Lien vers ce message 22 Octobre 2016, 6:35
RDC : PREALABLES POUR UNE TOTALE REUSSITE DU 2EME DIALOGUE1. C’est depuis l’indépendance, il y a 56 ans, que la RDC se recherche, à travers des conciliabules à n’en pas finir. Aucune solution véritable.
Du verbiage et des perdiems, des centaines des résolutions, des gouvernements de large union ou de technocrates ; la formule originale 1 + 4, imaginée pour la seule RDC, prétendument pour éviter une nouvelle instabilité au pays : gouvernement des rebelles instrumentalisés par des multinationales afin de s’emparer des actifs du pays et le piller. Mission réussie pour les pillards. Détresse absolue pour le peuple congolais, résolument tenu en esclavage.
2. Aujourd’hui, nous voici acculés à toujours dialoguer. Mais dialoguer entre qui et qui ? Pour se dire quoi qui n’ait jamais été dit ? Et pourquoi un tel échec depuis deux générations de congolais ?
Le problème est avant tout dans la qualité d’hommes habitant le Congo. L’homme a, en lui-même, des convoitises :
    Convoitises dues à la faiblesse de la chair ;
    Convoitises dues au regard libidineux : croire qu’en devenant dirigeant de la RDC, on doit s’emparer des richesses du pays et se lancer dans des plaisirs, en oubliant qu’on est serviteur du peuple congolais en vue de le hisser à un plus haut niveau de paix, de bien-être, de prospérité ;
    Orgueil de la vie : décider, une fois au pouvoir, d’asservir le peuple congolais en faisant de la Police et de l’Armée, des corps de miliciens et instruments d’oppression du peuple pour un pouvoir à vie dans son intérêt exclusif.


Le problème est ensuite dans la qualité de la coopération avec l’Occident et de ce que recherche l’Occident en RDC. Basée sur des intérêts économiques, cette coopération a besoin d’hommes politiques serviles et dociles.



3. Depuis 51 ans :

3.1 Mobutu a privatisé le Congo, confisquant richesses et pouvoir pour lui, pour sa famille et pour l’occident, parrain de son pouvoir pour des intérêts économiques et comme barrière contre le communisme.
Trois témoignages illustrent cette vérité :
RDC : PREALABLES POUR UNE TOTALE REUSSITE DU 2EME DIALOGUE
    Le premier est celui de Pierre PEAN, dans L’argent noir, Paris 1989 :
    « La famine endémique de quelques huit cents millions d’êtres humains, la misère de près de la moitié des habitants de notre planète, ne sont pas dues aux seuls aléas de la météorologie et de la nature des sols, ni aux seuls écarts de technologie, ni même au seul impérialisme du Nord. Alors que toutes les énergies devraient se mobiliser pour relever le défi du sous-développement, de trop nombreux chefs de bande dirigent leurs pays sans souci aucun des populations qui y crèvent de faim.
    « D’après nombre de sources convergentes, celui qu’un universitaire américain a appelé « le plus grand voleur des annales du crime, Mobutu Sese Seko, aurait confisqué à son seul profit des milliards de dollars (en tout cas un chiffre supérieur à la dette extérieure de l’ancien Congo-Belge) ».
    Le deuxième témoignage est celui d’Emmanuel Dungia, ex-agent secret des FAZ, passé à l’opposition en 1990, dans Mobutu et l’argent du Zaïre, L’Hamattan, Paris, 1992, p. 15 : « A partir de 1979, le Maréchal ne se fait plus d’illusions sur sa capacité à bâtir un pays moderne et à redresser une situation fort compromise (du fait de sa gabegie financière transformant le Trésor Public en une caisse de folles dépenses familiales ou de corruption, laquelle avait infantilisé les opposants politiques pour obtenir leur allégeance, ou de prodigalité à l’égard des ecclésiastiques pour obtenir leur silence devant son oppression du peuple ou enfin d’acheter le soutien du monde extérieur). Son ambition va alors se réduire à accumuler des richesses personnelles pour préparer « sa » retraite, et éviter d’être pris « au dépourvu ». Les préparatifs de ladite retraite comportent deux volets :
    • à l’intérieur ce sera la construction de Gbado-Lite et de Kawele ;
    • à l’extérieur, ce seront les acquisitions immobilières et des placements financiers énormes, dont le montant peut être estimé à au moins quatre à cinq fois le budget de la République qui était d’environ 500 millions de dollars U.S. L’ambition de Mobutu sera de passer à la postérité, non plus comme le plus illustre homme d’Etat de l’histoire postcoloniale du Zaïre (ce qu’il ne peut plus être), mais au moins comme le dieu de sa tribu grâce à l’héritage de la ville qu’il va lui laisser : Gbado-Liite ».

    Le troisième témoignage de Valentin NAGIFI, in « Les derniers jours de Mobutu à Gbado-Lite (Congo-Zaïre) », Introduction, p. 8, 2003) Paris, L’Harmattan :
    « Pour répondre à son statut de ville présidentielle », la localité de Gbado-Lite avait été bâtie selon une architecture et un urbanisme ad hoc strictement organisés autour de deux palais présidentiels. Au Palais de Kawele vivait l’un des hommes les plus fortunés au monde : on peut donc en imaginer le luxe !
    En face de cette opulence exorbitante, vivait la grande masse miséreuse, n’appartenant pas au clan du Président et de tout ce qui, au sens africain du terme, constituait sa « famille ». C’est donc de cette ville d’allure architecturale imposante, de ses maîtres et de tout le symbolisme attaché au régime mobutiste que les manifestants allaient faire table rase ce dimanche 18 mai 1997 à quatre heures du matin, après la fuite du « grand bâtisseur ». « sic transit gloria mundi : Voilà comment passe la gloire éphémère de ce monde ».

3.2 Laurent Kabila vint alors, se proclamant « Libérateur du Peuple Congolais » après 32 ans de règne de Mobutu. En quatre ans environ de pouvoir : du 17 mai 1997 au 16 janvier 2001 :
    Il couvrit les crimes des Tutsi contre les Hutu et leurs fosses communes de Tingi-Tingi dans la Province Orientale (plus de 250.000 Hutu massacrés) ainsi que celles de Mbandaka à l’Equateur ;
    Portée à bout de bras par les Tutsi rwandais, son AFDL est comptable de plus de six millions des Congolais massacrés ;
    Il suspendit la Constitution et régna par décrets ;
    Il privatisa la vente des diamants et constitua une fortune personnelle dans un coffre magnétique au Zimbabwe !!!
    Il introduisit des Tutsi au Congo, les enrichit et fut finalement incapable de les renvoyer chez eux, nous laissant dans des problèmes d’infiltrations permanentes des Rwandais ;
    Il est l’auteur des accords dits de Lemera qui auraient convenu de céder 300 km à l’intérieur de la frontière RDC en faveur du Rwanda, du Burundi et de l’Ouganda. Devant l’hostilité des peuples de l’Est du Congo à laisser les Tutsi s’installer sur leurs terres, ces derniers, grâce à l’argent qu’ils ont amassé au Congo, sont, paraît-il, en train d’acquérir par achat, à vil prix certes, des concessions entières qui seront dans un proche avenir sans doute, objet de contestations foncières entre le Congo et le Rwanda.


3.3 Kanambe Hippolyte dit Joseph Kabila, l’a remplacé dans une mystérieuse succession en janvier 2001.
  • Avant les violences récentes, les six cents pages du rapport MAPPING ont comptabilisé ses violations des droits de l’homme et ses crimes de sang ;
  • En 16 ans de pouvoir, lui et les siens ont des dizaines de milliards de dollars U.S en comptes dans des paradis fiscaux au détriment du Congo et de son peuple.
  • Ils ont à leur passif plus de 400.000 femmes violées et/ou sexuellement mutilées à l’Est.
  • Ils ont un patrimoine immobilier immense à l’extérieur du Congo, le Complexe Touristique Kabila vista du Maroc faisant foi,
  • A travers les carrés miniers qui ont opéré une balkanisation économique du pays (celle d’ailleurs que voulaient les flibustiers de la finance internationale), le Code Minier de 2002 (œuvre des soi-disant experts de la Banque Mondiale), il a vendu le Congo à l’étranger ainsi qu’à son Rwanda natal ;
  • Qu’ont fait ses troupes rwandaises des Evêques catholiques Emger manuel Kataliko et Christophe Munzihirwa ?


RDC : PREALABLES POUR UNE TOTALE REUSSITE DU 2EME DIALOGUE
RDC : PREALABLES POUR UNE TOTALE REUSSITE DU 2EME DIALOGUE

4. Le dénominateur commun de ces 3 présidents :

La dictature ; l’amour de l’argent et des plaisirs ainsi que du sang sur les mains. Ils ont constitué des courtisans, prêts à tous les crimes pour se maintenir au pouvoir : manipulations de la CENI, fraudes électorales et mort d’hommes.

5. Dans ces conditions, on ne peut aller au deuxième dialogue sans préparation spirituelle profonde et suffisante, osons-nous croire.

En effet :

Que le monde le veuille ou non, le Peuple Congolais tient son pays de Dieu, comme le peuple d’Israël tenait sa terre de Dieu (Livre de Josué), à travers une histoire humaine.
Avec tant de turpitudes chez les dirigeants du Congo depuis 51 ans et la perversion des cœurs et des mœurs, tant de vols commis et tant de sang versé, tant d’occultisme dans le but de conserver le pouvoir, et tant de cynisme notamment de la part de Sarkozy et Aldo Ajello à imposer les rwandais sur le sol congolais, l’alliance avec Dieu qui a donné la vie et le pays a été rompue du fait de ces actes et de nos complicités multiformes. Ainsi, les chefs religieux de la R.D Congo sont instamment priés, s’ils veulent que le deuxième dialogue de 2016 réussisse, de convoquer le peuple à une date de leur convenance, mais avant la tenue du deuxième dialogue, pour se conformer à ce que dit la Parole de Dieu :
« Supposons, dit l’Eternel, qu’un jour je ferme le ciel et qu’il n’y ait plus de pluie, ou que j’ordonne aux sauterelles de ravager le pays, ou encore que j’envoie une épidémie de peste sur mon peuple ; si alors mon peuple, le peuple à qui j’ai donné mon nom, s’humilie, prie, et cherche ma face, et s’il se détourne de ses mauvaises voies, je l’exaucerai des cieux, je lui pardonnerai son péché, et je guérirai son pays ». ( 2 chroniques 7, 13 – 14). Nul responsable dans ce monde n’ignore que l’histoire humaine résulte d’une interaction positive ou négative entre les forces matérielles visibles et les forces surnaturelles invisibles. Il en est ainsi de la RDC aussi.

En rompant l’alliance avec Dieu à travers les actes des trois présidents cités ainsi que les turpitudes de la classe politique congolaise, nous avons accumulé sur nous des malédictions. Nous devrons, en tant que PEUPLE CONGOLAIS, les révoquer toutes et Dieu guérira notre pays. Telle est notre profonde conviction.





09/10/2016
MUAKA MATADI


http://www.mastakongo.com/news/images/arrow-blue-right.pngSUIVANT - ‹On tourne le dos aux Etats-Unis›, président des Philippines
Message édité 2 fois, dernière édition par root, 22 Octobre 2016, 12:18  
 

Commentez sur Facebook