Lien vers ce message 03 Septembre 2014, 4:45
Après plusieurs mois de négociations, les autorités américaines et nigériennes ont trouvé un accord pour la création d'une base à Agadez d'où pourront désormais décoller les drones de surveillance des États-Unis.

http://www.jeuneafrique.com/photos/092014/002092014184115000000dddd.jpg
Un drone français à Niamey. © AFP


Les drones de surveillance américains décolleront bientôt d'Agadez. Des sources américaines et nigériennes citées par le Washington Post affirment que Niamey et Washington sont parvenus à un accord visant à la création d'une base près de cette ville désertique du nord du Niger.

Selon le Washington Post, le président nigérien, Mahamadou Issoufou, a donné son accord le 7 août, au lendemain du sommet États-Unis/Afrique (5,6 août à Washington), lors d'une réunion à laquelle ont notamment participé le sous-secrétaire à la Défense, Robert Work, et le commandant d'Africom, le général David Rodriguez.

Joint par Jeune Afrique, une source gouvernementale proche du président Issoufou a confirmé l'accord. "Cela faisait plusieurs mois que nous en parlions", explique-t-elle. "Les Américains veulent être au plus près" des zones qu'ils survolent.

Cette nouvelle base a en effet l'avantage de rapprocher les drones américains de la zone désertique frontalière du Mali et de la Libye où prolifèrent les terroristes. Par le passé, Agadez a servi dans la lutte anti-acridienne et dispose d'une piste abandonnée.
On se sait pas pour le moment combien d'appareils et de militaires seront déployés à Agadez.
Les autorités nigériennes ont accepté en janvier 2013 que les États-Unis déploient sur leur territoire des drones de surveillance. Les États-Unis avaient d'abord étudié la possibilité de les faire décoller depuis Agadez, avant de changer leur fusil d’épaule devant les énormes coûts à consentir. Leurs drones, tout comme ceux des Français, décollent depuis l’aéroport de Niamey où sont postés 120 soldats américains.

_________________
Par Vincent DUHEM

Jeuneafrique.com
 

Commentez sur Facebook