Lien vers ce message 13 Juin 2015, 7:10
Publié le 11.06.2015 à 21:40 20 Minutes avec AFP

Le rapport fait état de centaines de cas en Haïti et au Liberia…

http://img.20mn.fr/ue6bUnqMQxqoJ0et2az_FA/2048x1536-fit_casques-bleus-mission-haiti-2010.jpg
Des casques bleus en mission en Haïti en 2010. - Dario Lopez-Mills/AP/SIPA

Des Casques bleus auraient échangé de l’argent ou des téléphones contre des faveurs sexuelles de centaines de femmes en Haïti et au Liberia, selon un rapport interne de l’Organisation des nations unies (ONU). L’institution est par ailleurs vivement critiquée pour sa gestion de l’affaire des agressions sexuelles présumées d’enfants en Centrafrique.

L’expérience des missions de paix de l’ONU en Haïti (Minustah) et au Liberia (Unmil) « démontre que ces échanges à caractère sexuel sont répandus et pas assez dénoncés », souligne le rapport des services de contrôle interne de l’ONU (OIOS). Le document, encore confidentiel et daté du 15 mai, a été obtenu par l’AFP et doit être publié sous sa forme définitive la semaine prochaine.

Des centaines de femmes concernées en Haïti et au Libéria

Selon le rapport de l’OIOS, 231 femmes haïtiennes ont indiqué avoir eu des relations sexuelles avec des Casques bleus en échange de services ou de biens matériels (chaussures, vêtements, téléphones, ordinateurs portables, parfums).
Pour les femmes en zone rurale, ce sont « la faim, le manque d’abri et la pénurie de produits de première nécessité et de médicaments qui sont fréquemment cités comme facteur déclenchant ».

Pourquoi ces pratiques perdurent-elles dans l’armée?

Selon une autre enquête menée à Monrovia auprès d’un échantillon de 489 femmes âgées de 18 à 30 ans, « plus d’un quart (…) avaient procédé à des transactions sexuelles avec les Casques bleus, généralement pour de l’argent ».

Les victimes méconnaissent leurs droits

Il s’agit d’une violation flagrante des règles de l’ONU, qui affirme pratiquer une « politique de tolérance zéro » envers les abus sexuels dans leurs missions et « réprouver fermement les relations sexuelles » entre les Casques bleus et les populations qu’ils protègent.

A Haïti, seulement sept femmes connaissaient ces règles onusiennes et aucune n’avait connaissance de l’existence d’une ligne téléphonique confidentielle pour dénoncer de tels abus.

Un problème récurrent

Le problème reste récurrent dix ans après le lancement par l’ONU d’une stratégie pour lutter contre les abus sexuels dans ses missions, qui regroupent aujourd’hui près de 125.000 Casques bleus à travers le monde.

Les accusations d’abus ou d’exploitation sexuels (480 recensées entre 2008 et 2013) sont en baisse depuis 2009, mais une hausse a été constatée en 2012 et 2013. Sur la période 2008-2013, elles concernent pour un tiers des mineurs.

Quatre des 16 missions de l’ONU sont particulièrement concernées : Haïti, République démocratique du Congo, Liberia, et Soudan et Soudan du Sud. Ces accusations visent en premier lieu les militaires. Mais les civils, qui représentent 17 % du personnel des missions, génèrent 33 % des accusations.

Des enquêtes trop longues et un manque de contrôle

Le rapport insiste sur la durée des enquêtes menées sur ces accusations, qui prennent « beaucoup trop de temps » (16 mois en moyenne), déplorant que l’ONU doive s’en remettre aux pays d’origine des coupables pour les sanctions, ce qui entraîne « de grandes différences ». Les civils sont le plus souvent congédiés tandis que soldats et policiers sont renvoyés dans leur pays avec interdiction de participer à une autre mission onusienne.

Le rapport a également estimé que les commandants de ces contingents étrangers ne sont « pas assez » contrôlés et forcés de rendre des comptes.

Soldats accusés de viols en Centrafrique: Le lanceur d’alerte a réintégré l'ONU
La divulgation de ce rapport intervient quelques jours après la décision du secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon de lancer une enquête externe indépendante sur la façon dont l’organisation internationale a géré une affaire d’agressions sexuelles présumées d’enfants en République centrafricaine par des soldats étrangers, notamment français, non mandatés par l’ONU.
 

Commentez sur Facebook