Lien vers ce message 03 Juin 2014, 23:50
La tournée européenne du président américain Barack Obama a commencé. Il se rend sur un autre continent pour persuader ses partenaires européens de ne pas renoncer à leur politique dure à l’égard de la Russie, écrit le journal The Wall Street Journal.

Barack Obama voyage pour persuader ses partenaires européensLe président entend participer, entre autres, au sommet à Bruxelles et s’entretenir avec le leader élu d’Ukraine Petr Porochenko.
Les Etats-Unis effrayent tout le monde par l’ingérence russe. Washington persuade à tort et à travers ses amis occidentaux d’introduire des sanctions à l’égard de la Russie. L’Europe essaie d’agir le plus prudemment possible. Les commentaires concernant l’éventuel effet des sanctions sérieuses sur l’économie de l’Occident ne manquent pas. Les Etats-Unis cherchent, tout en promettant au monde l’intervention russe en Ukraine, à inventer une nouvelle « ligne rouge » derrière laquelle les sanctions seront inévitables. Les présidentielles en Ukraine constituent le récent jalon. Les espoirs de la Maison blanche ne se sont pas justifiés. Les Européens disposés à coopérer avec la Russie ont poussé un soupir de soulagement : il ne faudra pas introduire de nouvelles sanctions.
Barack Obama, qui persuadait il n’y a pas longtemps ses citoyens de la toute-puissance des Etats-Unis, est contraint de se rendre dans le Vieux monde pour que tout le monde sache : la politique américaine est l’unique juste.

The Wall Street Journal a cité un porte-parole de l’administration du président ayant dit que le monde ne devait pas se détendre bien que les élections de Petr Porochenko se soient déroulées sans excès. Barack Obama essayera, néanmoins, de convaincre ses auditeurs au sommet bruxellois que les sanctions économiques sérieuses sont nécessaires. Une telle pression sur les leaders européens pourrait entraîner finalement un effet inverse, estime le vice-directeur du Centre d’information politique Alexei Panine :

« Barack Obama essayera de poursuivre la politique appliquée ces derniers mois par les Etats-Unis. Or, il est possible qu’une pression de plus en plus forte irrite les partenaires européens qui prennent, heureusement, de plus en plus conscience du fait que les Etats-Unis sont loin de donner les meilleurs conseils en décelant derrière le prétendu respect des intérêts de l’Europe les ambitions des Etats-Unis. »
Le prochain entretien de Barack Obama avec Petr Porochenko élu président d’Ukraine ne promet pas non plus de sensations. Washington a fait connaissance avec lui bien avant le scrutin et, de l’avis des experts, il est nécessaire d’ajuster la montre. Selon la Maison blanche, les interlocuteurs envisageront la stabilisation économique, la détente et la nécessité d’un dialogue et de l’unité. Or, le plus probablement, ces déclarations abstraites et les promesses de concours seront traditionnellement rhétoriques.




Source: french.ruvr.ru

http://www.mastakongo.com/news/images/arrow-blue-right.pngSUIVANT - Course à l’armement, Algerie Rivalités navales avec le Maroc
Message édité 2 fois, dernière édition par root, 18 Juillet 2016, 1:18  
 

Commentez sur Facebook