Lien vers ce message 08 Aout 2015, 14:15
Une Irlandaise de 26 ans a perdu la vue à la suite d'une consommation - colossale - de la célèbre boisson énergisante qui a provoqué une hypertension intracrânienne.

Par Hugo Jalinière Publié le 07-08-2015 à 12h28

http://mastakongo.com/english/images/breaking_news/poison-redbull-make-woman-go-blind.jpgDes canettes de Red Bull, une boisson énergisante à base de taurine. ©ALEXANDER KLEIN / AFP

PRESSION. À force de se gaver de Red Bull, le cerveau de Lena Lupari a tellement enflé qu'elle a fini par en perdre la vue. C'est grosso modo le cas effarant rapporté par le Daily Mail. Il faut dire que la consommation de la jeune femme de 26 ans était proprement colossale : quelque 28 canettes de 250 millilitres par jour. Vivant en Irlande du Nord dans la ville de Newtownabbey, elle ingurgitait donc, selon ses dires, pas moins de 7 litres de Red Bull quotidiennement. Une consommation dont on peine à croire la véracité. Et pourtant : "J’avais l’habitude de boire 28 canettes de Red Bull par jour et je ne prenais qu’un repas le soir, généralement de type fast-food, à emporter ou un paquet de pâtes", raconte Lena Lupari.

Mais, si l'on se doute qu'une telle hygiène de vie puisse avoir de funestes conséquences, quel rapport entre le taux de sucre ingurgité quotidiennement et le fait de perdre l'usage de ses yeux ? C'est en fait la prise de poids rapide occasionnée par ces habitudes alimentaires qui a conduit cette jeune femme à souffrir d'une hypertension intracrânienne (HTIC). Une affection qui touche principalement les femmes jeunes (30 ans d'âge moyen) obèses. En effet, l'idée est que l'accroissement de la pression intra-abdominale provoquée par l'obésité se répercute sur la pression veineuse générale et donc sur la pression veineuse intracrânienne.

Quand la prise de poids se répercute sur le nerf optique

http://mastakongo.com/english/images/breaking_news/OEDEME-PAPILLAIRE.jpg
Image d'un fond d'œil révélant un œdème papillaire
(© Jonathan Trobe, M.D. - University of Michigan Kellogg Eye Center).


La conséquence est, dans plus de 95% des cas, la survenue d'un œdème sur la papille, zone située à la naissance du nerf optique sur la rétine. Le problème est que la conséquence de cette pression exercée sur le nerf optique ne se traduit que tardivement sur la vision. Et lorsque le symptôme apparaît, le mal est déjà très avancé. Si bien que cette baisse relativement soudaine de la vue qui peut conduire à la cécité est difficile à inverser. Une amélioration peut-être recherchée en diminuant le volume du liquide céphalo-rachidien par le biais d'une ponction lombaire. Sauf que la production continue de liquide par l'organisme conduit à rapidement remplacer le volume ponctionné.

Reste un symptôme pouvant signaler une HTIC : les migraines (ou céphalées) chroniques. Celles-ci ne constituent toutefois pas un signe spécifique du syndrome. Un symptôme que Lena Lupari reconnaît avoir rencontré ces dernières années : "J'ai souffert de migraines et maux de têtes ces 5 dernières années mais je les ai juste ignorées en prenant des antidouleurs", explique-t-elle. Depuis son hospitalisation le 18 juin 2015, elle a arrêté de boire du Red Bull.

S'il est rare de rencontrer des cas aussi extrêmes, rappelons que, même dans des proportions plus "raisonnables", la consommation de boissons énergisantes généralement très concentrées en sucre et caféine n'est pas vraiment recommandée, en particulier chez les personnes à risque d'hypertension.
 

Commentez sur Facebook