sites/default/files/imagecache/1090x500/1280px-hollywoodsign.jpg


Beaucoup de parents suivent la «philosophie» médicale du pédiatre californien Robert Sears, auteur d'un livre publié en 2007 –The Vaccine Book– qui préconise de vacciner les enfants plus tard et moins fréquemment que ce qui est recommandé par les agences gouvernementales. Il recommande aussi de ne pas faire certains vaccins, comme celui contre l'hépatite B et la polio, et considère que l'immunisation rougeole-oreillons-rubéole devrait être facultative.

Selon une douzaine de pédiatres locaux interviewés par le magazine, ce ne sont plus vraiment les peurs (infondées) d'un lien entre vaccins et autisme qui entrent en jeu, mais plutôt toute une série d'anxiétés diffuses sur les allergies, l'asthme ou l'eczéma. «La plupart de mes patients affirment qu'ils connaissent quelqu'un, directement ou indirectement, qui leur a dit qu'après avoir été vacciné, leur enfant n'était plus le même», explique une pédiatre.

Le problème, c'est qu'en refusant les normes sanitaires, ces parents affectent l'immunité de la communauté: «Les enfants qui ne sont pas vaccinés mettent les enfants vaccinés en danger», explique la pédiatre Lisa Stern. «Certains enfants que nous vaccinons ne développent pas d'anticorps. L'immunité de la communauté requiert que tout le monde soit vacciné. Si 10% ne sont pas vaccinés, cela met tout le monde en danger.»

Déjà, les décisions personnelles de ces parents sceptiques ont eu des conséquences. Le comté de Los Angeles a connu 1.312 cas de coqueluche cette année, et les pédiatres ont peur d'une propagation rapide si les taux de vaccination continuent de baisser.

Pourtant, de nombreux «pédiatres des stars», comme Jay Gordon, cité dans l'article, défendent l'idée selon laquelle on peut adapter le calendrier de vaccination aux situations individuelles. En bref, certains parents d'Hollywood estiment «instinctivement» que leurs enfants sont vaccinés trop fréquemment, et que ça ne doit pas être bons pour eux. Ce sont des parents qui n'achètent que des produits bio et naturels, et qui se méfient de l'industrie pharmaceutique.

Le journaliste du Hollywood Reporter explique que ces parents riches, éduqués, puissants et célèbres se sentent autorisés à remettre en question le discours médical officiel. Il ne s'agit plus simplement pour eux d'écouter ce que dit le médecin, mais d'avoir une conversation sur ce qui est le mieux pour leur enfant et leur famille... Et si un pédiatre n'est pas d'accord avec leurs «instincts», ils en trouveront un autre plus conciliant.

Slate.fr
Message édité 2 fois, dernière édition par root, 22 Septembre 2014, 10:52  
 

Commentez sur Facebook