Lien vers ce message 28 Novembre 2015, 13:46
LES CRIMES DE LA "COMMUNAUTE INTERNATIONALE" MALI – NIGER – BURKINA FASO - COTE D’IVOIRE

<<< Partie N°1

http://mastakongo.com/english/images/Articles_photo/November2015/Illuminati-en-afrique.jpgMais la France, les Etats-Unis et la Grande Bretagne ne baissent pas garde et viennent de prendre la décision de forcer le passage pour Alassane Ouattara en Octobre 2015 malgré sa non éligibilité et la contre popularité de sa candidature contre nature relativement aux lois ivoiriennes. Affi Nguessan n’est pas à la hauteur car faible politiquement, inutilement orgueilleux et impopulaire.

Les militants du Fpi, certes se battent pour la souveraineté de leur pays, mais ignorent certainement le poids économique d’une victoire sur la France et ses soutiens internes et externes. Savent-t-ils un seul instant qu’en cas de victoire sur leurs ennemis, c’est la somme de 180 milliards de dollars journaliers qu’ils arrachent aux banquiers occidentaux? Oui chers amis, c’est la peur de perdre un tel montant qui a affolé les banquiers et leurs maîtres qui ont bombardé la résidence présidentielle en Avril 2011.

La Côte d’Ivoire était à deux doigts de mettre en circulation sa monnaie qui allait s’imposer aux autres pays de la Cedeao. Ce qui veut dire que la manne financière définie plus haut allait passer sous le contrôle de la Côte d’Ivoire et des pays de la sous-région. Au lieu de mener ce combat de souveraineté et de «recouvrement» de l’argent qu’on vole à leurs peuples, les cadres et autres politiciens du dimanche de ces pays se permettent de choisir la tricherie et le mensonge criminel afin de s’en mettre plein les poches avec seulement un 0,005% de ces 180 milliards escroqués chaque jour aux populations ouest africaines dont-ils disent «défendre» les intérêts.

La "communauté internationale" n’accepte pas et digère mal la résistance souverainiste des gradés militaires que sont le Général Dogbo Blé Bruno et du commandant Séka Anselme. De telles attitudes ont la manie de pérenniser l’espérance des ivoiriens qui doivent comprendre qu’ils doivent aller jusqu’au bout même dans la douleur. Car si ces hommes subissent les tortures et autres humiliations inhumaines sans pour autant se renier quant à la souveraineté de leur nation naissante, la masse civile ne peut plus se donner de limite pour assumer son destin historique. Ces soldats à la haute conscience nationale savent qu’une partie de l’histoire de l’Afrique exige d’eux des attitudes stoïques sans prix. Ils le savent et l’acceptent sans tenir compte de leurs vies terrestres. C’est difficile ce qu’ils vivent mais ont accepté d’en payer le prix.

http://mastakongo.com/english/images/Articles_photo/November2015/Genevieve-Bro-Grebe.jpgL'autre souci de la criminelle "communauté internationale" est ce qui s’est passé lors de la parodie de procès des pro Gbagbo qui a permis de révéler au monde la stature d’acier de deux femmes africaines à la barre. L’ex ministre Géneviève Grébé qui a fait preuve d’honneur, de fidélité à sa patrie avec en toile de fond sa fidélité au leader Laurent Gbagbo lors de son intervention. Mais le coup de grâce est venu de Simone Gbagbo, femme exceptionnelle qui a eu l’audace de donner des cours de droit à la «cour» ouattaradienne et montré à l’occident qu’elle est inflexible face à leur sauvagerie brutale et criminelle.

L’attitude de ces citoyennes restés intègre face à la machine du régime Ouattara n’a fait que renforcer la foi des ivoiriens qui refusent de se laisser voler leur pays. Oui, ils le savent, ces deux soldats et ces deux dames, héros de l’Afrique qui sont dotés d’une autorité charismatique, même dans la douleur. La CIA le sait et veut détruire cela dans la tricherie électorale en cours en les maintenant en otage. Cette élection est vitale pour «effacer» définitivement ces «éléments» et enterrer la Côte d’Ivoire ivoirienne au profit d’une Côte d’Ivoire Ouest-africaine c’est-à-dire une Côte d’Ivoire «Cedeao».

C’est ce modèle de Côte d’Ivoire qu’ont acceptés le clan Ouattara, Affi N’guessan et Konan Bédié. Comme je l’ai signifié dans mon précédent courrier, tous les acteurs syndicaux et politiques gênants seront liquidés, c’est-à-dire massacrés sous commande occidentale. C’est pourquoi la France, la Grande Bretagne et les Etats-Unis, préparent un renversement de situation au Burkina Faso en vue de militariser le pouvoir d’Etat afin d’appuyer Alassane Ouattara relativement aux «élections» en Côte d’Ivoire contre les souverainistes ivoiriens.

http://mastakongo.com/english/images/Articles_photo/November2015/Simone-Gbagbo.jpgLa Côte d’Ivoire est une puissance économique qui s’ignore mais est une poule aux œufs d’or pour la haute finance internationale qui prépare tout ce scénario criminel au Burkina Faso avec comme base arrière, la Côte d’Ivoire sous couvert d’Alassane Ouattara pour le compte de la "communauté internationale". La haute finance internationale qui sait qu’une Côte d’Ivoire souveraine supprimera le Franc Cfa de son système monétaire. Sachant que la mort du Franc Cfa entrainera un bouleversement volcanique de leurs intérêts, eh bien cette coterie de criminels a finalement révisé son choix au Burkina Faso quand à Zéphirin Diabré.

Ils pensaient qu’Alassane Ouattara réussirait à dompter les ivoiriens après le massacre de 2011. Pour l’heure et pour les illuminatis, Zéphirin Diabré n’a pas le «coffre» pour gérer ce qui se prépare contre la Côte d’Ivoire (il ne faut pas se lasser de le dire, l’éradication progressive de la race ivoirienne, leur ennemie) et la sous-région, lui qui avait été copté pour remplacer Blaise Compaoré. La tension actuelle dans le pays de Laurent Gbagbo a tout changé car Alassane Ouattara n’est pas éligible. Pour «stabiliser» la situation, Gilbert Dienderé et la Cedeao avaient pour tâche de modifier la vie politique du Burkina Faso afin de refaire de ce pays une base arrière de destruction massive sous couvert de la "communauté internationale" contre la révolution ivoirienne qui gronde.

Les arguments fallacieux tels l’exclusion du parti de Compaoré aux élections et le verdict de l’affaire Sankara furent saisis au bond. Mais le peuple burkinabè semble spontanément ne pas l’entendre de cette oreille. Le régime d’Abidjan, la Cedeao, la France et les Etat Unis sont pris dans une nasse épineuse et vénéneuse.

Décidément ces apprentis politiciens d’Afrique ne sont que des pions qu’on manipule au gré des intérêts du moment. Quant aux ivoiriens, la résistance progressive et durable qui a débuté ces derniers temps suite à la validation grotesque de la candidature illégale de Ouattara, pourra apporter la délivrance.

LA GRANDE ARNAQUE

Pour conclure ce chapitre, je vais vous relater un pan du contenu de l’enveloppe que m’a remise l’époux de mon amie lituanienne. Les ivoiriens étaient heureux de la chute de Nicolas Sarkozy n’est-ce pas? Sachez donc que tout ceci est une grossière mise en scène pour «dégonfler» les souverainistes ivoiriens et les panafricanistes purs et durs. Effectivement après la guerre post-électorale qui avait pour but non seulement d’installer un non élu appelé Alassane Ouattara à la tête de la Côte d’Ivoire pour démolir la démocratie et la liberté économique prônées par Laurent Gbagbo, le constat reste amère pour les occidentaux.

Pourquoi? C’est vrai que le massacre de l’ethnie guéré et des ivoiriens était nécessaire pour installer l’homme de la "communauté internationale", mais l’autre raison fondamentale de cet holocauste et crime contre l’humanité avait pour but de refroidir les ardeurs des néo panafricanistes africains. Mais ô surprise! Les souverainistes ivoiriens montrent qu’ils ont la peau dure. C’est ainsi qu’en Février 2012 les services secrets américain, Anglais et français se rencontre pour une conduite à tenir vu que les ivoiriens ne veulent pas lâcher du lest. Les renseignements en leurs possessions disent qu’une offensive militaire est en préparation contre leur poulain Ouattara.

Partout l’on parle d’un «match retour». «Heureusement» pour les illuminatis, les ivoiriens ne savent pas se taire en vendant la peau de l’ours avant de l’avoir chassé sans oublier les fuites confirmant les renseignements des services secrets occidentaux. Après des séances de travail, les illuminatis se mettent d’accord. Nicolas Sarkozy doit tomber car son maintien au pouvoir va galvaniser la haine et l’ardeur au combat des souverainistes ivoiriens. Il fut alors décidé de le remplacer par François Hollande le «socialiste» et «ami» du Fpi de Laurent Gbagbo afin de faire baisser le mercure de la résistance, histoire de gagner du temps et tout verrouiller. Le 6 Mai 2012, comme prévu par les banquiers internationaux, Sarkozy tombe en faveur de François Hollande.

C’est alors la joie en Côte d’Ivoire où Sarkozy compte beaucoup d’ennemis à hauteur de 70% des ivoiriens (sondage services secrets) en revanche, cette joie des ivoiriens rassure les illuminatis qui apprécient que les ivoiriens aient mordu à l’appât. Il est ordonné à Ouattara de libérer progressivement des prisonniers politiques pour jouer sur les émotions et «dégonfler» les «va-t’en guerre». Il faut tout de même avouer que cela a eu de l’effet sur quelques naïfs militants et dirigeants politiques jusqu’au sommet du Fpi.

http://mastakongo.com/english/images/Articles_photo/November2015/CEDEAO.jpgLes occidentaux se sentent alors à l’aise quand à leur projet de faire de la Côte d’Ivoire un pays qui échappe au contrôle des autochtones en faveur des ressortissants ouest africains. Ainsi l’achat des consciences continu de plus belle avec des libérations sporadiques de prisonniers politiques et comme cerise sur le gâteau et boucler la boucle de cette hideuse arnaque, Affi N’guessan est libéré après promesse par celui-ci de faire oublier Gbagbo et rendre le Fpi docile. François Hollande prône ainsi, le jeu politique à toutes les parties dans les pays francophones sensibles et des rebellions et terroristes contre les pays difficiles comme le Cameroun et le Nigéria.

Pendant que les mouvements terroristes occidentaux comme les djihadistes au Mali et Boko haram font leur part de déstabilisation au Cameroun et au Nigéria, en Côte d’Ivoire, les terroristes politiques sont à l’œuvre pour déstabiliser la vision révolutionnaire de Laurent Gbagbo jusque dans son propre camp, le Fpi, l’Ennemi N°1 en Afrique de la "communauté internationale". Affi N’guessan et ses compagnons Gossio Marcel et autres se sont vendu à la France qui les charge d’accompagner Ouattara qui tient la machine électorale bien en main bien qu’étant inéligible. Le plus important pour les Etats-Unis, la Grande Bretagne et la France est que leur poulain Ouattara soit «légitimé» aux yeux du monde afin de passer à la phase de «DESIVOIRISATION» de la Côte d’Ivoire.

Cette désivoirisation comme prévue doit se faire en remplissant dans un premier temps de ressortissants de la Cedeao et en 5 ans, toute l’administration publique, la police, la gendarmerie, l’armée, l’enseignement. Ensuite ce sera le partage des terres avec 5 lois malicieuses déjà prêtes à être votées par les députés de Ouattara sous contrôle de la "communauté internationale". C’est cette désivoirisation de la Côte d’Ivoire qu’attendent impatiemment la "communauté internationale" avec fébrilité. Cette "communauté internationale" qui est représentée en Côte d’Ivoire par l’Onuci et l’armée française.

C’est pour contrer cette désivoirisation qu’il a vu venir que Laurent Gbagbo est resté sous les bombes au palais en refusant toutes les propositions absurdes des illuminatis. Il faut savoir que la liquidation de la Côte d’Ivoire ou de sa sauvegarde dépend d’abord des ivoiriens eux même. Si les ivoiriens veulent sauver leur pays, ils doivent comprendre définitivement qu’ils doivent accepter d’en payer le prix du sang avant toute aide d’alliés extérieurs, car ces alliés n’appuient que ceux qui sont prêts à verser sang et sueurs pour leur patrie.

Les soulèvements populaires en cours doivent s’intensifier avec beaucoup d’intelligence, de stratégies, d’astuce et beaucoup de solidarité par tous les moyens car la démocratie à l’occidental et le politiquement correct n’ont pas leur place dans ce combat inévitable et mortel. Les ivoiriens doivent savoir qu’ils tiennent le bon bout mais qu’ils comprennent enfin que s’ils commettent l’erreur par faiblesse et peur de laisser Ouattara réussir sa fausse élection sous commande étrangère, alors ils verront ce qu’ils n’ont jamais vu, ils auront un «calme» trompeur mais seront dépossédés de leur pays sans aucune pitié (c’est cela l’objectif à moyen terme).

Tous ceux qui seront susceptibles de gêner politiquement Ouattara (si la combine électorale marche) dans cette dévoirisation programmée depuis Washington, Londres et Paris seront liquidés. Il y aura des larmes de détresse si cela arrive mais ce sera la faute des ivoiriens eux même, mais ce sera peut-être trop tard. Bon courage.

NIGERIA – CAMEROUN – TCHAD et BOKO HARAM

http://mastakongo.com/english/images/Articles_photo/November2015/goodluck-jonathan.jpg
Goodluck Jonathan


Au Nigéria, Goodluck Jonathan, avant de perdre les élections, a finalement compris que ceux qu’il considérait comme ses amis, c’est-à-dire les «grandes» puissances occidentales, n’étaient en fait que des manipulateurs, des escrocs et des criminels. Lors d’une réunion secrète à Enugu à l’est du pays, les agents des services secrets du Nigéria lui apprennent que Boko Haram est un pur produit des américains et des britanniques avec leur valet, la France de François Hollande. Que leur but est de diviser le Nigéria en deux entités religieuses afin de l’affaiblir.

Il pose alors la question de savoir qu’elle est la solution face à un tel problème. Ces derniers lui répondent de façon franche, radicale et «dangereuse». Il faut prendre courage et expulser les ambassadeurs des pays occidentaux impliqués afin de faire comprendre à ceux-là que leurs manœuvres sont désormais sues. Ensuite créer des cercles politiques pour informer les masses populaires comme Hugo Chavez l’a fait au Venezuela et Laurent Gbagbo en Côte d’Ivoire avec ses agoras populaires. Car une fois le peuple suffisamment informé et formé, aucune force extérieure ne pourra vaincre le Nigéria.

Goodluck Jonathan acquiesce et promet de réfléchir sérieusement à la question. Hélas il n’y eut jamais de réponse car l’ex président nigérian était corrompu jusqu’au cou dans ses liens «amicaux» avec les occidentaux. Ces occidentaux qu’il a pourtant bien servi jusqu’à aller faire la guerre en Côte d’Ivoire pour installer de force Alassane Ouattara qui y avait pourtant perdu les élections. Naïf Goodluck, il était fait comme un rat et il savait qu’un homme corrompu ne peut jamais devenir un héros. Il savait désormais qu’il perdrait les élections présidentielles. La suite le confirme.

http://mastakongo.com/english/images/Articles_photo/November2015/Paul-Biya.jpgPaul Biya

Au Cameroun voisin, le président Paul Biya qui avait bien commencé une révolution en soutenant Afrique Média, n’a pas tenu le coup. Les camerounais savent que les Usa, la Grande Bretagne et la France sont déterminés à détruire leur pays. Les camerounais ont en plus en esprit leur passé douloureux face aux colonisateurs qui ont massacré impunément leurs peuples et les leaders qui luttaient pour l’indépendance réelle de leur pays. Ils savent que Paul Biya a longtemps fricoté avec les occidentaux, mais ont décidé de régler leurs problèmes en interne et non sous influences extérieures.

En plus, le président Biya semblait avoir compris la manœuvre occidentale pour lui résister. Il avait décidé de laisser un pays avec des moyens de protéger et de consolider sa souveraineté. Avec une telle opportunité qui s’offrait à lui, il n’en a pas saisi la portée historique. Alors qu’il s’ouvrait d’avantage à la Russie et à la Chine, il a fini par se déculotter face à François Hollande et Barack Obama qui lui ont remonté les bretelles. Résultat: Afrique Média, miroir médiatique inédit est subitement interdit d’activités au Cameroun. Jusque-là, le vieil homme semblait tenir le coup mais hélas.

D’autre part, je vais vous relater un fait étrange lors de la visite la délégation russe à Yaoundé. En aparté, une délégation malienne a demandé à échanger avec le chef de cette délégation. Ce dernier a préféré qu’un de ses collaborateurs rencontre lesdits maliens venus exposer leurs préoccupations relatives à la guerre que leur a imposée la France sous commandement étatsunien pour diviser leur pays.

La réponse du chargé russe a été cinglante: si les maliens eux même s’engagent dans le combat de libération, alors la Russie sera prête à leur venir en aide. Sans cela, il ne faut rien attendre comme aide car c’est la détermination et non la peur ou la faiblesse qui encourage les alliances. C’est la détermination sans tenir compte de ce que l’on pourrait perdre. Et en bon chrétien Orthodoxe, il leur a cité le passage biblique qui dit ceci: «qui veut sauver sa vie, la perdra mais qui accepte de la perdre pour le Christ, la sauvera».

Dans le cas du Mali, le Christ dont il est question, c’est la nation malienne qui attend le sacrifice de ses enfants pour la sauver. La délégation malienne, de confession musulmane a-t-elle compris le message? Wait and see. Mais comme Goodluck Jonathan, Paul Biya est un homme du système avec trop de connexions maléfiques avec la France et les Etats-Unis d’Amérique.

Idriss Deby Itno, loin d’être un modèle politique car longtemps agent de la France, semble avoir compris qu’il serait jeté comme une vieille chaussette comme Blaise Compaoré du Burkina Faso. Lui qui a pourtant contribué à l’avènement de Boko Haram s’est laissé finalement convaincre semble-t-il par la diplomatie camerounaise. Je parle ainsi de l’administration camerounaise d’avant les pressions occidentales qui l’ont poussées à se déculotter après le passage de François Hollande à Yaoundé. Aux camerounais de ne pas baigner dans l’émotion et de demeurer lucide car en géopolitique, il n’y a pas de place pour les émotions et le triomphalisme béat. C’est une condamnation à vie à la résistance si l’on veut demeurer libre et souverain.

F.F. Dereckssen, Ancien agent illuminati.

Que la paix soit avec vous!

Allocution du Président Gbagbo au tribunal des Négriers à La Haye (28 fev. 2013)
 

Commentez sur Facebook