Lien vers ce message 19 Octobre 2016, 4:13
Tirs continus et inquiétants à Kabeya-Kamwanga, Fizi et Butembo

La RD Congo en état de guerre à Kabeya-Kamwanga Fizi et Butembo

Les autochtones congolais qui ont le malheur de vivre à Kabeya-Kamwanga (Kasaï Oriental), ne ferment plus l’œil depuis plusieurs jours, à la suite des tirs continus et inquiétants entre les FARDC (Forces Armées de la République Démocratique du Congo) et un ennemi que l’on dit « invisible » mais que des sources militaires assimilent à la milice du chef coutumier Kamuina Nsapu, tué il y a plus d’un mois dans des circonstances non encore élucidées. Le week-end dernier, des armes lourdes auraient même été entendues dans plusieurs contrées de ce territoire, ce qui laisse penser à une situation sécuritaire préoccupante dans cette partie de la République. On continue à s’interroger sur la configuration réelle des miliciens du défunt chef coutumier et leur positionnement sur le « front », dès lors que des sources officielles soutiennent qu’ils auraient été mis hors d’état de nuire à Kananga, Dimbelenge, lac Munkamba et plusieurs localités des deux Kasaï. Pendant que les autorités tant civiles que militaires insistent sur le contrôle de la situation par les troupes régulières, les habitants de plusieurs villages et cités tant du Kasaï Central que du Kasaï Oriental n’en finissent pas de prendre le chemin de la brousse, dans le souci évident de fuir les zones d’insécurité.



Il en est de même du côté de Butembo (Nord-Kivu) et Fizi (Sud-Kivu) où les forces négatives se signalent pas des tueries massives et continues des populations civiles, en dépit des opérations de traque et de nettoyage des FARDC (Forces Armées de la République Démocratique du Congo). Comme au centre du pays, l’Est connaît une situation instable. Le recours, par l’armée régulière, aux armements lourds, est une indication non négligeable sur la précarité de la situation sécuritaire.

Ces armes qui parlent à longueur de journée et de nuit dans plusieurs provinces du pays ne poussent pas les Congolais du pays profond à l’optimisme, ce qui exige des éclairages réellement rassurants de la part de ceux qui ont la charge de la sécurité des biens et des personnes.


Archives. Fevrier 2016

Kimp Le Phare, 17 octobre 2016

http://www.mastakongo.com/news/images/arrow-blue-right.pngSUIVANT - RDC - Présidentielle: l'UE exige des élections en 2017
 

Commentez sur Facebook