Lien vers ce message 18 Novembre 2015, 5:04
VIDÉO. Une société lilloise a développé une caméra capable de voir... à travers les vêtements. Une innovation 100 % française qui "tourne" surtout à l'étranger.

http://mastakongo.com/english/images/Articles_photo/November2015/scanner-qui-voit-a-travers-les-vetements.png

PAR JÉRÔME WYSOCKI Publié le 28/10/2015 à 10:40 | Le Point.fr

Une caméra capable de voir à travers les vêtements. Un fusil brouilleur de drone. Un « annihilateur » de fréquences radio. Le nouveau trailer du prochain James Bond ? Le repère de Lucius Fox ? Non ! MC2-Technologies, un centre de recherche et de développement de nouveaux produits. Basée à la Haute-Borne de Villeneuve-d'Ascq, sorte de « Silicon Valley » lilloise, cette ancienne start-up fondée en 2004 par deux docteurs en informatique et en électronique s'attache entre autres à la création de produits dans le domaine de la sécurité pour des applications militaires ou civiles.

Leur premier fait d'armes remonte à 2011, avec le développement d'une caméra (la Milicam, désormais appelée MM-Imager 90) capable de détecter en une seconde n'importe quel matériau caché derrière les vêtements : solide, liquide, métal, bois, béton… Une révolution en matière de surveillance, et notamment dans la lutte contre le terrorisme.

Quatre années de R&D ont été nécessaires pour développer ce projet. « Nous avons eu besoin de supports financiers, entre autres par l'intermédiaire de la Direction générale de l'armement », explique Christophe Gaquière, directeur technique. Le ministère de la Défense n'exige pas de contreparties financières, si ce n'est un retour sur l'avancement des travaux.

Paradoxe français

http://mastakongo.com/english/images/Articles_photo/November2015/Sony-avait-vendu-des-cam%C3%A9ras-qui-voient-%C3%A0-travers-les-v%C3%AAtements.jpgMais une fois la caméra achevée, les commandes de la DGA manquent à l'appel, faute de moyens. Paradoxal pour des investisseurs. « Ils sont pourtant intéressés par ses performances, assure le docteur en électronique, mais il faudrait encore réduire les coûts et miniaturiser. » Notamment la petite sœur, la MM-Imager 30, une autre caméra capable de détecter des silhouettes à travers les murs. Idéal en cas de prises d'otages. À condition seulement de porter ses 50 kilos tout en électronique. Trop encombrante en intervention pour le GIGN.
Difficile aussi de percer dans le civil, même si les aéroports sont en première ligne. « Pour les applications portuaires, la France doit respecter les législations européennes. » Autrement dit, pour pouvoir vendre la MM-Imager 90 dans les aéroports, il faut des accréditations… « On s'est donc axé vers des pays où il n'est pas nécessaire de s'en procurer. » L'utilisation reste par conséquent limitée à des phases d'évaluation dans l'Hexagone.

Succès à l'étranger

En Chine, en revanche, MC2-Technologies a vendu une dizaine de caméras. Et Vladimir Poutine himself s'est arrêté devant le produit lors d'un salon international sur la sécurité à Moscou. « Depuis, nous avons des relations fortes avec la Russie », se félicite Christophe Gaquière, qui prépare la vente d'une dizaine d'autres caméras. L'Arabie saoudite et le Koweït se sont également montrés très intéressés.
L'avantage de cette technologie entièrement made in France, c'est son système « passif » qui détecte les hyperfréquences produites par le corps sans avoir à projeter d'ondes, contrairement aux dispositifs « actifs » de l'armée américaine (son principal concurrent). « Nous, on a tendance à être le petit poucet parmi les grands », s'amuse le cofondateur de la société. Moins chère, plus fiable, inoffensive, l'invention française rassure à l'étranger. La société, qui développe aussi une activité de service à haute valeur ajoutée, va pouvoir compter sur ces nouveaux contrats pour s'agrandir... En attendant de gagner le marché français.
 

Commentez sur Facebook