Lien vers ce message 22 Février 2016, 10:22
La défaite est orpheline tandis que plusieurs personnes s’approprient la victoire. Le dimanche 7 février 2016, l'équipe nationale de la RDC "LES LEOPARDS" a remporté, pour la 2è fois, la coupe du CHAN (Championnat d'Afrique des Nations réservé aux joueurs évoluant en Afrique). A titre de rappel, la rencontre de ce jour-là qui mettait aux prises la RDC au MALI avait été remportée par la RDC sur la marque significative de 3 buts à zéro.

http://www.mastakongo.com/news/images/Articles_photo/2016/February/entourage-qui-fait-ombrage-a-kabila.jpg

Pour exprimer sa joie grandiose et marquer l'évènement d'un cachet spécial, le Président de la République avait invité les kinois à réserver aux fauves du pays un accueil particulièrement chaleureux à l'occasion de leur retour annoncé pour le lendemain à savoir le lundi 8 février dernier. Quelle n'a pas été la déception des milliers de kinois amassés tant à l'aéroport que le long des artères habituellement empruntées par le cortège des joueurs en pareil cas. En effet, pour des raisons de sécurité semble-t-il, la police kinoise avait choisi de ne pas respecter le mot d'ordre du Président de la République en conduisant le cortège des joueurs à une vitesse telle que tout ce public venu voir leurs idoles n'a pas eu l'occasion de leur exprimer sa joie. Tant et si bien que rentré à la maison la mort dans l'âme, ce public a exprimé son mécontentement en entonnant des chants hostiles au Président Kabila tels que "Yebela, mandat na yo esili zonga na Rwanda" .

Les kinois chantent "Yebela, mandat na yo esili zonga na Rwanda"



Le mardi 9 février, le Président Kabila a organisé une réception haute en couleur au Palais de la Nation en l'honneur de l'équipe des Léopards, cérémonie au cours de laquelle il a procédé à la décoration du onze national après avoir prononcé un discours plein de belles paroles en faveur de l'unité nationale, de la paix et de l'esprit de concorde. L'occasion était belle pour que chaque joueur et son staff reçoive une récompense des mains du Chef de l'Etat en l'occurrence une jeep 4 × 4 pimpant neuve sans omettre d'annoncer sa décision de prendre en charge les soins médicaux que requiert le rétablissement du joueur Héritier Luvumbu blessé lors de la rencontre de quart de finale contre le Rwanda.
Voilà que piqué on ne sait par quelle mouche, le Ministre de l'Information choisit le moment pour cracher, comme il en a l'habitude, des insanités sans commune mesure avec l'évènement du jour. A l'occasion, M. Mende a souligné notamment que le triomphe des Léopards était le fruit des faits et gestes propres au gouvernement ainsi qu'à la population du Congo, sans le concours de l'Occident si minime soit-il.

http://www.mastakongo.com/news/images/Articles_photo/2016/February/Lambert-Mende.JPGLambert Mende

Tel que souligné ci-haut, cette déclaration de Mende est hors sujet du fait que l'Occident n'a jamais revendiqué le triomphe de la RDC au Chan. Ce genre d'incongruité met en évidence l'état d'esprit sordide de l'individu. Ancien danseur animateur du CVR sous le règne de Mobutu, notre ministre de l'Information et porte-parole du gouvernement ne cesse d'étonner le public par la bassesse de ses interventions médiatiques. Tenez, à l'approche des assises de la francophonie devant se tenir à Kinshasa, le Président français F. HOLLANDE ne semblait pas disposé à venir diriger lesdites assises pour des raisons bien connues à savoir l'usurpation du pouvoir par Joseph Kabila à l'issue des élections présidentielles organisées en RDC en 2011. En sa qualité de tchaku national; Lambert Mende avait déclaré au cours d'un point de presse que "le refus du Président Hollande de venir à Kinshasa n'allait pas nous faire tomber le ciel sur la tête ». Plus près de nous encore, M. Mende a déconné en déclarant qu’en prenant la décision de s’immoler, le jeune taximan de Lubumbashi avait fait usage de sa liberté c’est-à-dire qu’il avait fait le choix qui lui paraissait bon. Comme quoi la tracasserie policière qui avait poussé le jeune homme à se donner la mort était conforme à la loi.

Que faut-il retenir de tout ça ?

De un : De façon spontanée, le peuple congolais est descendu dans la rue pour exprimer sa joie autant que son unité et sa fierté d’appartenir à une nation capable d’en imposer. La joie de la population avait crevé les plafonds particulièrement le soir de la victoire des Léopards sur le Rwanda. Cela fait suite à la grise mine que la RDC affiche de façon récurrente face aux différents groupes armés montés, formés, soutenus voire équipés par le Rwanda à savoir : l’occupation du territoire par le RCD de Ruberwa, la guerre du Sud-Kivu avec Mutembezi, la guerre du Nord-Kivu avec Ntanganda, le M23, les FDRL, etc. La chute du Rwanda face aux Léopards a résonné dans le cœur des congolais comme un véritable déclic, comme un commencement de la fin de la suprématie rwandaise sur les congolais. Voilà ce qui explique le débordement de la foule observé ce soir-là. Cà et là, voire même sur l’ensemble du territoire national, ont retenti des chants hostiles aux Rwandais et pourquoi pas à leur frère Kanambe qui occupe la tête du pays par la force des armes.

http://www.mastakongo.com/news/images/Articles_photo/2016/February/kabila-recoit-les-leopards-chan2016.JPGDe deux : Dans son allocution prononcée à l’occasion de la cérémonie de décoration des Léopards, J. Kabila a mis un accent particulier sur la paix et la stabilité sans lesquelles le triomphe qu’on célébrait ne serait qu’une vue de l’esprit. Une manière à peine voilée de s’approprier ce triomphe. Le président Kabila ignore-t-il que les populations du Nord-Kivu vivent dans le désespoir total à cause de l’insécurité qui règne dans cette partie du pays et particulièrement à Rubero, à Beni, etc.. M. Kabila peut-il prétendre que la paix règne parmi la population dont 25 % seulement ont accès à l’eau et à l’électricité, peu de monde a droit aux soins médicaux, à l’enseignement, à l’emploi et à la nourriture. Peut-on parler de paix lorsque les kulunas s’en prennent aux paisibles citoyens nuit et jour sans être inquiétés par la police, lorsque les libertés fondamentales sont bafouées en toute impunité ? Non Mr. le Président, la paix n’est pas synonyme de silence des armes.

http://www.mastakongo.com/news/images/Articles_photo/2016/February/les-leopards-chan2016.JPGDe trois : Mende s’en prend aux Occidentaux sans aucune raison dans le cas sous revue. Que nous sachions, l’Occident n’a pas cherché à s’attribuer la coupe enlevée par nos fauves et alors, qu’est-ce qui justifie les propos du tchaku national ? Faut-il rappeler à notre thuriféraire que sans le concours de l’Occident, le budget de notre pays ne serait jamais équilibré. Lorsque le Président accepte de prendre les soins médicaux du joueur Luvumbu en charge, le moins que l’on puisse dire est que ces soins n’auront pas lieu à l’Hôpital du Cinquantenaire mais bien à l’Occident. Non Mr. Mende, il faut apprendre à se taire. Les fonctions que vous exercez n’ont pas de commune mesure avec celles du CVR. Vos interventions médiatiques laissent trop souvent à désirer et à notre humble avis, vous devriez être déchargé des fonctions ministérielles pour cesser de ternir l’image de marque du pays d’une part et celle du gouvernement d’autre part.

Florent IBENGE et le CAPITAINE des Leopards au Volant de leurs JEEPS



De quatre :
A l’occasion du retour de l’équipe nationale au pays, le Président Kabila avait demandé à la population de Kinshasa de réserver un accueil hors du commun à ces dignes fils du pays. C’était sans compter avec l’excès de zèle du commandant local de la police nous avons cité le Général Kanyama. Celui-ci avait en effet choisi d’empêcher un tel accueil pour des raisons de sécurité semble-t-il. La justification plausible de cette attitude doit être la crainte de voir se répéter les débordements observés à l’issue des rencontres entre les léopards et les rwandais d’abord et les guinéens ensuite. A noter que la police avait dû utiliser des grenades lacrymogènes et des camions à eau pour disperser la population en délire. Nul doute que la crainte de voir la population entonner de nouveau des chants hostiles au Président Kabila est la raison fondamentale qui justifie la décision du général. Le revers de cette décision est la mauvaise humeur qui en a découlé au niveau des centaines de milliers de kinois qui ont regagné leurs domiciles la mort dans l’âme. Interdits de manifester pour exprimer leur colère, les kinois se sont sentis frustrés de se voir interdits d’exprimer leur joie. Drôle de démocratie tout de même.
.
16 Février 2016
Kabondoma junior




 

Commentez sur Facebook