Lien vers ce message 15 Juillet 2014, 3:28
Pour être effective, cette réforme historique de l'Église anglicane doit être approuvée par le Parlement et par la reine.

Correspondant à Londres

http://www.lefigaro.fr/medias/2014/07/14/PHO8097569a-0b74-11e4-b5df-c2a7ed79eed5-805x453.jpgAu terme de cinq heures de débat, le synode de l'Église d'Angleterre réuni à York a voté lundi en faveur de l'ordination des femmes évêques. Ce vote marque un tournant historique pour l'institution religieuse multiséculaire qui a pour chef suprême la reine d'Angleterre. Cela fait vingt ans que les premières femmes ont été ordonnées prêtres au sein de l'Église anglicane. Elles représentent aujourd'hui environ un quart du clergé. Or, jusqu'à récemment, une partie des ecclésiastes anglicans et certains membres laïcs du synode s'opposaient farouchement à ce que les femmes prêtres puissent accéder au rang d'évêque, alors même que d'autres Églises anglicanes dans le monde avaient déjà franchi ce pas.
Presque jusqu'au dernier moment, l'issue du vote était entourée d'incertitude car, en novembre 2012, le collège qui rassemble les membres laïcs du synode général avait fait échoué la réforme à seulement six voix près. Depuis, les divisions entre les traditionalistes et les modernistes semblaient s'être aplanies, mais l'appréhension continuait à dominer. Finalement, lundi, en milieu d'après-midi, la majorité des laïcs membres du synode a fini par se ranger derrière l'avis des évêques et celui du clergé, emmenés par l'évêque de Cantorbéry.

http://www.lefigaro.fr/medias/2014/07/14/PHO4b77fc00-0b7c-11e4-badb-9c787904c740-805x453.jpgJustin Welby s'est félicité du vote du synode en faveur de l'ordination des femmes évêques. Welby, ancien cadre du secteur pétrolier devenu prêtre sur le tard, a beaucoup œuvré en faveur d'une avancée sur cet épineux dossier depuis sa nomination fin 2012. En fin diplomate, l'archevêque a pris soin lundi de ne pas heurter les susceptibilités de la frange la plus conservatrice de l'Église qui continue de désapprouver l'accès des femmes au rang supérieur de la hiérarchie anglicane. «Aussi ravi que je puisse être du résultat de ce vote, j'ai conscience que pour certains au sein de l'Église le vote sera (…) une source de chagrin», a déclaré Welby dans les minutes qui ont suivi le vote.

Les premières ordinations de femmes évêques avant 2015

Pour devenir effective, cette réforme doit à présent être approuvée par le Parlement. Elle doit aussi recevoir l'assentiment de la reine, avant de revenir devant un nouveau synode général à la fin de l'année. Concrètement, les premières ordinations de femmes évêques devraient avoir lieu avant 2015. Cela signifie également qu'un jour une femme pourra occuper la charge la plus importante de l'Église anglicane, après la reine, en devenant évêque de Cantorbéry. Pour l'instant, il ne s'agit que d'une possibilité. Avec le vote de lundi, Justin Welby a assis un peu plus son autorité sur cette institution. Une institution sur le déclin qui souffrait jusqu'à présent d'une mauvaise image auprès des jeunes générations de Britanniques qui reprochaient à l'Église d'être misogyne.
La décision du synode a été accueillie avec joie par plusieurs femmes prêtres sur les réseaux sociaux.

LeFigaro
 

Commentez sur Facebook