Lien vers ce message 16 Mai 2016, 14:48
Rama Yade: «Il faut mettre fin à l’omerta sur le harcèlement sexuel, en particulier pour les femmes qui le subissent sans pouvoir rien dire»

Rama Yade: «Il faut mettre fin à l’omerta sur le harcèlement sexuel, en particulier pour les femmes qui le subissent sans pouvoir rien dire»

http://www.mastakongo.com/news/images/Articles_photo/2016/May/rama-yade-candidate-la-presidentielle-de-2017.jpg
Rama Yade, candidate à la présidentielle de 2017.

Par Frédéric Rivière Diffusion : lundi 16 mai 2016 RFI

Rama Yade, candidate à la présidentielle de 2017, ancienne secrétaire d’Etat aux droits de l’homme, était ce lundi 16 mai, l’Invité du Matin de RFI. Appel de 17 anciennes ministres contre le sexisme et le machisme, candidature à la présidentielle de 2017. Elle répond aux questions de Frédéric Rivière.

Auteur de Anthologie regrettable du machisme en politique (Editions du Moment, 2015)

« Il faut mettre fin à l’omerta sur le harcèlement sexuel, en particulier pour les femmes qui le subissent sans pouvoir rien dire. »

« C’est très difficile de parler de soi dans ce genre d’affaire parce qu’on a pas envie de passer pour quelqu’un de vulnérable, ce serait donner satisfaction à ceux qui pensent que les femmes sont trop fragiles pour faire de la politique et la politique c’est dur pour tout le monde. »



Candidate à la prochaine élection présidentielle :

http://www.mastakongo.com/news/images/Articles_photo/2016/May/rama-yade-candidate-a-la-presidentielle-en-2017-twitter-se-dechaine-photo.jpg« 1995, c’était la fracture sociale, 2017 ce sera sans doute la fracture identitaire : il ne faut pas laisser la Nation française faire l’objet d’instrumentalisation, subir des tourments identitaires par les extrêmes. »

« Je vais essayer d’être un point de réconciliation ; moi la France c’est l’histoire de ma vie : je ne suis pas née en France, je suis arrivée en France à l’âge de 8 ans, je suis née sénégalaise, j’ai choisi d’être française à l’âge de 21 ans, je n’étais pas obligée; grâce à elle, j’ai pu avoir une vie professionnelle et m’engager en politique et servir ce pays-là, sur la scène internationale, donc je lui dois énormément et je suis malheureuse et en colère de la voir dans cet état. »

« Ce que j’ai voulu faire c’est imaginer une société de la coopération où l’on passerait de l’Etat providence où l’Etat décide de tout, à une société providence où les solutions viennent des français parce que face à la faillite et la carence de l’Etat, les français ont su trouver des solutions par eux même à travers des associations, des entreprises, des fondations, des cooperatives… Plutôt de venir imposer un programme -que j'ai déjà - j'ai préféré d'abord entamer cette démarche de m'inspirer d'eux.»

« Les français sont plus optimistes que la classe politique ou les observateurs en général.»

 

Commentez sur Facebook