Lien vers ce message 08 Aout 2016, 20:53
à Beni, Joseph Kabila appelle au renouvellement de la classe politique

RDC: Le renouvellement de la classe politique est nécessaireLe président congolais Joseph Kabila, en octobre 2015 à Beni.
© AFP PHOTO/ALAIN WANDIMOY


Ce dimanche 7 août, à Beni, dans le Nord-Kivu, le chef de l’Etat congolais Joseph Kabila a conféré avec les différentes composantes des forces vives. Au menu, l’insécurité récurrente dans la région de Beni, où la dernière attaque à Mamiki, localité proche d'Oïcha, a fait trois morts : un militaire de l’armée gouvernementale et deux présumés rebelles ougandais de l’ADF.

« Le renouvellement de la classe politique est une nécessité en RDC. » Joseph Kabila l’a dit aux jeunes de Beni, où il s'est arrêté trois jours à son retour d'une visite officielle en Ouganda. Les jeunes ont été invités à participer nombreux aux prochaines élections.

Ainsi, la vieille génération des politiciens devrait être définitivement mise hors le jeu. Le président de la République a en effet accusé ceux qui ont un demi-siècle ou plus de vie dans la politique d’amener la jeunesse à boycotter le processus d’une démocratisation que le chef de l’Etat a lui-même qualifié d’« irréversible ».

« Appartenir à l’opposition n’est pas un péché », selon Joseph Kabila qui a condamné les actes contraires au patriotisme, des actes qui, selon lui, « menacent la vie de la nation ».

Le président congolais s’est aussi félicité d’appartenir à une génération qui a libéré le pays et ramené la démocratie. Toutefois, Joseph Kabila, dont le dernier mandat constitutionnel expire en décembre prochain, est soupçonné par l’opposition de vouloir se maintenir au pouvoir.

A Beni, le président congolais a également rencontré la société civile, auprès de laquelle il a évoqué la situation sécuritaire tendue dans la région, notamment à cause des rebelles ougandais ADF. « Nous avons demandé au président de la République de faire tout ce qui est en son pouvoir pour y mettre fin, indique le révérend pasteur Gilbert Kambale Kamate, président de la société civile de Beni contacté par RFI. Les promesses ne suffisent pas. Il faut que des actions concrètes soient suivies ! Donc disons qu'on est satisfaits, mais pas totalement. »

A lire:

>>> RDC: UN FONCTIONNAIRE SEQUESTRE DANS LE COFFRE D'UNE VOITURE

Polémique autour des propos de Joseph Kabila en Ouganda

Lors de sa rencontre en Ouganda avec son homologue Yoweri Museveni, jeudi 4 août. Il avait annoncé que le calendrier électoral ne serait publié qu'après la fin de l'opération d'enrôlement des électeurs.

Cette opération qui a débuté le 31 juillet dernier et qui devrait prendre plus d'un an, selon la Commission électorale nationale indépendante (Céni), aurait pour conséquence de reporter les élections à fin 2017 ou début 2018. Or, pour Martin Fayulu, président du parti Engagement pour la citoyenneté et le développement (Ecidé) et membre du rassemblement de l'opposition, c'est la preuve que le président instrumentalise la Céni pour se maintenir au pouvoir.

« Monsieur Kabila instrumentalise la Céni, dit-il. C’est totalement inacceptable. L’article 211 de la Constitution dit que la Céni s’occupe du processus électoral, c’est-à-dire des opérations d’identification des électeurs, d’enrôlement jusqu’à la publication des résultats provisoires. L’article 73 donne ordre à la Céni de convoquer l’élection présidentielle 90 jours avant la fin du mandat du président en exercice ».

« Et aujourd’hui monsieur Kabila demande à la Céni de publier le calendrier électoral seulement à la fin des opérations d’enrôlement. C’est une violation flagrante de la Constitution. Disons que monsieur Kabila se rend passible de cette infraction de haute trahison », déclare encore Martin Fayulu.


Kabila confime en Ouganda qu'il n'y aura pas d’élection & reste en place après le 20 Décembre 2016 SOUS-TITRES EN FRANCAIS

Démenti du côté de la majorité

La majorité, de son côté, répond que le report de l'élection sera fait dans le cadre de la Constitution et réaffirme que le scrutin ne peut se tenir qu'à l'issue de l'enrôlement des électeurs. En attendant, dit Emmanuel Ramazani Shadary, président du groupe Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD), à l'Assemblée, Joseph Kabila restera au pouvoir.

« La Céni a donné un timing de 16 mois et un jour pour terminer l’enrôlement des électeurs. Comment on peut aller aux élections au mois de décembre ou septembre ? Comment on peut aller aux élections sans connaître les électeurs ? La Constitution sera respectée de l’article 1er au dernier article. Reporter une élection pour des raisons techniques, ce n’est pas violer la Constitution parce que cela se fait partout au monde. Nous tous, même nous les délégués de l’Assemblée, nous sommes protégés par les lois de ce pays. Le chef de l’Etat également, article 70, alinéa 17 est clair : reste en fonction jusqu’à l’instauration du nouveau président élu. Or en décembre, il n’y aura pas de président élu parce que la Céni a dit qu’il n’y aura pas d’élections », martèle-t-il.



A lire:

>>> VIDEO - Gabriel Kyungu: Tshisekedi avait gagné les élections en 2011

>>> RDC Majorité-Opposition: Le dialogue toujours très compliqué


Malia Obama nous montre . . .

Par RFI Publié le 08-08-2016
http://www.mastakongo.com/news/images/arrow-blue-right.pngSUIVANT - VIDEO. RD Congo : Tshisekedi et Katumbi recu au Quai d’Orsay
Message édité 3 fois, dernière édition par root, 08 Aout 2016, 20:59  
 

Commentez sur Facebook