Lien vers ce message 14 Juillet 2015, 0:33
Saran Sérémé Séré a été investie candidate du Parti pour le développement et le changement à la prochaine présidentielle au Burkina Faso. Egérie de la révolution, celle que ses partisans appellent « l’amazone de Tougan » a mis en garde ceux qui voudraient reporter l’élection prévue le 11 octobre prochain.

Publié le 13-07-2015 Par RFI

http://scd.rfi.fr/sites/filesrfi/imagecache/rfi_16x9_1024_578/sites/images.rfi.fr/files/aef_image/000_Par8018736_0.jpg
Saran Sérémé, lors d'un rassemblement appelant au départ des militaires, le 2 novembre 2014, à Ouagadougou.
AFP PHOTO / ISSOUF SANOGO


Saran Sérémé est connue pour avoir conduit la marche des femmes d’octobre 2014. Armées de simples spatules, les manifestantes avaient bravé le dispositif sécuritaire pour dénoncer la modification de la Constitution qui devait permettre à Blaise Compaoré de briguer un nouveau mandat à la tête du Burkina Faso. Elle a été investie candidate du PDC au cours d’un congrès extraordinaire qui s’est tenu à Bobo-Dioulasso, dimanche, sur le thème « changement de comportement et de mentalité pour un développement équitable, durable et harmonieux ».

« L’amazone de Tougan » - du nom de son fief dans le nord du pays - a fustigé devant ses partisans et sympathisants la gestion du pays par l'ancien président Blaise Compaoré et son équipe. « Le peuple burkinabè a trop souffert de la gabegie, de la mal-gouvernance, de l'injustice et de l'intolérance. Il est temps que la jeunesse prenne son destin en main », a-t-elle clamé.

Mise en garde à ceux qui veulent « engendrer le chaos »

S'exprimant sur le conflit qui oppose le Premier ministre Isaac Zida et le Régiment de sécurité présidentielle (RSP), Saran Sérémé a mis en garde, à l'image du président Michel Kafando, ceux des protagonistes qui veulent « engendrer le chaos » au Burkina Faso et entendraient empêcher la tenue des élections du 11 octobre prochain. Elle a martelé que « les Burkinabè n'accepteront pas que leur révolution soit récupérée par n'importe quelle main » et que le peuple burkinabè « restera uni pour sauvegarder l'intérêt du pays ».

Saran Sérémé, qui s'était toujours affichée dans la lutte contre la modification de l'article 37, interpelle tous les acteurs de la crise actuelle sur le respect des délais de la transition. « Quand il y a des faux complots ourdis, nous, les politiques, avançons. Car l'objectif est d'atteindre l'alternance démocratique que certains ne veulent pas », a-t-elle déclaré avant d'ajouter que « l'esprit et la lettre de la Charte doivent être respectés pour les élections d’octobre 2015. »

http://scd.rfi.fr/sites/filesrfi/imagecache/rfi_large_600_338/sites/images.rfi.fr/files/aef_image/marche%20femme_0.JPG
Saran Séré Sérémé avait été à l'origine de la marche des femmes contre la révision constitutionnelle, dans les rues de Ouagadougou le lundi 27 octobre 2014.
Photo RFI / Yaya Boudani
 

Commentez sur Facebook