Lien vers ce message 30 Juillet 2015, 9:04
En Libye, quatre ans après la chute de Mouammar Kadhafi et de son régime, l'un de ses fils était jugé pour la répression sanglante des manifestations. Saïf al-Islam Kadhafi, considéré comme l'héritier politique du «Guide de la révolution», a été condamné par contumace à la peine capitale.

Publié le 28-07-2015 Par RFI

http://mastakongo.com/english/images/breaking_news/LIBYA-PROTEST-SAIF-al-islam.JPG
Saif Al-Islam Kadhafi, à Moscou, en juin 2010.
Reuters


La condamnation a été prononcée par un tribunal de Tripoli sous l'autorité du gouvernement non reconnu par la communauté internationale car installé au pouvoir par la coalition de milices Fajr Libya en août dernier. Saïf al-Islam, fils du Guide déchu, n'a jamais assisté à son procès mis a part une retransmission vidéo et il a été condamné à la peine capitale en son absence.

Depuis son arrestation dans le sud-libyen en 2011, déguisé en berger, il est détenu par les miliciens de la ville de Zintan dans un lieu tenu secret. Ces ex-rebelles connaissent la valeur de leur prisonnier VIP et ont toujours refusé de le livrer à une autre juridiction. La CPI l'avait pourtant demandé, mais ses représentants ont été kidnappés à Zintan en 2012 et accusés d'espionnage. Pas question de le remettre non plus à Tripoli, ville avec laquelle Zintan est en guerre depuis un an.

D'autres proches du Guide condamnés

En revanche, dans leur combinaison bleue de détenus, les autres figures de l'ancien régime condamnées à mort ce matin étaient bien présentes dans le box à Tripoli. D'abord, Baghdadi Mahmoudi, le dernier Premier ministre de Kadhafi que la Tunisie avait livré en 2012 contre rétribution financière, mais aussi le très redouté Abdallah Senoussi, proche d'entre les proches du colonel Kadhafi, ancien chef de ses services de renseignements, livré à la Libye en 2012 par la Mauritanie où il s'était réfugié après la chute du régime.

Avec six autres caciques moins connus, ce sont donc neuf condamnations à morts par balle qui ont été prononcées ce matin pour leur rôle dans la répression en 2011 pendant la révolution.

Un procès dénoncé

Le procès de Saïf al-Islam n’a pas été équitable selon l'ONU, Amnesty International et Human Rights Watch, comme l’explique Ahmed Benchemsi, le directeur de la communication pour la région Moyen-Orient au sein de HRW : « Plusieurs sérieuses violations de procédures ont été enregistrées, de multiples droits des accusés ont été violés, il y a des condamnations à mort qui ont été prononcées, dans un environnement qui ne garantissait absolument pas une justice impartiale. Nous demandons que la Cour suprême libyenne réexamine tous les faits. Cela dit, nous soulevons beaucoup d’interrogations sur la possibilité même qu’un procès impartial et indépendant puisse avoir lieu dans un pays qui est complètement ravagé par la guerre civile ».
 

Commentez sur Facebook