Lien vers ce message 18 Juin 2015, 17:51
Par Sciences et Avenir avec AFP Lise Loumé Publié le 17-06-2015 à 11h30

Plus de 90 % des patients atteints de psoriasis ont vu leur état s'améliorer grâce à un traitement expérimental. Un espoir pour cette maladie qu'il n'est pas encore possible de soigner.

http://referentiel.nouvelobs.com/file/14102745.jpg
Le psoriasis déroute les chercheurs et les professionnels de la santé depuis des décennies, car il s’agit d’une une maladie extrêmement difficile à traiter. © RJE / Science Photo Library / AFP

EFFICACE. Un traitement expérimental contre le psoriasis a permis de traiter les plaques en 12 semaines, et plus de 90 % des participants ont vu leur état s'améliorer. Ce sont les résultats publiés dans la revue The Lancet par une équipe de chercheurs de l'université de Manchester, où les tests ont eu lieu. L'équipe de chercheurs a étudié le cas de 2.500 patients atteints de psoriasis en plaques, d'intensité modérée à sévère (sur au moins 10 % du corps) diagnostiqué au moins six mois avant le début de l'étude. Cette étude a été financée par Eli Lilly, le laboratoire qui compte commercialiser ce traitement expérimental, appelé "ixekizumab".

Des améliorations physiques et sur la qualité de vie

La moitié des 2.500 patients a reçu de l'ixekizumab et dans ce sous-groupe, la moitié a reçu l'ixekizumab une fois toutes les deux semaines ; l'autre moitié du sous-groupe l'a reçu toutes les quatre semaines. L'autre moitié du groupe a reçu soit un placebo, soit un médicament utilisé de façon répandue contre le psoriasis : l'etanercept (nom commercial : Enbrel). Les deux groupes auxquels a été administré l'ixekizumab ont vu leur état s'améliorer rapidement et de façon significative, distançant de façon très rapide le placebo et l'etanercept. La moitié des participants ayant pris l'ixekizumab allait mieux dès la quatrième semaine et en semaine 12 (dernière semaine de test), 71 % observaient un résultat significatif.

RÉMISSION. L'équipe de chercheurs a jugé de l'amélioration en se référant à l'indice d'étendue et de gravité du psoriasis et chez les participants (score de 12 et au-delà), l'on a parfois observé une rémission à 75 % à la fin du traitement. "Au cours du test, nous avons observé des améliorations tant sur le plan physique que du point de vue de la qualité de vie des personnes. Celles-ci se sentent plus en confiance et souffrent bien moins des démangeaisons que les deux autres groupes", explique le Dr Chris Griffiths, professeur de dermatologie à l’Université de Manchester.

TRAITEMENT. Ixekizumab est un anticorps qui neutralise les effets inflammatoires d'un type de protéines de la peau appelées interleukines, qui transportent les signaux aux cellules. Les scientifiques ont de plus en plus tendance à désigner ces protéines comme responsables des plaques rouges et écailleuses du psoriasis.

Un traitement rapidement mis sur le marché ?

Le psoriasis déroute les chercheurs et les professionnels de la santé depuis des décennies, car il s’agit d’une une maladie extrêmement difficile à traiter. "Le traitement du psoriasis a été réduit aux symptômes visibles, explique le Dr Griffiths. Mais les nouveaux médicaments démontrent que l'objectif réaliste de tous les patients devrait être d'obtenir une peau saine et cette expérience contribue réellement à nous mettre sur la voie."

Le traitement pourrait rapidement être mis sur le marché, selon Tim Coulom de Lilly Bio-Medicines (sous-branche d'Eli Lilly) : "L'entreprise a soumis l'ixekizumab à l'approbation de la FDA (Food and drug administration, l'Agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux, NDLR) cette année et entend poursuivre ses démarches auprès d'autres organismes de régulation", explique-t-il.
 

Commentez sur Facebook