Lien vers ce message 09 Décembre 2017, 3:23
LETTRE OUVERTE A LA CLASSE POLITIQUE CONGOLAISE

RD Congo: L'Article 64 de la constitution et les strategies de l'opposition

    1. Après la publication dimanche 05/11/2017 du calendrier trompe-l'œil destiné à desserrer l'étau autour du pouvoir kabiliste, l'Occident a déclaré prendre acte (USA, UE, France). Il semble que ses diplomates tournent autour des opposants pour les inviter à la modération. Et même l'UA, honte de l'Afrique, est dans la danse.
    2. Cette réaction des occidentaux a encouragé le camp M.P, traître à la Nation Congolaise, à accompagner le nommé Kabila dans sa messe noire de Kingakati où il a demandé à ses complices de tout mettre en œuvre pour le maintenir au pouvoir.
    3. Le problème de la RDC est une question de vie ou de mort :
    • Ce qu'on ne doit pas oublier est que Kabila ne fera jamais des élections dans ce pays maintenant que constitutionnellement, il ne peut plus postuler après ses trois mandats, tous cadeaux de l'Occident.(2001- 2017) :
    • Ce qu'on ne doit pas oublier est qu'avec l'argent de la RDC, il a acheté des armes les plus sophistiquées pour combattre tous les congolais qui veulent le déboulonner du pouvoir. Et soyons sûrs que l'Occident continuera à le soutenir, malgré des dossiers des crimes contre l'humanité, gelés par la fameuse C.P.I. Sans doute la honteuse UA aussi ;
    • Ce qu'on ne doit pas oublier est que si on l'attaque militairement, Kagame, avec les quarante-cinq missiles sol-sol achetés à la Chine, avec les cinq cents millions USD de la RDC, va se mettre en ordre de bataille contre la RDC, car il s'agit de la survie de son économie dont la RDC est sa vache à lait.

    4. Devant cet arsenal militaire et la conspiration africaine ;

Devant des intérêts économiques vitaux en jeu pour Kagame, pour l'Occident et l'Orient, quelles stratégies congolaises face à cette colonisation de la RDC par l'Occident et l'Orient à travers le Rwanda et l'Ouganda interposés, en ce XXIè siècle et face à cette conspiration quasi mondiale qui ne date pas d'aujourd'hui ?

La journée « Ville Morte » de ce mercredi 15/11/2017, a occasionné des débats chez quelques intellectuels congolais, jeunes en général ?
    § Ils trouvent que l'application de l'article 64 de la Constitution telle que proposée par l'Opposition ne vaut rien.
    § Ils fustigent la « Trompette de Jéricho » de Sindika Dokolo comme une farce de mauvais goût en face des tueurs enragés et décidés de Kabila, tous mercenaires.
    § Ils trouvent l'Opposition fantaisiste : des voyages par ici, des voyages par là, dans des avions de luxe et logeant dans des Palaces chers d'Occident, sans résultats ni probants, ni durables.

RD Congo: L'Article 64 de la constitution et les strategies de l'opposition

La preuve : ils ont été aux Nations-Unies en septembre 2017, en Europe peu après. Et ils ont cru avoir eu la peau de Kabila. La réaction inattendue de leurs interlocuteurs d'hier face au prétendu calendrier de la CENI leur a montré combien ce monde de l'intérêt et de la puissance est rusé, fourbe, perfide et cynique :

- hier, c'est la RDC, mise en accusation pour violations massives des droits de l'homme,, qu'on accueillait au sein de l'organisme onusien des Droits de l'homme comme membre devant juger ceux qui violent les droits de l'homme qu'elle viole elle-même chaque jour sans être inquiétée. Quelle moralité y-a-t-il dans un tel acte ? Et les 80 fosses communes au Kasaï ? Et les prisonniers politiques ?

- hier, c'est le calendrier élaboré pour la consommation extérieure, avec les dix-sept contraintes dédouanant la CENI de ne pas organiser des élections aux échéances que l'Occident accueillait hypocritement comme valable. Quelle leçon pour la naïveté de l'Opposition congolaise ? Quel échec retentissant pour sa diplomatie ? A 45 jours de la fin du mandat de Kabila, c'est beau de répéter que Kabila n'aura pas un seul jour de 2018 comme Président. C'est la crédibilité de l'Opposition qui est en jeu !!!

Il faut éviter toute forme de démagogie ! Si la stratégie consiste à envoyer le peuple dans la rue, alors qu'affamé, privé de salaires depuis septembre 2017, il ne pourra pas tenir trois ou quatre jours, cela ne vaut pas la peine. Pour la millième fois, on aura sacrifié des vies humaines sans résultat escompté. Et ça sera fini de la crédibilité de l'Opposition. Car cette fois-ci, les enjeux sont trop sérieux pour qu'on se donne encore à de tels jeux non concluants, sans s'assurer du résultat final. Voir cas du Togo et du Zimbabwe.
Ne serait-il pas prudent de convoquer les Etats Généraux de l'Opposition sans l'UNC de Kamerhe, sans le MLC à ce stade avec un Ndjoli qui, après avoir pris des millions avec Ngoy Mulunda, en col blanc de Pasteur sur les chaînes de télévision aujourd'hui (on peut se moquer des hommes et non de Dieu), veulent se repositionner, eux qui, par leur forfaiture de 2011, ont radicalisé cette crise devenue nœud des vipères, difficile à dénouer.
Au cours de ces Etats Généraux, définir des stratégies non pas pacifiques, mais de légitime défense pour un peuple continuellement massacré depuis 1996 et qui compte aujourd'hui environ dix millions des morts et à qui on confisque ses patrimoines économique et foncier.

Là, on serait enfin à la hauteur des enjeux. En même temps, suspendre ces voyages diplomatiques de distraction en Europe, ce serait déjà un signe de protestations contre la ruse et les manœuvres dilatoires de l'Occident.
Si nous voulons rester dans l'histoire, c'est à ce prix-là que nous le serons. Sinon, nous serons considérés comme des PANTINS. Nous ne pèserons pas dans la balance de l'histoire.
  • Une opposition de simples bavards applaudis à la télévision, les jeunes intellectuels congolais trouvent qu'elle n'a pas de place en RDC.
  • Une opposition de ceux qui sont tantôt à gauche, tantôt à droite, au gré des intérêts personnels escomptés n'est pas dans le cœur des congolais.
  • Une opposition qui n'est là qu'au moment des élections comme l'UNC et le MLC d'aujourd'hui, pour aller tromper le peuple et se faire une place au soleil, on l'a vue depuis 1990, avec l'UDI de Kengo et Ntambwe Mwamba ; avec l'UFERI de Nguz a Karl Bond ; avec l'UNC et le MLC aujourd'hui, et les ambitions d'assumer le pouvoir suprême demain manifesté par le G7 alors même qu'on n'a pas encore évacué Kabila.

Tout cela donne de l'opposition une image brouillonne, floue, des gens envoyés par Kabila ou l'Occident, pour brouiller le message de la Vraie Opposition ?

Et la Vraie Opposition elle-même : où est-elle ? Que fait-elle de plus sérieux ? On a tout entendu sur Kabila :
    Ø Etranger ? Oui, il est Tutsi venu du Rwanda ;
    Ø Illettré ? Oui, en politique et en tout. Il a pourtant des renards comme conseillers et il tient en utilisant les moyens de l'Etat congolais qui lui a tout donné.
    Ø Faussaire ? Oui, il s'appelle Hippolyte Kanambe et non Joseph Kabila et il est sans diplôme valable.
    Ø Voleur ? Oui, appuyé par des Congolais malgré des milliards USD logés à Panama Papers et dans d'autres Paradis fiscaux. Et malgré aussi des constructions des quartiers à lui en Tanzanie, au Maroc et ailleurs sans doute aussi.
    Ø Tueur ? Non seulement lui, Zoé son frère, un vrai colon et tueur. Jaynet ? Une femme qui vole en silence tous les dons de la Fondation Kabila.

RD Congo: L'Article 64 de la constitution et les strategies de l'opposition
L'opposition Congolaise. Olivier Kamitatu, Sindika Dokolo, Edundo et le chairman Moise Katumbi.

Voilà bien un clan qui commet des crimes pires que ceux pour lesquels Léopold II fut évincé du Congo. Mais les temps ont changé. L'appétit vient en mangeant ; les problèmes de compétition entre Blancs sur le Congo ont été réglés. Aujourd'hui, chaque partie prenante de la Conférence de Berlin a son dividende en RDC. Tous se sont concertés pour un leadership zéro et un dividende maximum ; qu'importent les victimes congolaises !
Il n'y a donc plus que nous Congolais pour nous libérer. Mais comment ? Là est l'équation de Sagesse et d'intelligence. De détermination aussi. Car on est en face d'un tueur soutenu par un monde cynique et d'intérêt.

D'abord, les Etats Généraux de l'Opposition:

1. Identifier les Opposants Congolais du dedans et du dehors et assurer leur protection et cohésion.
2. Identifier les stratégies non pas d'un combat pacifique, mais de légitime défense pour un peuple qui perd tout devant un monde indifférent et cynique :
2. 1. Dix millions de victimes humaines en vingt ans (1996 à 2017)
2. 2. Perte de notre patrimoine foncier : L'île de Idjwi ; occupation du Lac Kivu et exploitation frauduleuse de celui-ci...
2. 3. Perte de notre patrimoine économique :
    2. 3. 1. Le Rwanda, l'Ouganda, l'Angola, la Tanzanie nous doivent des dizaines de milliards de dollars US ;
    2. 3. 2. Les Mbororo doivent quitter le Congo ;
    2. 3. 3. L'Affaire Joseph Kony est un prétexte pour les Américains afin de mieux explorer les ressources de la RDC et de la République Centrafricaine, depuis plus de dix ans ;
    2. 3. 4. Le Clan Kanambe nous doit des dizaines de milliards de dollars US et des dédommagements multiples.
      2. 3. 4. 1. Perte de l'avenir pour nos enfants : tout l'Est du pays en ébullition depuis vingt ans. Il faut éviter l'amateurisme politique. En venant avec les Rwandais au Congo, Laurent Kabila n'était obnubilé que par sa prise de pouvoir et son discours démagogique. Il ne savait pas qu'on se servait de lui comme d'un dindon de la farce. Où en est la RDC aujourd'hui ? Tous les analystes du monde entier s'étonnent du jeu inconsistant et inconstant de ce qu'on appelle « Opposition Congolaise ».
      2. 3. 4. 2. Identifier les moyens d'action et se mettre au travail dès qu'on est prêt.

L'Egypte antique nègre pharaonique peut nous servir d'exemple. Envahie par des bandes de nomades Hyksos venus d'Asie entre 1720 et environ 1.570 av. J.C et qui s'installèrent dans la vallée fertile du Nil, l'Egypte qui n'avait pas d'armée mit sur pied une armée de quatre cents mille hommes disciplinés, marchant au pas et qui mit à la porte de l'Egypte ces bandes de nomades, soit après près de 150 ans. Pour triompher, il avait fallu des moyens à la hauteur des enjeux.

Un deuxième fait à signaler est destiné à montrer que l'Union fait la force.

Les Germains ou germaniques, Allemands aujourd'hui, étaient connus pour leur bravoure au combat supérieur à celle des Romains, si on les prenait individuellement de chaque côté, dans l'Antiquité classique. Mais à vouloir combattre chacun de son côté contre les Romains dont l'armée présentait un front uni, les germains perdaient toutes leurs batailles. C'est finalement unis qu'ils réussirent à mettre fin aux incursions romaines chez eux.
Les Africains, valetaille de l'Occident politique, vont en ordre dispersé au combat de libération économique et politique de leur continent, que ce soit au club de Paris ou de Londres.

Un troisième fait est celui de ne pas profiter de ses succès pour abattre l'ennemi une fois pour toutes.

Hannibal (247 à 183 av. J.C ), génie militaire carthaginois (Tunisie), fils d'Hannibal Barca, dont le nom fut donné à Barcelone, Capitale de la Catalogne en Espagne, fut l'ennemi militaire le plus redoutable des Romains. Et les Romains avaient dit de lui : « Hannibal, des victoires, tu les remportes facilement, mais tu ne sais pas en tirer profit ».
En effet, après avoir infligé de retentissantes défaites aux Romains en Espagne et au Sud de la Gaule (France), il pénétra en Italie jusque presqu'à la porte de Rome. Il suffisait qu'il attaque Rome pour annihiler la puissance de celle-ci. Mais il hésita, disant son armée épuisée par de nombreux combats livrés, alors que l'effet psychologique de ceux-ci sur l'armée romaine, allait anéantir la puissance romaine. Il commit ainsi l'erreur fatale de sa vie.

Les Romains s'organisèrent, attaquèrent Hannibal jusqu'en Afrique. Il se convertit en chef civil et mena de profondes réformes politiques, militaires et économiques. Malgré tout, les ennemis internes de sa famille, notamment Hammon, l'adversaire politique de sa famille, qui refusa de lui envoyer des renforts pour la victoire sur Rome, complotèrent contre lui pour le livrer aux Romains. Il se suicida pour ne pas tomber vivant entre les mains de ces derniers.
Les valets de l'Occident au pouvoir en Afrique sont des poltrons devant l'Occident. Kaddafi avait les atouts de la libération de l'Afrique adulte. Les Museveni et autres énergumènes le laissèrent tomber.

L'histoire de Carthage du temps d'Hannibal est quasiment copie collée de l'histoire politique du Congo. Les Congolais, à l'esprit esclavagiste, préfèrent composer avec l'Etranger contre les intérêts de leur patrie et privilégier ainsi des intérêts personnels, mesquins et traitres.
Que retiendra l'histoire de leur passage sur la terre ? Evariste Boshab, Olenga, Brutshi, Jean-Lucien Busa, Atundu Liongo, José Makila, avec vos mercenaires Kengo et d'autres (Ruberwa, Nyarugabo,...), méritez-vous de vivre au Congo et de diriger ce pays ? Où vivront demain vos enfants ? Rappelez-vous la condamnation des Nazis. Et celle du gouvernement de Vichy en France collabos des Nazis.

Le chapitre 9 de la Sagesse de Confucius en Chine dit cette parole que nous avons retenue pour vous :

« Qui tire fierté de sa richesse et puissance
S'attire le malheur.
L'ouvrage accompli
Se retirer.
Tel est le sens de la Voie »


Revenons à l'Opposition :

Le peuple qui a donné son sang en plusieurs circonstances vous porte en triomphe et compte sur vous pour sa libération. Mais que faites-vous de ce capital effrayant de confiance ? Vous espérez gagner les élections. Mais le nommé Kabila refuse de les organiser et accumule armes et mercenaires, à la barbe de vos interlocuteurs blancs dont on ne sait où termine leur mensonge et où commence leur vérité.
  • Vous êtes préoccupés d'être en accord avec l'Occident sur tous les points de votre combat. L'Occident vous rend-il cette confiance placée en lui ? Non, puisque si vos centres d'intérêt ne sont pas les mêmes, si vous n'acceptez pas d'être leurs relais pour l'asservissement du peuple congolais, ils ne peuvent vous adopter.
  • Vous êtes obnubilés par la non-violence. Oui, elle fut pratiquée par Mahatma Gandhi, par le Pasteur Martin Luther King, par Etienne Tshisekedi. Ces trois personnages ont été victimes de graves injustices dans leurs vies, mais ils les ont supportées patiemment.

Le terme « Non-Violence » est la traduction de l'ahimsâ, en Inde. L'ahimsâ est à la base du jaïnisme, doctrine religieuse de l'Inde, qui a vu le jour au VIè siècle av. J.C. Son fondateur, un riche prince de l'Inde, a pensé échapper à la loi du Karma, à la base de plusieurs réincarnations de l'âme pour sa purification, et accéder directement au salut par la pratique d'un renoncement et d'une maîtrise de soi extrêmes et par une stricte application de l'ahimsâ, la non-violence.
Cette discipline de l'ahimsâ consistant à ne tuer aucun être vivant a donné lieu au régime alimentaire végétarien et à l'art de charmer les serpents et les dompter au lieu de les tuer.

Moralité pour l'Opposition :

Si vous savez réussir à charmer vos adversaires politiques et les dompter comme le font les charmeurs des serpents, tant mieux. Nous vous encourageons à pratiquer la Non-Violence et attendons des résultats palpables.
Si vous pouvez sortir chaque jour comme Gandhi et être sur tous les fronts du combat, avec derrière soi deux cents millions d'Indiens, mobilisés chaque jour à tour de rôle et inondant l'activisme répressif de 100.000 (cent mille) colons Anglais, tant mieux, faites la non-violence.
Si vous avez le charisme de Martin Luther King, jr dans l'Amérique des années soixante, tant mieux, faites la non-violence.
Mais rappelez-vous que les temps ont changé, les mentalités aussi. L'Occident et l'Afrique sont devenus matérialistes, intéressés par des rapines. Alors, c'est la légitime défense qu'il nous faut. Et c'est aussi un moyen de droit.

MUAKA MATADI
27/11/2017
 

Commentez sur Facebook