Lien vers ce message 15 Juin 2016, 5:27
Edem Kodjo doit faire attention

L’UDPS ne doit pas se comporter comme un élève qui a levé le doigt et qui attend que l’enseignant le désigne pour passer résoudre le problème au tableau. Elle doit s’assumer et envoyer sa liste de 12 membres de la Commission préparatoire et voir comment la défendre en cas de besoin.

http://www.mastakongo.com/news/images/Articles_photo/2016/June/Edem-Kodjo-et-etienne-tshisekedi.jpg
Edem Kodjo a rencontré Etienne Tshisekedi à Bruxelles

par MUAKA MATADI Le 20/05/2016 mastakongo.com

Si nos souvenirs sont bons, c’est depuis 1990 que le rapprochement entre les gens du pouvoir et ceux de l’opposition nécessitant des médiateurs étrangers a commencé. Mais les Wade, les Diouf et autres Mustapha Niasse du Sénégal se sont cassé les dents en consacrant le triomphe des gens du pouvoir déguisés en opposants. Ce fut le cas des Nguz, des Kengo et leurs semblables. Puis vinrent de l’Afrique du Sud, hier Thabo Mbeki et, aujourd’hui, Zuma, tous partisans de celui qu’on appelle Joseph Kabila et qui fait profiter l’Afrique du Sud des actifs du patrimoine économique du Congo sans contrepartie nettement identifiable.
En 2006, il y a eu un certain Ibrahim FALL qui se déclara partisan des élections telles que les voulait l’Union Européenne, même sans l’UDPS, comme pour dire : « moi, FALL, on m’a promis une belle cagnotte si je réussis à faire tenir les élections, quelles qu’elles soient, en RDC. Le reste ne me regarde pas, que le pays se remette sur les rails ou pas ». Attitude de mercenaire.

http://www.mastakongo.com/news/images/Articles_photo/2016/June/l-opposant-etienne-tshisekedi.jpgLes seuls messieurs devant lesquels, si nos informations sont bonnes, nous pouvons retirer nos chapeaux sont les anciens présidents Ketumile Masire et Olusegun Obasanjo d’une part et d’autre part, l’ancien S. G de l’ONU, Koffi Annan et l’Adjoint africain à la MONUC de l’Américain William Swing. Par contre, à la même Monuc, il y avait un certain Diallo, militaire sénégalais, doté d’un budget pour la formation d’une nouvelle classe politique africaine, notamment dans les pays francophones. Et naturellement, dans un environnement sans emplois, des masses d’opportunistes vinrent à la politique pour la satisfaction des besoins du ventre.

Edem Kodjo doit faire très attention pour ne pas être englouti par la politicaillerie congolaise, galvaudée elle-même par un système de corruption devenu une industrie. Toutes les manœuvres orchestrées par la Majorité présidentielle ; à savoir : ne pas avoir un budget pour les élections de 2016, l’échec du recensement qui devait commencer en 2015 pour se terminer cinq ans plus tard, la nomination des gouverneurs pour occuper tout l’espace politique congolais jusqu’aux fin fonds de la territoriale … visaient la survie politique de ce groupe d’individus qui pérennisent leur confiscation du pouvoir. Cette Majorité présidentielle se limitant aux institutions du pouvoir M.P vient d’avoir un appui de taille dans le pseudo-arrêt d’une Cour Constitutionnelle qui, dans une interprétation frauduleuse de l’art. 70 de la Constitution, vient de confirmer leur pouvoir à vie.

Katebe Katoto : M. Katumbi a été empoisonné avec une seringue


Le dialogue se trouve ainsi vidé de sa substance. Ainsi, le dialogue va-t-il entériner cette fuite en avant criminelle du pouvoir en place ou va-t-on décider, comme à la Conférence Nationale Souveraine, de remettre tout à plat. C’est dans cette deuxième hypothèse que se pose pour Edem Kodjo, le problème de la qualité des participants. Seront-ils acceptés sur base de leurs déclarations d’être soit de la Majorité Présidentielle, soit de l’opposition, soit de la société civile ? Ne va-t-on pas les censurer par la validation de leurs mandats ?
Va-t-on choisir un président de la Transition autre que Kabila pour éviter l’erreur commise à la Conférence Nationale Souveraine et au Dialogue Intercongolais d’Afrique du Sud ?

Nous savons que dans des situations analogues au Togo, Edem Kodjo avait accepté de cohabiter avec Eyadema, les problèmes de fond du Togo ont-ils jamais trouvé des réponses adéquates ?
Qu’il sache que s’il cherche le compromis de même nature avec le nommé Kabila, il sera mis au banc des accusés par le peuple congolais.
A lui de faire très, très attention !

Président du Comité des Sages, Tshisekedi en orbite pour gérer la transition


Olenga Nkoy : Le président de la Ceni, C. Nangaa est un sorcier qui ne s'aime pas


http://www.mastakongo.com/news/images/arrow-blue-right.pngSUIVANT - VIDEO. ECONOMIE - Le président indien en Afrique
 

Commentez sur Facebook