Lien vers ce message 07 Février 2017, 17:29
A TITRE DE PRECAUTION, QUE LA FAMILLE DE TSHISEKEDI DEMANDE UNE AUTOPSIE ET UNE EXPERTISE DU SUIVI MEDICAL

Cher(e)s tou(te)s,

Nécessité d'une autopsie d'E.Tshisekedi. Avis d'un médecin
Bruxelles, Bobi la Dawa veuve de Mobutu a rendu une visite de réconfort à maman Marthe veuve Tshisekedi

1. Il me semble que, vu les circonstances du décès en temps très suspects, la famille de M. Etienne TSHISEKEDI WA MULUMBA devrait à la fois demander une autopsie ainsi qu'une expertise de son suivi médical ces derniers jours.

2. En effet, ce n'est pas parce que quelqu'un est vieux et malade qu'il peut aussi facilement mourir suite à une embolie pulmonaire. Cette dernière est une occurrence qui peut être évitée par un traitement médical rigoureux, notamment au niveau du traitement anticoagulant dont notre Grand Homme devait bénéficier (sauf contre-indications à documenter). Lors d'un long voyage en avion, comme notre Vieux l'a effectué du Congo en Belgique, et une fois sur place en Belgique, ses médecins devaient aussi veiller à assurer qu'il ne reste pas immobile, ce qui favorise la formation de caillots dans les membres inférieurs et leur migration ultérieur vers les poumons pour y obstruer des artères (ce qui est la définition de l'embolie pulmonaire). On peut ainsi "tuer" un malade juste par manque de ces précautions minimales que les médecins doivent respecter face à un malade du profil d'âge et de pathologies qu'avait notre Grand homme.

3. En plus, il sied aussi par précaution d'effectuer des analyses toxicologiques (dosages de toxiques tels que des médicaments en surdosages ou des poisons sciemment donnés).

4. M. Etienne TSHISEKEDI avait des fonctions éminentes dans notre système politique et depuis ces derniers jours dans les structures nouvelles de notre Etat. En plus, c'est à un moment délicat, de crise provoquée sciemment, de notre Histoire. Sa santé doit préoccuper l'Etat.



Son décès survient donc en temps très suspect. Plusieurs personnes peuvent être suspectées d'avoir voulu l'éliminer de la scène politique. Au premier plan de ces personnes suspectes, il y a le sénateur Joseph Kabila et ses complices. Parmi ces derniers, il y a également des personnalités étrangères qui avancent masquées (en Belgique, notamment), pour profiter des pillages des ressources de la RDC par le régime dictatorial. Tout ce petit monde a utilisé l'aura de M. TSHISEKEDI pour faciliter le "glissement" de M. Joseph Kabila. Cela fut obtenu via un processus de négociations sans fin, toujours en cours. Une fois le "glissement" de M. Kabila au sommet de l'Etat obtenu, sans encore aucune intégration de vrais opposants dans les structures de l'Etat, il peut y avoir eu décision de se débarrasser de celui qui empêchait que la corruption se généralise (y compris dans son entourage partisan de l'UDPS, cf. cas de l'escroc Samy Badibanga) en vue du maintien pour une durée indéterminée du tyran à la tête de notre Etat!

5. Je réagis en tant que médecin qui me suis occupé de personnes âgées pendant des années. Ce fut notamment lorsque, de 1990 à 1995, j'étais chef de clinique adjoint au département de gériatrie des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG), en Suisse. Avec ma petite équipe nous avons éré plusieurs cas d'embolie pulmonaire. Cet accident hématologique sérieux est évitable, surtout chez quelqu'un qui est au bénéfice d'un suivi chronique, par des médecins qui sont supposés être très attentifs à la santé d'un Homme ayant des fonctions politiques éminentes. Comme écrit dans l'article de vulgarisation que je vous ai fait suivre en bas de mon dernier message, une immobilisation prolongée, un long voyage en avion, ou toute autre cause de stase de sang dans les vaisseaux, peuvent favoriser la formation de caillots de sang dans les vaisseaux et donc l'embolie pulmonaire. Il faut donc lutter contre ces facteurs (mobiliser et masser les jambes d'un patient devenu peu mobile, alité ou lors d'un long voyage en avion, bas de contention des membres inférieurs dans certains cas, etc.) et aussi fluidifier le sang en donnant des médicaments anticoagulants.

Tout cela a-t-il à été effectué? Avait-il des anticoagulants parmi ses médicaments et leur efficacité était-elle contrôlée par de fréquentes analyses sanguines? Si non, y avait-il des contre-indications dans le cas de feu TSHISEKEDI WA MULUMBA, et ont-elles été examinées dans une perspective de rapport coût-bénéfice / désavantages-avantages? Sous quelle forme s'est présentée la symptomatologie qui a conduit au décès, et comment a-t-elle été gérée (à domicile, puis à la clinique où le décès est survenu)?

Je n'ai pas des éléments du dossier médical pour mener de manière valide une expertise. C'est à la famille de se déterminer, au besoin en demandant que tout ce processus d'exclusion d'une mort suspecte (autopsie, analyses des fluides corporels à visée toxicologique, expertise du suivi médical y compris des médicaments prescrits ces derniers jours, etc.) soit pris en charge par l'Etat de la RDC dont l'Honorable Défunt était devenu un officiel! Qu'à tout le moins cette famille demande le dossier médical, vu le contexte (le défunt est une personnalité politique sensible, le temps du décès est hautement suspect, la cause officielle du décès - "embolie pulmonaire" - peut prêter à controverse, etc.).

6. Fraternelles condoléances encore à tous les proches, familiaux et idéologiques du Grand Homme dont nous sommes orphelins en ce temps de crise imposée par une dictature!

Nzogu bin Kyantede P R
Lumumbiste et Panafricain


Plainte contre le vice-ministre de l'énergie Willy Mishiki,
Il a affirmé que le président Etienne TSHISEKEDI ne rentrerait pas vivant








Message édité 1 fois, dernière édition par root, 07 Février 2017, 17:39  
 

Commentez sur Facebook