Lien vers ce message 24 Février 2017, 17:21
Secession du « Kongo Central » ? Puis, le tour des Tchokwe de l’Angola et ceux du Congo? Les Babemba de Zambie et ceux de la RDC? Les Teke-Humbu de la RDC, du Congo et du Gabon? Ensuite, les Bangala du Congo et ceux de la RDC ?

OPINION. Mardi dernier 14/02/2017, la Police a donné l’assaut à la résidence de Ne Muanda-Nsemi, son chef spirituel.

RD Congo - AFFAIRE BUNDU-dia-KONGO

Motif : Ne Muanda-Nsemi avait participé au dialogue d’Edem Kodjo, dans le camp de l’Opposition, en espérant que Joseph Kabila le nommerait Premier Ministre de la Transition. Mais les choses ne se sont pas passées comme il espérait. D’où sa décision, hasardeuse sans doute, de défier le pouvoir. L’assaut de la Police aurait fait six morts et ses milices s’enorgueillissent d’avoir mis en fuite les policiers.

Comment apprécier cette situation ? :

Sur le plan strictement humain, il est triste de voir les adeptes de ce mouvement religieux au départ, devenu politico-religieux par la suite, perdre autant de gens à des périodes successives ;
La grande question est de savoir si Ne Muanda-Nsemi est un homme réellement politique et quels objectifs il poursuit.

Pour notre propre compréhension du problème

Ne Muanda-Nsemi semble bien un homme plein d’ambitions, qui rêve de rester dans l’histoire de ce pays, ou tout au moins du Bas-Congo, contre une icône, à l’instar de Kimpa Vita dona Béatrice et de Simon Kimbangu. Il semble avoir voulu laisser son nom dans l’histoire politique de ce pays non comme député qu’il a été, mais comme Premier Ministre, à défaut d’être Président de la République. A bien y regarder, il joue sa carte personnelle plutôt que celle du peuple.
Après les massacres de ses adeptes sur lesquels enquêtait Floribert Chebeya, ce qui lui a coûté la vie, - Chebeya que Ne Muanda-Nsemi a sans doute déjà oublié – Ne Muanda-Nsemi s’était rapproché de J. Kabila et était parti à Moanda où il devait préparer le peuple à voir Kabila, s’éterniser au pouvoir et lui, un des quatre Vice-Présidents de la République. La pluie de pierres qui s’abattirent sur lui lui firent comprendre qu’il n’était pas le bienvenu. Il avait alors déclaré abandonner la politique. Mensonge. Le revoilà dedans.*



Ne Muanda-Nsemi est l’auteur des réflexions visant à abolir les frontières entre l’Angola, le Congo et la R.D Congo. Car, dans l’ouest de ces trois pays habite le même peuple Kongo. Voilà le chaos prévisible à l’horizon.
La classe politique congolaise, celle de 1960 comme celle d’aujourd’hui a tort de se laisser piéger par le peuple Kongo qui l’a amené à abandonner l’appellation Bas-Congo pour la Province du Sud-Ouest du pays afin de favoriser l’appellation « Kongo Central » qui a un relent de sécession dedans, en vue d’une future reconstitution de la Nation Kongo. Viendra alors, pourquoi pas, le tour des Tchokwe de l’Angola et ceux du Congo de former leur petit pays. Ensuite, les Babemba de Zambie et ceux de la RDC. Ensuite, les Teke-Humbu de la RDC, du Congo et du Gabon vont réclamer aussi leur Etat. Ensuite, les Bangala du Congo et ceux de la RDC. Est-ce à pareille anarchie que veut arriver notre classe politique pour un avenir incertain ?



22/02/2017
NGONGO Adrien


 

Commentez sur Facebook