Lien vers ce message 21 Aout 2015, 15:10
En campagne au Kongo Central pour le glissement :Ne Muanda Nsemi caillassé à Muanda

Il ne s’y attendait peut-être pas mais il a été désagréablement surpris par les habitants de la Ville de Muanda où il a été faire campagne pour le fameux « glissement » de tous les dangers et plus particulièrement en faveur d’un troisième mandat de l’actuel chef de l’Etat.

RDC-Campagne pour une transition de 3 ans M. Nsemi caillasséLe depute national Ne Muanda Nsemi

L’ancien chef de la défunte secte « Bundu Dia Kongo » devra revoir sa copie après la mésaventure qu’il vient de subir dans cette ville côtière de la province du Kongo Central. Parti de la capitale il y a une semaine pour une première tournée dans sa province d’origine, le député national Zacharie Badiengila dit Ne Muanda Nsemi avait cru que tout se passerait sans anicroche et que ce banc d’essai lui permettrait alors de parcourir les autres provinces de la République pour chanter les vertus de la transition de trois ans qui, à son avis, devrait aboutir à de bonnes élections, plus démocratiques et apaisées.

On rappelle qu’il avait lancé ces idées dès la sortie de l’audience lui accordée par le chef de l’Etat en juin dernier pendant les consultations qui s’étaient déroulées au Palais de la Nation. Les gens n’y avaient peut-être pas accordé une attention particulière, connaissant le goût immodéré de cet homme au comportement d’un chef religieux ou spirituel et qui raffole les déclarations à l’emporte-pièces. Mais, contre toute attente, l’ancien gourou de la secte « Bundu Dia Kongo » a été annoncé dans la province du Kongo Central. Personne ne pouvait s’attendre que le député Zacharie Badiengila allait pousser le culot jusqu’à s’exercer à ce genre de gymnastique politique dans cette partie du territoire national d’où est né le tout premier chef de l’Etat de ce pays béni des dieux.

RDC-Campagne pour une transition de 3 ans M. Nsemi caillasséToujours selon des médias périphériques, dont entre autres la radio « Top Congo » très branchée sur cette province, c’est lors d’un meeting tenu dans un stade de cette ville côtière qu’est survenu l’incident fâcheux. Essentiellement lorsque l’orateur a osé vanter les vertus d’un troisième mandat avec quatre vice-présidents de la République, dont lui-même, autour de l’actuel chef de l’Etat, des cailloux ont été lancés sur la tribune d’honneur où trônait l’ancien gourou de la secte « Bundu Dia Kongo ». Ce fut alors une débandade généralisée et n’eût été l’intervention des agents de l’ordre, l’on aurait vécu des scènes tragiques avec mort d’hommes. Une fois le pire passé, la Police a procédé à des interpellations dans la foule pour dénicher et ensuite sanctionner les fauteurs des troubles.

Quant au député national Zacharie Badiengila, personne ne sait comment il a pu sortir de ce stade et où il se serait réfugié pour échapper à la colère de la foule. En outre, personne ne peut à ce jour déterminer l’identité de ces fauteurs des troubles et surtout leurs motivations.
C’est ici le lieu de rappeler qu’après ses déclarations tapageuses sur le 3ème mandat de l’actuel chef de l’Etat, cet homme vient d’être désavoué par la direction de son parti politique CONGO PAX sous les couleurs duquel il avait été élu en novembre 2011 comme député national pour la ville de Kinshasa. Pour la petite histoire, profitant de l’aura de son mouvement politico-religieux « Bundu Dia Kongo », Zacharie Badiengila s’était présenté comme candidat indépendant aux élections législatives de 2006 à l’issue desquelles il avait été élu brillamment député national.

En effet, indique-t-on, au lendemain des mesures portant dissolution de « Bundu Dia Kongo » à la suite des accrochages sanglants survenus dans le Bas-Congo en 2007, Zacharie Badiengila avait signé un accord pour son intégration dans le parti politique CONGO PAX présidé par Me Marie-Thérèse Nlandu Mpolo et dans lequel il exerçait les fonctions de 1er vice-président national. Cela, parce qu’une fois ce mouvement politico-religieux radié par l’autorité compétente et tenant à briguer un deuxième mandat de député, il avait alors résolu d’intégrer un parti politique pour être aligné dans l’une ou l’autre de ses listes électorales.

Faut-il croire que ce désaveu cinglant aura des répercussions indicibles sur cette personne qui se comporte plus comme un gourou d’une secte politico-mystique et pourquoi pas sur ceux qui affichent les mêmes idées en ces temps de turbulences pour l’alternance à la tête de la République ? Veillons et prions.

F.M. Le Phare de 20 aout 2015



http://www.mastakongo.com/news/images/arrow-blue-right.pngSUIVANT - Rwanda: P. Kagame ment publiquement aux étudiants américains
Message édité 2 fois, dernière édition par root, 09 Aout 2016, 4:30  
 

Commentez sur Facebook