Lien vers ce message 01 Aout 2015, 10:06
Publié le 31-07-2015 Par RFI

http://mastakongo.com/english/images/breaking_news/Kenyan_parliament_Wikipedia_0.jpg
Le rapport du vérificateur a été présenté devant le Parlement, le 28 juillet 2015. Photo : vue générale du Parlement kényan.
Photo: Rotsee2, source: Wikipédia


Défauts de justificatifs, dépenses non autorisées ou excessives, achats douteux... Au fil des 360 pages de son rapport annuel présenté mardi devant le Parlement, le vérificateur dresse une longue liste d'irrégularités et de gaspillages d'argent public qui semble pointer des pratiques de corruption à grande échelle.

La conclusion du rapport du vérificateur kényan est sans appel : seul 1,2% des dépenses de l'Etat ont été faites conformément à la loi et de manière efficace durant l'exercice 2013-2014. Le vérificateur émet un avis réservé sur l'allocation de 60% du budget, soit 5,3 milliards d'euros, à cause de problèmes comme le manque de transparence des administrations, des dépenses excessives ou non autorisées.

Lire aussi :

>>> Le Kenya construit le plus grand parc éolien d'Afrique

Pour les 38,5% restants, l'avis est même négatif : documents manquants, comptes fantaisistes… Faute d'informations fiables, le vérificateur estime que les 3,5 milliards d'euros concernés n'ont probablement pas été dépensés légalement ni efficacement. Parmi les nombreuses institutions épinglées, la police, qui a notamment payé 280 000 euros pour des bureaux laissés vides un an et demi ou le ministère de l'Intérieur pour des achats irréguliers de maisons et terrains.

La santé et les transports se partagent la palme des dépenses non justifiées, à hauteur de 200 millions d'euros chacun. L'ancien ministre des Transports faisait d'ailleurs partie des cinq ministres suspendus en mars dernier sur des présomptions de corruption. Il a été inculpé depuis pour abus de fonction.

Publié quelques jours après la visite de Barack Obama, ce rapport fait tristement écho au discours du président américain : il avait appelé les Kényans à combattre la corruption, « un boulet qui tire le pays vers le bas », selon ses termes.
Message édité 1 fois, dernière édition par mishd, 01 Aout 2015, 10:20  
 

Commentez sur Facebook