Lien vers ce message 17 Septembre 2014, 8:45
Barack Obama a annoncé le déploiement de 3000 soldats en Afrique pour endiguer l'épidémie.

http://sante.lefigaro.fr/sites/default/files/media/field_media_image/PHO5441f1ba-3db3-11e4-9565-a93ce899cd06-805x453.jpgLes États-Unis se sont décidés à intervenir pour contenir l'épidémie d'Ebola qui ravage l'Afrique de l'Ouest. Mardi, le président Barack Obama a annoncé le déploiement de 3000 soldats pour «faire reculer» le mal.

Le plan d'action américain devait être dévoilé dans la journée lors d'une visite à Atlanta aux centres de contrôle des maladies (CDC), un organisme qui lutte déjà sur le terrain contre le virus. Il devrait pour l'essentiel suivre les recommandations de l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Les troupes devraient être concentrées pour la plupart au Liberia. Washington installera ainsi son centre de commandement dans la capitale Monrovia, dans une logique tout à la fois politique et médicale. Les deux pays entretiennent des relations très proches et le Liberia est de loin le plus affecté par le virus. «L'épidémie est totalement hors de contrôle», soulignait récemment Pierre Rollin, un chercheur des CDC.

Médecins sans frontières (MSF), qui gère le plus gros centre de traitement d'Ebola au Liberia et qui a plus de 3300 personnes, dont 300 expatriés dans la région, s'est félicité de cette décision. «Enfin une réaction courageuse d'un grand État dans cette affaire. Jusqu'à présent, les propositions de la Chine, de la France ou du Royaume-Uni n'ont permis d'envisager que 200 lits supplémentaires alors qu'il en faut 700 rien qu'à Monrovia», explique Mego Terzian, le président de MSF-France. Dans un appel rare, l'ONG avait déjà clairement appelé les armées occidentales à intervenir. «Compte tenu de l'ampleur de l'épidémie, il n'y que les militaires pour avoir les stocks, les moyens logistiques et humains nécessaires», ajoute-t-il.

500 travailleurs sanitaires entraînés chaque semaine

Les GI devraient dans un premier temps aider à construire les nouveaux centres de traitement. Ils seront aussi chargés de former du personnel pour soigner les malades, le manque le plus criant actuellement. Quelque 500 travailleurs sanitaires seront entraînés chaque semaine. L'armée américaine, selon un officier, prendra aussi en charge l'immense défi logistique que représente la lutte contre ce virus. «Il faut imaginer que nous aurons sans doute besoin de 10 000 combinaisons de protection par jour dans les trois pays», rappelle Pierre Rollin. D'autres États comme Cuba ou la Chine ont également envoyé des équipes comptant de 150 à 300 personnels soignants. L'Union européenne a débloqué des fonds.

100 millions de dollars pour endiguer Ebola

L'Amérique a, de son côté, engagé un budget de 100 millions de dollars pour endiguer Ebola. Une somme qui ne sera pas suffisante. Alors qu'il y a un mois l'OMS estimait précisément à 100 millions de dollars les besoins, l'organisation les a réévalués, mardi, à un milliard. Le directeur adjoint de l'OMS, Bruce Aylward, a par ailleurs prévenu que l'ouverture des nouveaux centres prendrait encore «des semaines ou des mois». «Il n'est pas trop tard pour agir, même s'il n'est pas certain que ces 3000 militaires suffisent», assure cependant Mego Terzian. Selon lui, la seule vraie issue à l'épidémie se trouve dans la recherche et dans la mise au point rapide d'un vaccin.

LeFigaro
 

Commentez sur Facebook