Lien vers ce message 30 Juillet 2015, 21:31
C'est un fait bien connu : le sommeil lent et profond permet de consolider les souvenirs afin qu'ils ne tombent pas dans l'oubli.

Par Lise Loumé Publié le 30-07-2015 à 13h32 sciencesetavenir.fr

En plus de consolider nos souvenirs, le sommeil les rend plus accessibles et augmente nos chances de retrouver un mot oublié.

http://mastakongo.com/english/images/breaking_news/neurones-cerveau.jpg
Neurone d'hippocampe de souris à 7 jours de différenciation en culture. © Inserm, L. Peris

En fait, lorsque nous dormons, une zone du cerveau appelée hippocampe destocke les informations enregistrées dans la journée, les trie et les envoie dans une autre région pour un encodage à long terme (voir infographie ci-dessous). Pour autant, on ne sait pas si cette activité cérébrale permet de faciliter l'accès aux souvenirs. Pour résoudre ce mystère, Nicolas Dumay, chercheur en psychologie expérimentale à l’université d’Exeter, a analysé les résultats de deux études publiées en 2007 et 2010 et ayant porté sur plus de 400 volontaires. Selon ses résultats, publiés dans la revue Cortex, une bonne nuit de sommeil permet de doubler nos chances de retrouver un souvenir, et même ceux que l'on aurait oublié dans les douze heures qui précédent le coucher !

CLIQUEZ SUR L'IMAGE POUR L'AGRANDIR
http://mastakongo.com/english/images/breaking_news/neurones-cerveau-explique.png
Extrait d'un article original publié dans le cadre d'un dossier consacré au sommeil, Sciences et Avenir n°804

Rien ne vaut une bonne nuit de sommeil pour se souvenir

EXPÉRIENCES. Les participants des deux études ont été invités à mémoriser une liste de mots inventés, soit le matin avant de commencer la journée, soit le soir avant de se coucher. Puis ils ont été soumis à deux tests de mémorisation : l'un immédiatement après la session d'apprentissage, l'autre douze heures plus tard, soit après une journée d’activité ou une nuit de sommeil. Nicolas Dumay a séparé les mots mémorisés par les volontaires en deux catégories : les mots dont ils se sont rappelés lors des deux tests et les mots dont ils ne se sont souvenus qu'au deuxième test (soit après les douze heures d’expérience).

Résultat : après avoir dormi, les participants avaient environ deux fois plus de chance de se souvenir d’un mot qu'ils n'avaient pas réussi à se remémorer la veille ! En effet, les personnes ayant dormi se sont rappelé de 16,9 % de mots lors du deuxième test contre 7,3 % pour le groupe resté éveillé. "Ces résultats démontrent qu’après avoir dormi nous sommes davantage susceptibles de nous souvenir les faits que nous ne pouvions pas nous remémorer" la veille, explique dans un communiqué Nicolas Dumay. Selon lui, le sommeil "améliore l’accessibilité des souvenirs, davantage qu’il ne les protège de la perte" et c'est l'hippocampe qui ferait ce travail. "Ces résultats soutiennent l'hypothèse que pendant le sommeil, nous répétons activement les informations signalées comme importantes", conclut-il.

VIDEO. Un orang-outang nourrit un bébé tigre au biberon
Message édité 1 fois, dernière édition par mishd, 30 Juillet 2015, 21:37  
 

Commentez sur Facebook