Lien vers ce message 30 Juillet 2014, 8:32
Les ministères des Affaires étrangères et de l'Intérieur ont annoncé être prêts à accorder l'asile aux chrétiens d'Orient menacés par les islamistes.

http://www.lefigaro.fr/medias/2014/07/29/PHO501e046c-172e-11e4-8a1a-97e7996d768f-805x453.jpgLa semaine dernière, une poignée de parlementaires de gauche, du centre et de droite se sont retrouvés aux abords de l'Assemblée nationale, en soutien aux chrétiens d'Irak. Cette réunion a été l'occasion pour l'UMP Hervé Mariton et le PS Yann Galut, qui croisent si souvent le fer ensemble, de se retrouver côte à côte pour défendre la même cause. Dimanche, sur le parvis de Notre-Dame de Paris ou à Lyon, même consensus avec la participation d'élus de la majorité et de l'opposition en faveur des communautés chaldéennes, nestoriennes ou syriaques, dont 70 % des représentants ont quitté l'Irak depuis l'invasion américaine de 2003.
Les ministères des Affaires étrangères et de l'Intérieur ont annoncé, dans un communiqué commun lundi, que la France était prête à «favoriser l'accueil» des réfugiés au titre de l'asile. «Nous venons en aide aux déplacés qui fuient les menaces de l'État islamique et se sont réfugiés au Kurdistan. Nous sommes prêts, s'ils le souhaitent, à en favoriser l'accueil sur notre sol au titre de l'asile», expliquent Laurent Fabius et Bernard Cazeneuve. Les deux ministres précisent que «la France continuera de mobiliser la communauté internationale pour que soit assurée la protection» des minorités religieuses irakiennes, «qui est une condition de la stabilité de la région». Ils ont aussi indiqué avoir «débloqué une aide humanitaire exceptionnelle».

Lettre ouverte

Ces annonces n'ont pas satisfait certains représentants de l'UMP, Bruno Le Maire notamment. «Dans les initiatives qui sont prises par le gouvernement, il n'y a pas d'initiative forte avec Barack Obama, avec Angela Merkel, avec d'autres Européens, pour appeler à la défense des chrétiens d'Orient», a expliqué l'ancien ministre sur RTL.
Le vice-président du Front national, Louis Aliot, rejette, lui, l'initiative du gouvernement. «Si on commence à accueillir toute la misère du monde, ça va faire du monde qui doit venir chez nous car il y a beaucoup de misère dans le monde», a expliqué l'eurodéputé sur Sud Radio. Selon le compagnon de Marine Le Pen, il y a «des centaines de milliers de gens qui fuient la guerre civile et les persécutions et qui ne rêvent que d'une chose, venir en Europe pour s'y installer. La France ne peut plus recevoir d'immigration». En visite en Irak, le cardinal Philippe Barbarin est également sceptique, regrettant que de telles mesures aggravent encore l'exode des chrétiens d'Irak.
À l'Assemblée, le nouveau groupe d'étude sur les chrétiens d'Orient, coprésidé par Valérie Pécresse et Véronique Besse, a recueilli la signature de 58 parlementaires de droite et du centre pour une lettre ouverte à François Hollande lui demandant de prendre deux initiatives diplomatiques. Auprès des pays du Moyen-Orient «pour leur demander de mieux garantir le libre exercice du culte sur leur territoire». À l'ONU, en présentant une résolution pour que le Conseil de sécurité«réaffirme solennellement» le droit à la liberté religieuse.

LeFigaro
 

Commentez sur Facebook