Lien vers ce message 02 Novembre 2015, 18:38
DEMISSION DU G7 ET DE MOISE KATUMBI DE LA M.P : UNE MANŒUVRE POLITIQUE OU REALITE ?

http://mastakongo.com/english/images/Articles_photo/November2015/les-g7-de-la-rdcongo-et-katumbi-tshisekedi-katebe-katoto.jpg

Depuis 2014, le débat sur les intentions du nommé Joseph Kabila de s’éterniser au pouvoir en RDC a débuté avec la publication du livre du professeur Boshab, évoquant la possibilité de déverrouiller l’art. 220 de la Constitution limitant les mandats présidentiels à deux.
L’affaire était présentée comme une simple réflexion scientifique et certains évoquaient même la possibilité de recourir au référendum, puisque, disait-on, en démocratie, c’est le peuple qui décide.

http://mastakongo.com/english/images/Articles_photo/November2015/David-van-reybrouck.jpgJusque-là, on ignorait ce que David Van Reybrouck nous révèle à la page 549 de son ouvrage « Congo une histoire » - cliquez ICI pour lire le livre en ligne -, à savoir qu’en septembre 2009, en vue des élections de 2011 et de 2016, le nomme Kabila avait créé une commission chargée d’examiner de près si le mandat du président ne peut pas être porté de cinq à sept ans et si la restriction constitutionnelle à deux mandats ne doit pas être supprimée, pour que le président soit éternellement rééligible ».

On ignorait également qu’en avril 2009, dans son Rwanda natal, le nommé Kabila avait donné à Kigali une interview en Kinyarwanda dans laquelle il avait affirmé que, compte tenu de ce qu’est le peuple congolais, un peuple qui vous remercie lorsque vous marchez sur ses pieds et dont les évêques, sauf le Cardinal Etsou, faisaient des courbettes devant lui, il ferait 45 ans de pouvoir et céderait celui-ci à un autre Tutsi rwandais.

L’argument consistant à soulever de mauvais problèmes brisant le consensus national figé dans la Constitution et à dire que le peuple tranchera est mal venu. Quelle démocratie peut-on avoir lorsque le peuple largement analphabète et préoccupé par la satisfaction des besoins basiques : l’eau qui ne couvre que le quart de la population et qui ne coule pas dans les robinets là où elle est installée, le courant instable là où il est opérationnel et ne couvre pas le cinquième de la population, l’insalubrité partout, les salaires de misère non payés pendant 36 mois, ne connaît même pas le contenu de la Constitution et les conséquences de ses modifications ?

Quelle démocratie peut-il y avoir lorsqu’un régime désirant s’éterniser au pouvoir se choisit une commission électorale et une cour suprême ou constitutionnelle qui lui sont acquises ?

Le G7, groupe de 7 partis qui sont au pouvoir avec Kabila depuis au moins 15 ans, profitant de ce débat, déclare abandonner le passif de leur gestion à Kabila pour s’en aller avec l’actif que l’on pourrait déceler dans cette gestion et chercher à se faire une virginité politique auprès de notre peuple réputé apathique, naïf et aux réactions plus émotionnelles que rationnelles.
Notre peuple étant majoritairement jeune et n’ayant pas connu les turpitudes de sa classe politique dès la décennie 1980 mérite qu’on lui rafraichisse la mémoire.

En 1989, devant des turpitudes d’un régime mobutiste dictatorial et aux nombreux crimes économiques et de sang, avec les mesures du Programme d’Ajustement Structurel (P.A.S), brutalement appliquées et se caractérisant par des licenciements massifs dans la Fonction Publique et dans le Privé, pour régler une dette mal gérée par le régime du tandem Mobutu – Kengo, les tracs contre ce régime commencèrent à circuler, invitant à la révolte populaire.

Réalisant enfin le danger qu’il courait, le régime organisa des consultations populaires. Il était question que le peuple dise si oui ou non il soutenait le régime. Si oui, à quelles conditions ou quels changements devaient assouplir le système de gestion d’Etat en vigueur jusque-là. Deux réactions furent particulièrement remarquées :

  • le mémorandum des fonctionnaires et
  • le mémorandum des Evêques.


Le peuple congolais, qu’on croit apathique et naïf, avait exprimé son ras-le-bol et son exaspération devant un régime qui l’avait muselé et anéanti durant des décennies et voulait un changement immédiat.

http://mastakongo.com/english/images/Articles_photo/November2015/Union-Sacree-de-l-Opposition-Radicale-au-stade-tata-raphael-a-kinshasa-rdc.jpgUnion Sacrée de l’Opposition Radicale au stade Tata Raphael de Kinshasa

Dans son discours du 24 avril 1990, en bon dictateur se cramponnant au pouvoir, Mobutu offusqua les vrais résultats des consultations populaires. Qu’importe ! La pression sur lui s’amplifia surtout après le massacre des étudiants, début mai 1990, à l’Université de Lubumbashi. Devant ces pressions, les Kengo, Tambwe Muamba et Ngunz firent semblant de quitter Mobutu pour former l’UDI (Union des Démocrates Indépendants) et l’UFERI et se joindre à l’UDPS et créer ainsi l’USOR (Union Sacrée de l’Opposition Radicale) dont Tshisekedi fut élu Chef de file. Après avoir regagné la confiance du peuple dans cette blanchisserie que fut l’USOR, au moment de former un nouveau gouvernement dont le premier ministre devait être le chef de file de l’opposition, les Kengo, Tambwe Muamba et Ngunz regagnèrent leur milieu naturel, le camp Mobutiste où Ngunz se fit nommer Premier Ministre à la place de Tshisekedi. Et voilà comment se comportent les politiciens caméléons de l’espace politique congolais, avides de pouvoir, de gloriole et d’argent.

Aujourd’hui, on peut parier que le G7 en quittant le camp Kabila pour se rallier à l’opposition au moment où le navire kabiliste tangue, balloté par des violents vents au milieu d’une mer agitée, est en train de développer une manœuvre politique. Ils sont néo-libéraux comme ceux qui restent au pouvoir. Ils ont pour candidat à l’élection présidentielle Moïse Katumbi, l’élu du camp anglo-saxon, en dépit de l’art. 72,1 de la Constitution qui réserve la fonction présidentielle uniquement aux Congolaises et Congolais de père et de mère. Et Herman Cohen du camp anglo-saxon a, dans une récente interview à l’organe de presse Aljazeera, sur la RDC, suggéré que le Parlement congolais accorde l’amnistie à Joseph Kabila. A ce moment-là, et Joseph Kabila, et le G7 soutien de Moïse Katumbi, vont se faire une virginité politique, n’ayant pas à rendre compte de leur calamiteuse gestion , dont les vrais auteurs ou co-auteurs se démasquent maintenant dans le camp anglo-saxon. Ainsi, de décennie en décennie, les mauvais gestionnaires de la chose publique au Congo échappent à la sanction que requiert leur mauvaise gestion.



Des exemples de la mauvaise gestion de l’Etat en RD Congo ont quelques symboles :

- l’échangeur de Limete est gardé par de nombreux éléments de la Police d’Intervention Rapide (PIR), comment a-t-il été possible qu’on aille voler des plaques de cuivre au sommet de la tour et que le voleur n’ait pu être interpellé ? C’est tout un symbole de la gestion de l’Etat en RDC ;

- sur les visas que délivre la Maison Schengen à Kinshasa, il semble qu’il y est mentionné que ce visa, non gratuit, ne garantit pas l’accès à l’espace Schengen. Pourquoi alors le délivrer ? De qui se moque-t-on ?

- il semble que le Ministre Mende Omalanga avait été victime du refus de visa pour entrer en Belgique à une certaine époque. Le manque de considération à l’égard des représentants de l’Etat congolais ne dénote-t-il pas du peu de considération que l’Occident a pour la RDC et sa population, même si ces dits représentants sont ses valets et ses marionnettes ;

- l’infantilisation de la classe politique congolaise est la cause des malheurs du Congo.

Et, l’éclatement de l’électorat congolais a trois tendances :

  • Tendance Tshisekedi ;
  • Tendance Jean-Pierre Bemba ;
  • Tendance Moïse Katumbi.


Joseph Kabila, pour le peuple profond, voit sa page définitivement tournée. Mais en réalité, sauf conversion miraculeuse, le camp Moïse Katumbi et le camp kabiliste sont convertibles. Les loups ayant une même bergerie, ne s’entremangent pas. Ils visent, en prenant des habits neufs et en se faisant parrainer, à garder le pouvoir demain pour jouir, eux et leurs parrains, de l’impunité. Comme le M23 et Nkundabatuare de triste mémoire.

Si le peuple congolais veut réellement sauver son pays, il doit être d’une extrême vigilance et privilégier son unité, comme à la Table Ronde de Bruxelles en jannvier-février 1960, comme à la CNS. Désunis, les congolais ont échoué à Sun City jusqu’aujourd’hui. Entretemps, l’ennemi du Congo ne lésine pas sur les moyens.

VIDEO. RDC - L'argent des KATANGAIS que font disparaître Moise Katumbi le philanthrope et sa bande


A preuve : quelques articles de la Charte de l’Impérialisme :

Article 1er : De la devise : Gouverner le monde et contrôler les richesses de la planète ; Notre politique est de diviser pour mieux régner, dominer, exploiter et piller pour remplir nos banques et faire d’elles les plus puissantes du monde.

Article 2° : Aucun pays du tiers-monde ne constitue un Etat souverain et indépendant.

Commentaire : Là réside la raison de leurs interventions intempestives et négatives en RD Congo, en Libye, en Côte d’Ivoire, en Syrie, en Irak, etc..

Article 3° : Tout pouvoir dans les pays du tiers-monde émane de nous, qui l’exerçons par la pression sur les dirigeants qui ne sont que nos marionnettes. Aucun organe du tiers-monde ne peut s’en attribuer l’exercice.

Commentaire : Nos élections ne valent donc rien, à plus forte raison quand elles sont financées par l’Occident.

Article 6° : Tout pouvoir et gouvernement établi par nous est légal, légitime et démocratique. Mais tout autre pouvoir ou gouvernement qui n’émane pas de nous est illégal, illégitime et dictatorial, quelle que soit sa forme et sa légitimité.

Commentaire : Voilà la raison du soutien à Mobutu et à Joseph Kabila en RDC ; à Ouattara en Côte d’Ivoire ; à Compaoré au Burkina Faso ; à l’actuel président du Gabon…

Et dire que cette infantilisation de la classe politique africaine est surtout caractéristique de l’Afrique francophone.

http://mastakongo.com/english/images/Articles_photo/November2015/chauffeur-immole-avec-le-policier-vereux-a-lubumbashi-rdcongo.jpg








MUAKA MATADI
17/10/2015

Message édité 4 fois, dernière édition par root, 04 Décembre 2015, 8:13  
 

Commentez sur Facebook