Lien vers ce message 15 Juin 2016, 3:45
Le président indien en Afrique pour resserrer les liens économiques

http://www.mastakongo.com/news/images/Articles_photo/2016/June/president-indien-a-accra-ghana.jpg
Le président ghanéen John Mahama au côté de son homologue Pranab Mukherjee, à Accra le 13 juin 2016.
© AFP


Par RFI Publié le 14-06-2016

Le président indien arrive ce mardi 14 juin à Abidjan, en Côte d'Ivoire. Pranab Mukherjee poursuit sa tournée africaine débutée dimanche pour six jours après s'être rendu d'abord au Ghana et avant d’aller en Namibie. Un voyage éminemment économique, alors que l'Inde poursuit son développement économique et entend profiter du ralentissement chinois pour gagner quelques points en Afrique.

Avec une croissance à 7,6%, l'Inde est l'économie la plus dynamique du monde. Puissance industrielle, elle a un besoin vorace de matières premières et notamment de pétrole.

Pour s'approvisionner en or noir, l'Inde compte sur le Soudan, l'Angola ou encore le Nigeria, dont elle est devenue en 2014 le premier importateur de brut. Mais le géant asiatique a toujours besoin de sécuriser ses approvisionnements et donc de diversifier ses fournisseurs. Une visite au Ghana et en Côte d'Ivoire, jeunes producteurs de pétrole prend ainsi tout son sens.

Rattraper son retard sur la Chine

En mettant le cap sur l'Afrique de l'Ouest, le président essaie de resserrer les liens avec l'ensemble du continent et de talonner son principal concurrent, la Chine.



Pour cela, New Delhi peut s'appuyer sur un solide réseau d'investisseurs privés qui ont déjà des intérêts en Afrique. Le constructeur automobile Tata dispose d'une usine en Afrique du Sud et aujourd'hui ses bus défilent dans les rues d'Abidjan. Mais l'Inde a un sérieux train de retard sur son concurrent. En 2008, les investissements chinois sur le continent atteignaient 60 milliards de dollars, le double de l'Inde la même année.

http://www.mastakongo.com/news/images/Articles_photo/2016/June/alassan-ouatara-et-le-president-indien-en-visite-en-cote-d-ioire.jpg

Après le Ghana et avant la Namibie, le président indien est arrivé mardi 14 juin à Abidjan, en Côte d'Ivoire. Une première. Alors que les échanges commerciaux entre les deux pays augmentent de façon exponentielle ces dernières années, cette visite de deux jours est placée sous le signe de l'économie. Ce mercredi, Pranab Mukherjee doit ainsi rencontrer les patrons ivoiriens alors qu'hier, il s'est entretenu avec son homologue Alassane Ouattara.

C'est tout sourire, mais sans dire un mot que les deux chefs d'Etats se sont quittés après une heure de rencontre. Un silence dû à la coutume : le président indien ne doit pas s'exprimer sur des sujets trop politiques, explique un des membres de sa délégation.

Le symbole lui est bien là pour cette toute première visite d'un président du géant asiatique dans une des places fortes de l'économie ouest-africaine. Deux pays dont les liens n'ont cessé de se resserrer ces dernières années. En quatre ans, leurs échanges commerciaux ont doublé, atteignant 750 millions d'euros.



Si les ressortissants indiens sont peu nombreux en Côte d'Ivoire - environ 1500 -, les intérêts du pays, eux, ne cessent de grandir. Il est par exemple le premier importateur des noix de cajou ivoiriennes et s'intéresse de plus en plus au potentiel minier et pétrolier du pays.

Pour la Côte d'Ivoire, l'enjeu est surtout de continuer à diversifier ses partenaires. Avec plus de 7% de croissance annuelle, l'Inde est une des économies les plus dynamiques au monde et cherche notamment à faire de l'ombre à la Chine. Mais ici, elle en est encore loin. Les échanges entre la Côte d'Ivoire et Pékin sont aujourd'hui deux fois plus importants que ceux que le pays entretient avec l'Inde.



http://www.mastakongo.com/news/images/arrow-blue-right.pngSUIVANT - Bill Gates donne 100.000 poules à des familles d'Afrique
 

Commentez sur Facebook